Algérie : délicate transition politique dans un pays toujours en crise

558

Après une surexposition médiatique, l’Algérie est peu à peu sortie des radars de la presse et pourtant la crise perdure à Alger où les manifestants maintiennent la pression.

Cinq mois après le début de la contestation, l’Algérie est toujours en crise. Ce vendredi, jour de la fête de l’indépendance, des dizaines de milliers d’algériens sont descendus dans les rues après deux semaines de répression accrue… un climat de tension alors que le président par intérim Abdelkader Bensalah a abandonné le calendrier constitutionnel de la préparation de la prochaine élection présidentielle sous la pression de la rue.

Inflexion ou manœuvre politique ? Quoi qu’il en soit le pouvoir civil et l’armée semble tenter, au moins en apparence à dialoguer avec les contestataires… même s’il paraît difficile d’imaginer que les hommes au pouvoir depuis plusieurs décennies se résignent si facilement à abandonner leurs prérogatives.

Les arrestations et la répression de ces dernières semaines auront eu pour résultat de conforter les manifestants dans leurs revendications voir même de les convaincre d’une rupture totale avec le personnel au pouvoir

Une table rase qui paraît cependant inimaginable et pas nécessairement souhaitable pour le pays… la présence de personnels politiques connaissant les arcanes du pouvoir est en effet indispensable pour une potentielle transition politique. Samedi, un forum national pour le dialogue se tiendra à Alger et regroupera partis politiques et membres de la société civile… les différents mouvements d’opposition devraient ainsi se jauger… et si l’hypothèse d’une poussée islamiste à la faveur d’élections semble toujours écartée, il est difficile de savoir quelle personnalité pourrait émerger d’un scrutin dont la date n’est d’ailleurs pas encore fixée. Mais le temps presse et plus la situation flottante que connaît le pays perdure, plus le risque de violences et d’aggravation de la crise politique menacent. 

Le pays, fort de ressources naturelles importantes a pourtant un véritable potentiel de développement… reste que pour en faire bénéficier les algériens il conviendra de changer la donne politique tout en maintenant une certaine continuité dans l’appareil étatique et en collaboration avec l’armée, acteur incontournable en Algérie. Seul un juste équilibre entre toutes ces parties de l’échiquier politique algérien semble rendre possible une sortie de crise et des lendemains radieux outre Méditerranée.