Cap sur l’Asie du Sud-est : le Vietnam – Olivier Frèrejacques

769

Vietnam : l’exemple à suivre ?

Probablement parmi les pays les plus connus d’Asie du sud-est par les français, le Vietnam est un pays qui a connu un rapide développement économique ces deux dernières décennies. Un développement économique doublé d’une explosion démographique. En 1954, alors que le pays devient indépendant de la France, il compte une trentaine de millions d’habitants… aujourd’hui le Vietnam est un pays à 100 millions d’habitants !

Côté religion, le Vietnam cultive une certaine particularité vis-à-vis de ses voisins puisque la première spiritualité (environ 80 % de la population) est la religion traditionnelle vietnamienne basée sur un triple mélange fiat de bouddhisme mahāyāna, de confucianisme et du culte des ancêtre. Le bouddhisme et le christianisme suivent avec environ 8% de pratiquants. S’agissant du christianisme, il est majoritairement catholique et particulièrement surveillé par les autorités politiques et son nombre de pratiquants serait largement sous-estimé par l’Etat.

Ancien pays de l’Indochine, le Vietnam est dirigé par un parti unique, communiste. Il partage des frontières avec le Laos, le Cambodge et la Chine.

Concomitamment à la levée de l’embargo américain en 1994, le pays a mis en place une forme de libéralisation de l’économie qui le poussera même à un véritable décollage au début du 21ème siècle. Son PIB le place aujourd’hui au 43ème rang mondial. La moitié de la population active travaille néanmoins dans l’agriculture, le tertiaire occupe désormais un tiers de l’emploi quant au secteur secondaire et notamment la puissante industrie vietnamienne elle représenterait 40 % de l’économie.

Les principaux partenaires, en matière d’exportation, du pays sont les États-Unis (20%) suivit de la Chine (15%) et du Japon (8%).

Les ressources minières, comme l’industrie sont largement concentré vers le nord du pays.

Par ailleurs le pays est riche en pétrole, une ressource qui constitue pas moins de 20% des revenus extérieurs. Enfin, le Vietnam, plus largement connu pour ses rizière est devenu le deuxième producteur de café au monde en 1999 et se maintient depuis à cette place !

Un pays lourdement touché par la grippe aviaire

Face au Covid-19, le Vietnam a un argument à faire valoir : l’expérience. Pour les précédents que ce soit la grippe aviaire ou H5N1, il s’agirait du pays ayant déploré le plus de décès devant l’Indonésie pourtant deux fois et demi plus peuplé !

Aujourd’hui, le Vietnam est pointé du doigt comme un modèle dans la gestion de la crise sanitaire.

Avec un Etat deux fois plus petit que la France et pourtant largement plus peuplé, le pays ne connaîtrait que quelques centaines de cas et pas un mort (environ 250 contaminés). Même si la propagande étatique peut jouer sur cette actualité, le Vietnam apparaît exceptionnellement efficace dans la gestion de cette crise.

Un régime autoritaire qui met les moyens

Selon un témoignage sur place, quand un cas est détecté (ou dénoncé…) la rue visée est bloquée et confinée puis enfin désinfectée, les autorités font livrer des masques, des paniers repas et des kits d’hygiène. Les cas détectés et hospitalisés sont eux fichés et suivis… Une gestion qui sent bon le régime dur et rouge et qui semble au moins avoir le mérite de préserver la population. Là où Emmanuel Macron parle de guerre, les vietnamiens paraissent étonnements impassibles et efficaces. Outre le fait qu’une partie de population a connu la guerre (la vraie avec des armées, des combats et du napalm…), les précédents de 2003 et 2005 ont permis de développer une certaine expertise étatique en matière de crise sanitaire.

La gestion de crise vietnamienne lui a même valu les félicitations de l’OMS !

L’efficacité de la méthode vietnamienne n’a pas empêché la mise en place d’un confinement total à compter du premier avril. Un confinement prévu pour quinze jours et qui pourrait bien ne pas durer beaucoup plus, les autorités ayant pris le problème à bras le corps dès la fin du mois de janvier (pour rappel en France le président Macron incitait encore la population à sortir au début du mois de mars)…

Le Vietnam serait-il donc devenu un modèle à suivre en matière de riposte sanitaire au coronavirus ? Difficile de calquer la méthode d’Hanoï à la France, une méthode liée à un régime autoritaire mais aussi à des comportements de populations propres à la culture de ce pays. En revanche un pays comme le Vietnam, pourtant largement moins développé économiquement que la France, a semble-t-il des réflexes de bon sens et d’organisation dont pourrait s’inspirer l’Etat français.

En matière de privation des libertés et de flicage généralisé, la France est certes en train de rattraper rapidement son retard, en matière d’efficacité, le compte n’y est pas.

Olivier Frèrejacques