Crise gouvernementale en Belgique

491
Le pacte sur la migration de l’ONU ne met pas tout le monde d’accord en Belgique.
 Les nationalistes de la N-VA s’opposent farouchement à l’adoption du pacte pour la migration de l’ONU défendue par le Premier ministre Charles Michel (MR, libéral).

Ces derniers jours, M. Michel a usé de toutes les techniques pour sauver sa majorité : concertation, proposition d’amendement – ou, du moins, d’une « déclaration interprétative » indiquant l’absence de caractère contraignant du pacte –, négociation avec ses vice-premiers ministres, explications d’experts au Parlement, etc. Rien n’y a fait : la formation de Bart De Wever, président de la N-VA et maire d’Anvers, a maintenu qu’un gouvernement qui signerait le texte onusien n’aurait plus son soutien.

(…)

Impossible (…) pour M. Michel d’espérer encore poursuivre la négociation avec son partenaire. Dans la soirée de mardi, il a convoqué une conférence de presse confirmant son souhait d’aller à Marrakech pour confirmer l’adhésion de son pays au pacte. Il a appelé le Parlement à trancher : des résolutions affirmant l’engagement de la Belgique y sont débattues et doivent être votées mercredi en commission, jeudi en séance plénière.

Jean-Pierre Stroobants pour Le Monde