Affaire Matzneff: l’adjoint à la culture d’Anne Hidalgo et candidat aux municipales Christophe Girard mis en cause pour le soutien qu’il a apporté à l’écrivain accusé de pédophilie

441

C’est une affaire qui tombe mal pour le camp Hidalgo à un mois des municipales. Christophe Girard, adjoint à la culture du maire de Paris Anne Hidalgo et lui-même candidat pour le prochain scrutin, est mis en cause pour le soutien qu’il a apporté à l’écrivain accusé de pédophilie.

Christophe Girard payait l’hôtel où Gabriel Matzneff se cachait avec Vanessa Springora alors mineure

Le journal américain « The New York Times » a révélé une information selon laquelle l’ancien maire socialiste du IVe arrondissement de Paris aurait apporté son soutien pendant plus de vingt ans à Gabriel Matzneff. Selon le quotidien, c’est notamment Christophe Girard qui aurait pris en charge, au nom de Yves Saint Laurent, les frais d’hôtel dans lequel l’écrivain se cachait alors avec Vanessa Springora, auteure du « Consentement », qui était à l’époque mineure. Des faits confirmés par G. Matzneff en personne dans son journal.

« Oui, je me suis occupé de sa chambre d’hôtel »

Interrogé par le Parisien, l’intéressé ne nie pas les faits, mais affirme ne pas avoir été informé que l’écrivain tentait d’échapper à la brigade des mineurs. Et le candidat aux municipales d’ajouter qu’à l’époque, Pierre Bergé – compagnon d’Yves Saint Laurent -, lui avait simplement dit qu’il « sortait de l’hôpital ». « Matzneff nous a-t-il manipulés? On ne l’a pas soutenu parce qu’il était pédophile, mais parce que c’était un écrivain en difficulté », dit-il.

« La pédophilie, c’est monstrueux, ça me dégoûte. Je suis père de famille. Si j’apprenais qu’un de mes enfants a été abusé par un adulte, j’irais voir la personne, lui mettrais un pain dans la tronche et je ferais un dépôt de plainte. Mais je suis aussi d’une génération qui considère qu’il faut séparer l’oeuvre de l’auteur. Je disais ça aussi pour Polanski », déclare encore C. Girard.

Lirelactu / Photo : Wikimedia Commons