Belgique: le coût de l’accueil et de l’accompagnement des demandeurs d’asile est environ de 800 millions d’euros par an

479

Après une polémique récemment lancée par le ministre-Président flamand, Jan Jambon, sur les réfugiés, la question a été posée de savoir combien coûtait réellement l’accueil et l’accompagnement des demandeurs d’asile à la Belgique. Au total, la facture s’élève à environ 800 millions d’euros par an, selon un calcul réalisé par le journal « Het Laatste Nieuws ».

Accueil, accompagnement, revenu d’intégration

Dans le détail, l’Agence Fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile (Fedasil) a accueilli 19.486 “demandeurs de protection internationale” en 2018, une hausse de 33% par rapport à l’année précédente. L’accueil (hébergement, repas, hygiène et habillement) et l’accompagnement (médical, social, psychologique, juridique) de tous ces migrants non reconnus ont coûté près de 373,6 millions d’euros en 2018. Cela représente environ 1.600 euros par personne et par mois. Ce montant comprend aussi les frais d’éducation des enfants.

Lorsqu’ils sont officiellement reconnus, les demandeurs d’asile se voient accorder la sécurité sociale : ils peuvent donc bénéficer de soins de santé remboursés et demander un revenu d’intégration. En 2018, les Centres Publics d’Aide Sociale (CPAS) ont ainsi versé 263 millions d’euros de RIS à quelque 33.000 réfugiés.

Intégration et Allocations familiales

Afin de faciliter l’intégration des migrants dans notre société, le gouvernement fédéral belge offre aux demandeurs d’asile un programme d’intégration civique représentant un coût d’environ 4.400 euros par personne. En 2018, cela représentait une somme de 68 millions d’euros.

En 2017, près de 33 millions d’euros d’allocations familiales ont été versées aux demandeurs d’asile reconnus par la Belgique. “Depuis cette année, chaque enfant a droit à 163,20 euros par mois”, indique le Gezinsbond (l’équivalent flamand de la Ligue des familles, NDLR) “Pour ceux qui n’ont pas ou très peu de revenus, 51 euros supplémentaires sont versés par enfant. Un montant qui s’élève à 86,60 euros pour trois enfants.” La rétroactivité est plafonnée à cinq ans.

Retour volontaire

Fin 2018, 2.994 migrants ont décidé de retourner volontairement dans leur pays d’origine. Ils ont ainsi reçu plus de 7,5 millions d’euros, qu’ils ont par exemple utilisés pour louer ou rénover une maison, chercher un emploi ou payer leurs frais médicaux.

 Source : 7sur7