École à la maison : le chemin de croix du Cned

634

Les confinements se suivent et les mêmes erreurs se répètent inlassablement. Ce mardi matin, plusieurs sites d’ENT (Espace numérique de travail) ne s’affichaient pas, comme le témoigne un étudiant en classe préparatoire économique sur le Figaro Etudiant : « Nous devions avoir un examen d’allemand mais le site de l’ENT était très lent, le lien ne fonctionnait pas ». Même constat sur le site du Cned (Centre national d’enseignement à distance) : « J’ai passé une heure et demi à essayer de me connecter, en vain », explique un professeur d’histoire-géographie dans un collège public parisien dans Libération.

 La faute à une panne générale qui tombe au plus mauvais des moments alors que les étudiants sont contraints de suivre les cours à distance, nouvelles mesures sanitaires obligent.

L’éducation nationale a publié un communiqué dénonçant « la conséquence de plusieurs attaques de type DDoS simultanées sur les serveurs » sur le site du Cned. Des déclarations qui ont fait réagir sur les réseaux sociaux et les plateaux télé, des élus, journalistes et les français, soulignant l’incompétence du gouvernement. Quant aux pannes sur l’ENT, ayant touché quatre régions (Grand-Est, Île-de-France, Hauts-de-France et Occitanie), le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer a déclaré ce matin sur France Info que ces ENT  « dépendent d’un opérateur [OVHCloud] qui a eu un incendie à Strasbourg il y a quelque temps qui n’a pas pu faire face à l’afflux de connexions ce matin». La panne a été corrigée en fin de matinée. Mais, patatras, les sites du Cned et l’ENT sont retombés dans la foulée ! Le site du Cned est à nouveau indisponible, tandis que certains ENT affichent : « Pour permettre à chacun d’accéder à son espace dans de bonnes conditions, nous avons limité le temps des sessions et instauré une logique de quota ».

Il y a un an déjà, l’école et les cours à la maison avaient été marqués par de nombreux « bugs » dus à des serveurs numériques défaillants. Avec de tels services numériques, le gouvernement a raison et se montre, pour une fois, plutôt lucide… aller à l’école est une nécessité pour les enfants.