Attentat raté de Notre-Dame de Paris : trente ans requis contre la djihadiste Inès Madani

1455

Trente ans de prison requis pour l’attentat raté de Notre-Dame de Paris. Ce vendredi 4 juin, l’avocat général de la cour d’assises spécial de Paris a sollicité la confirmation de la peine infligée en première instance à Inès Madani, djihadiste à l’origine de l’attentat raté de Notre-Dame de Paris, il y a près de cinq ans. Ornella Gilligmann, sa comparse, condamnée pour sa part à vingt-cinq ans de réclusion, avait accepté sa peine.

Dans la nuit du 3 au 4 juin 2016, Inès Madani et Ornella Gilligmann avaient tenté de commettre un attentat à la voiture piégée près de la cathédrale Notre-Dame de Paris. La voiture, contenant six bouteilles de gaz, avait été garée devant la terrasse d’un restaurant très fréquenté. Mais le gasoil, choisi pour incendier la voiture, n’avait pas pris feu, évitant le drame de justesse. « L’objectif était évidemment de faucher le plus de vies possible, de faire un carnage » déclarait Inès Madani lors du procès. Condamnée en octobre 2019 à trente ans de prison, la jeune femme, âgée de 19 ans au moment des faits, avait fait appel. Le verdict de ce procès en appel sera rendu le 7 juin.