Cigarettes électroniques : l’OMS confirme leur nocivité, même pour les non-utilisateurs

877

Breizh Info – L’OMS alerte une nouvelle fois sur la nocivité des cigarettes électroniques, qui auraient un impact négatif sur les utilisateurs… et sur les non-utilisateurs.

Les inquiétudes de l’OMS confirmées

C’est confirmé ! Les cigarettes électroniques sont nocives à la fois pour les vapoteurs mais aussi pour ceux exposés à leurs fumées, a déclaré l’OMS (Organisation mondiale de la santé) dans un rapport publié le 20 janvier et qui avertit qu’elles peuvent endommager les fœtus en croissance et avoir un impact sur le cerveau des adolescents.

Dans ce document prenant la forme d’une série de questions/réponses sur les cigarettes électroniques, l’OMS a déclaré qu’il n’y avait pas assez de preuves pour affirmer qu’elles aident les fumeurs à arrêter de fumer, mais qu’il était clairement prouvé qu’elles étaient dangereuses. En outre, les vapoteurs seraient même davantage susceptibles de fumer des cigarettes conventionnelles.

Pour l’Organisation mondiale de la santé, « il ne fait aucun doute qu’elles sont nocives pour la santé et qu’elles ne sont pas sans danger ». Toutefois, elle nuance : « il est trop tôt pour donner une réponse claire sur l’impact à long terme de leur utilisation ou de l’exposition à celles-ci ».

Cigarettes électroniques : des risques pour le cerveau ?

Autre enseignement très important du rapport, les cigarettes électroniques sont, selon les termes de l’OMS, « particulièrement risqués » pour les adolescents. L’organisation a ainsi revu à la hausse ses mises en garde sur le sujet par rapport à celles lancées l’année dernière.

L’OMS détaille : « La nicotine crée une forte dépendance et le cerveau des jeunes se développe jusqu’à 25 ans ». Et ajoute que « l’exposition à la nicotine peut avoir des effets dommageables à long terme ». Pas de quoi rassurer les parents des nombreux jeunes adeptes du vapotage dans plusieurs pays.

Par ailleurs, des « risques importants » existeraient aussi pour les femmes enceintes ayant recours à la vapoteuse. Avec pour conséquences des « risques importants d’endommager le fœtus en pleine croissance ».

L’OMS demande l’interdiction de vente aux jeunes

Parmi les autres points négatifs, l’OMS a aussi indiqué que la cigarette électronique augmentait le risque de maladies cardiaques et de troubles pulmonaires.

L’agence sanitaire des Nations unies a également déclaré que l’exposition aux fumées de cigarettes électroniques était nocive pour les non-utilisateurs, soulignant que ces objets « contiennent généralement des substances toxiques, notamment du glycol utilisé pour fabriquer de l’antigel ».

L’OMS exige ainsi une réglementation stricte de la commercialisation de ces produits, notamment l’interdiction de leur vente auprès des jeunes et de leur utilisation dans les lieux de travail et les espaces publics intérieurs.

Lire l’article sur Breizh Info