Crise sanitaire : des ministres bientôt devant la justice ?

331

Trois ministres bientôt sous le coup d’une information judiciaire. Vendredi, des plaintes à l’encontre d’Agnès Buzyn, ex-ministre de la Santé, de son successeur Olivier Véran, et de l’ex-premier ministre Edouard Philippe ont été transmises au procureur général près la Cour de cassation, François Molins, après avoir été déposées devant la Cour de Justice de la République. Parmi les quelques 90 plaintes, 9 sont officiellement examinées à ce jour. L’objectif principal sera de traiter pénalement la question de la pénurie de masques. Toutefois, la commission des requêtes n’a retenu qu’un seul chef, celui d’ « abstention de combattre un sinistre » visant « quiconque s’abstient volontairement de prendre ou de provoquer les mesures permettant […] de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes ».
De quoi faire peser la menace sur les trois suspects d’une peine de deux ans de prison et 30 000 euros d’amende.

Si Edouard Philippe est mis en cause en sa qualité de premier ministre pendant la crise sanitaire, ce sont avant tout les deux ministres de la santé de la période qui sont visés. En revanche, les plaintes visant d’autres membres du gouvernement, tels que Nicole Belloubet, Christophe Castaner ou Jean-Yves Le Drian, ont été classées.
Fabrice Di Vizio, l’avocat du collectif de médecins C19 à l’origine des premières plaintes se félicite de son action, soutenue par le collectif des blouses blanches. Il estime que sans elle, le gouvernement aurait tourné la page sanitaire sans que la lumière ne puisse être faite. Parmi les cibles de prédilection des soignants, Olivier Véran et l’opacité générale qui règne autour des commandes de masques. En effet, au delà de la situation carentielle de la France à l’arrivée du virus, tout porte à croire que les réactions au sommet de l’Etat n’ont pas été à la hauteur. Un sujet qui a d’ailleurs également secoué la commission d’enquête parlementaire puisque les bons de commande sont toujours aux abonnés absents.

Jeanne Doulcet