Emmanuel Macron giflé : la République en danger ?

1126

Une gifle qui fait grand bruit ! En déplacement hier après-midi à Tain-L’Hermitage dans la Drôme, Emmanuel Macron a été giflé par un jeune homme présent parmi la foule. Depuis, toute la classe politico-médiatique est en émoi, dénonçant le geste et « une atteinte à la République ». Jean-Luc Mélenchon, se sentant agressé par une vidéo de Papacito sortie la veille, en a profité pour tenter de tirer la couverture à lui :

Les tweets en soutien au chef de l’État fleurissent, et les journalistes sont sur le pied de guerre pour dévoiler l’identité du suspect. Ces derniers font d’ailleurs preuve de beaucoup moins de zèle quand il s’agit de dévoiler le nom des terroristes ou d’évoquer, par exemple, l’identité du violeur du quartier de Stalingrad (on se rappellera de la confession de Jean Quatremer, journaliste, avouant le 15 janvier 2016 sur le plateau d’Arte que les noms des agresseurs étaient « francisés » afin de ne pas leur porter préjudice)…

Up Next
You can skip ad in
SKIP AD >
Advertisement
0:00
 / 
0:00
      • 2x
      • 1.5x
      • 1x
      • 0.5x
      • 0.25x
        EMBED LINK
        COPY
        DIRECT LINK
        PRIVATE CONTENT
        OK
        Enter password to view

        0:00

         

        Alors que le gratin politique et médiatique est en ébullition, Emmanuel Macron a eu la réaction la plus intelligente, poursuivant son « tour de France » comme si de rien n’était et affirmant l’importance de « relativiser cet incident ». Et il est vrai qu’en matière d’ « incidents », ces prédécesseurs n’ont pas été bien lotis… Ainsi le général de Gaulle, premier président de la Vème République, a été visé par cinq attentats en quatre ans.

        Jacques Chirac a, quant à lui, échappé à une tentative d’assassinat le 14 juillet 2002, visé par un tir de 22 long rifle lors du traditionnel défilé sur les Champs-Élysées. Plus récemment, Nicolas Sarkozy, alors président de la République, était violemment empoigné à Brax, dans le Lot-et-Garonne, lors d’une visite le 30 juin 2011.

        Si les différents Présidents de la République ont tous été visés par des actes violents, les réseaux sociaux se focalisent sur la gifle reçue par Emmanuel Macron, à mille lieues des préoccupations des Français.