Attentats du 13 novembre 2015 : ouverture d’un procès historique

827

Le mercredi 8 septembre s’ouvrira le procès dit “V13” pour “vendredi 13 novembre 2015”, jour marqué par les attentats djihadistes les plus meurtriers commis en France. Pendant huit mois, la cour d’assises spéciale de Paris jugera vingt accusés. Parmi eux, Salah Abdeslam, dernier membre des commandos encore en vie. Un procès historique.

Pour mettre en place la plus grande audience criminelle jamais organisée en France, une salle “grand procès” de 750 mètres carrés destinée à recevoir 550 personnes a été installée dans le palais de justice de Paris. Dix salles annexes sont prévues pour les parties civiles, les avocats et les journalistes. 1 765 personnes de vingt nationalités différentes s’étaient constituées parties civiles,et seront représentées par 300 avocats.

En face, vingt accusés, dont six absents, seront jugés. Si Salah Abdeslam est le seul survivant des commandos djihadistes, les autres accusés sont soupçonnés d’avoir apporté une aide aux terroristes du 13 novembre. Cinq d’entre eux sont soupçonnés d’avoir aidé les terroristes à préparer l’attaque et six autres d’avoir aidé Salah Abdeslam dans sa cavale. Deux hommes devaient participer aux attaques. Quant aux six absents, faisant l’objet d’un mandat d’arrêt, cinq sont donnés pour morts. On trouve parmi eux les frères Clain, dont l’aîné, Fabien, avait été “la voix” française de Daesh, revendiquant les attentats de 2015.

Lors du procès, tous les regards seront tournés vers Salah Abdeslam. Parlera-t-il ? Depuis son arrestation le 18 mars 2016 dans le quartier bruxellois de Molenbeek en Belgique, l’homme reste mutique. Le vendredi 15 novembre, son frère Brahim faisait exploser sa ceinture explosive dans un café boulevard Voltaire à Paris. Salah Abdeslam devait suivre la même voie dans le XVIIIème arrondissement, mais le sort en a décidé autrement. A-t-il renoncé à l’attentat suicide car son gilet explosif était défectueux, ou pour une autre raison ? Interrogé sur BFMTV, Marc Trévidic, ancien juge antiterroriste, doute que le terroriste parlera un jour…