Allemagne : le viol collectif d’une jeune femme par cinq mineurs âgés de 12 à 14 ans relance le débat sur l’âge de la responsabilité pénale (Vidéo)

664

Une jeune femme de 18 ans a été violée vendredi dernier par cinq mineurs âgés de 12 à 14 ans en Allemagne. Si la victime a été la cible d’une « violence considérable » et que son viol est décrit comme « particulièrement long et brutal », les deux adolescents de douze ans échapperont à toute poursuite pénale, puisque l’âge limite de responsabilité pénale est fixé à 14 ans en Allemagne (13 en France). Une affaire sordide qui relance le débat de l’âge de la majorité pénale dans le pays.

Un viol brutal

Les faits se sont déroulés dans la ville de Mülheim (Rhénanie-du-Nord-Westphalie), où la jeune femme a été découverte dans des buissons et transportée à l’hôpital. Selon une source policière rapportée par les médias, la victime a été l’objet d’une « violence considérable » et son viol a été particulièrement long et brutal.

Le profil des agresseurs relance le débat de l’âge de la responsabilité pénale en Allemagne

L’agression sordide, en plus d’avoir été brutale et particulièrement violente, a été commise par des cinq adolescents extrêmement jeunes :  trois sont âgés de 14 ans et deux de seulement 12 ans. Les deux plus jeunes ne seront donc pas inculpés mais adressés aux services locaux de protection de la jeunesse.

L’affaire relance donc le débat sur l’opportunité – ou nécessite? – de baisser l’âge de la responsabilité pénale en Allemagne. Le chef du principal syndicat de police allemand, Rainder Wendt, rappelle à cette occasion que les forces de l’ordre exigent « depuis des années » que ce seuil soit revu à la baisse.

Rappel : Pendant ce temps, en France, Le ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a proposé en juin dernier l’instauration d’un « seuil d’irresponsabilité pénale », selon lequel les mineurs de moins de treize ans ne pourraient plus être poursuivis. À la place, les enfants concernés seraient « pris en charge dans le cadre d’une procédure d’assistance éducative judiciaire ».

France Soir