Déconfinement. À peine rouvertes, des écoles ferment… pour cause de coronavirus

397

BI – Au lendemain de la réouverture des écoles, plusieurs établissements français ont dû refermer leurs portes, notamment, au Mans, à Bourges et à Toulouse en raison de suspicions de Covid-19 parmi le personnel et d’un cas confirmé. De quoi raviver le débat sur la réouverture des classes en pleine épidémie de coronavirus.

« Principe de précaution » dans les écoles

C’était une des grandes craintes des enseignants et des parents à l’annonce de la réouverture des classes : celle de voir l’épidémie de coronavirus se développer au sein même des murs des écoles.

Et comme un coup du sort, dès le lendemain de leur réouverture, plusieurs d’entre elles ont été amenées à fermer de nouveau en raison de suspicions ou de cas avéré de coronavirus. C’est notamment le cas de deux écoles du Mans, d’une école près de Toulouse et d’une autre à Bourges.

Comme le rapporte le Berry Républicain, « à peine ouverte mardi matin, l’école maternelle d’application des Pijolins, à Bourges, a dû être fermée ». « Une décision dictée par « le principe de précaution », puisqu’une enseignante présentait ce mardi, des symptômes pouvant faire penser au Covid-19 ».

Un cas avéré

Même son de cloche près de Toulouse, où la mairie de Fenouillet a fermé mardi 12 mai l’une de ses écoles après la découverte d’un cas de coronavirus dans le personnel municipal. « En raison d’un cas de Covid-19 déclaré par un personnel de l’équipe ATSEM, l’école a été fermée ce jour (mardi) à 8h30 par arrêté municipal », peut-on lire sur le site de cette municipalité de la banlieue nord de Toulouse.

Au Mans, les écoles Gaston-Bachelard et Ferdinand-Buisson ont également été fermées en raison de deux suspicions de Covid-19 parmi le personnel. Si les tests se sont finalement révélés négatifs (ce qui n’exclue pas pour autant la présence de la maladie, de nombreux tests s’étant révélés des faux négatifs), le maire du Mans Stéphane Le Foll a d’ores et déjà redemandé la réouverture de ces écoles auprès de l’Éducation nationale.

Breizh Info