Connaissez-vous le “matrimoine” de votre ville ?

1368

Non ? Alors demandez des explications au maire PS de Rouen, Nicolas Mayer-Rossignol.

Le maire de Rouen veut s’en prendre à la statue de Napoléon, qui trône depuis 135 ans devant l’Hôtel de ville, pour la déboulonner. Et pour couronner la féminisation triomphante,et honorer ce qu’il appelle “le matrimoine”, il envisage de remplacer l’Empereur par Gisèle Halimi.

Fondue avec le bronze des canons pris à Austerlitz, la statue équestre de Napoléon a vocation, pour Mayer-Rossignol, à terminer du côté de l’Ile Lacroix, à laquelle on accède par un tunnel plein de graffitis ! Comme le dit un jeune rouennais : “Là-bas on n’y va jamais, sauf pour aller à la piscine”

Du côté des historiens, on fustige “une idée désastreuse” et comme le dit Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon, “On peut tout de même s’étonner que pour honorer Mme Halimi, il faille s’en prendre à Napoléon”. Quant à Julien Lacaze, président de l’association Sites et Monuments, il ajoute : “le patrimoine se constitue par strates, c’est à dire par ajouts successifs, non par soustractions, à moins de verser dans la cancel culture”. Nous y voilà…

Une consultation populaire va néanmoins être lancée. Espérons que les rouennais se souviendront des mots de Napoléon les concernant : “Cette ville me donne des preuves d’attachement qui me touchent beaucoup”.

Quant à Nicolas Mayer-Rossignol, c’est à Anne Hidalgo qu’il manifeste, par là même, la féminisation définitive de ses signes d’attachement.

C.H