Avec Anne Hidalgo, Paris continue sa longue dégringolade

1595

Avec Anne Hidalgo, maire de la Capitale depuis 2014, la ville de Paris ne semble pas au bout de ses peines. Régulièrement pointée du doigt pour sa gestion désastreuse, surtout en matière d’urbanisme, la Mairie de Paris lancera à l’automne un concours international pour “reconfigurer” le parvis de la cathédrale Notre-Dame. Un projet déjà envisagé il y a plusieurs années, mais qui n’avait pas abouti. Cette fois, le projet de « réaménagement » des abords de la cathédrale devrait suivre la restauration de Notre-Dame de Paris, touchée par un terrible incendie le 15 avril 2019.

Le projet sera présenté lors du prochain conseil municipal, du 13 au 16 avril 2021. S’il est accepté, la Mairie engagera au printemps une concertation locale et nationale, ainsi qu’un concours international pour choisir le maître d’œuvre un an plus tard. « La ville de Paris prendra toute sa place dans la renaissance de ce site exceptionnel » a noté le maire Anne Hidalgo dans les documents préparatoires.

La Mairie de Paris a déjà prévu un budget de cinquante millions d’euros, budget qui sera sans doute explosé. La rénovation du Forum des Halles, dont le coût estimé s’élevait à 250 millions d’euros en 2006, a bondi à 760 millions en 2009, pour dépasser le milliard d’euros en 2016 ! Du simple au quadruple…

Un gouffre financier également entaché de sombres histoires d’avantages accordés par l’édile de Paris au groupe Unibail, propriétaire du centre commercial du Forum des Halles… Le nouveau « ventre de Paris » a déclenché de nombreuses polémiques, tant pour son coût et ses retards que pour son architecture moderne. Cerise sur le gâteau du nouveau Forum, le “toit” baptisé la Canopée, malgré son coût de plus de 200 millions d’euros, n’est pas étanche…

Ce vendredi sur Twitter, les internautes étaient nombreux à dénoncer l’enlaidissement de Paris sous le hashtag #saccageparis. De nombreuses photos de la Capitale avant et après l’élection d’Anne Hidalgo à la Mairie parlent d’elles-mêmes : plots de chantiers disséminés un peu partout, barrières en béton, mobilier urbain remplacé par des “meubles” fabriquées en planches en bois, fontaines en métal d’un goût discutable sur les Champs-Elysées malgré un coût d’un million d’euros, etc. La liste est longue. Dernier scandale en date : la célèbre glycine centenaire de Montmartre, dans le XVIIIème arrondissement, tronçonnée le 18 mars. Une décision prise par la Mairie de Paris et … par l’adjoint EELV Christophe Najdovski, chargé de… la végétalisation, de l’espace public et de la condition animale ! Un élément qui pourrait être drôle, si la Capitale n’était pas en passe d’être défigurée en plus d’être ruinée.