Affaire Adama Traoré: la manifestation interdite à Paris, mais tolérée, a viré à l’émeute mardi soir (Vidéo)

1540
Défiant les restrictions instaurées contre les coronavirus, des centaines de manifestants sont descendus dans les rues de la capitale française mardi soir, exprimant leur solidarité avec leurs homologues américains et demandant justice pour les victimes des violences policières.

Le collectif « La Vérité Pour Adama » avait appelé à un rassemblement à 19 heures devant le tribunal de Paris mardi. Plusieurs milliers de personnes, plus de 15 000 selon une source policière, se sont rassemblées, malgré l’interdiction de la préfecture de police qui avait pris un arrêté pour interdire cette manifestation. De nombreux incidents se sont déroulés lors de ce rassemblement, porte de Clichy à Paris (XVIIe), à proximité du tribunal, mardi soir.

De nombreux manifestants étaient venus avec des pancartes « Black lives matter » avec l’intention de faire un rapprochement entre le décès d’Adama Traoré après son interpellation en juillet 2016 dans le Val-d’Oise, et celui de Georges Floyd à Minneapolis (États-Unis) ce lundi 25 mai, qui a provoqué une flambée de violences à travers le pays.

La manifestation vire à l’émeute

vers 21 heures. Des groupes d’individus présents dans la manifestation ont démarré plusieurs incendies et caillassé les forces de l’ordre qui étaient déployés pour sécuriser cette manifestation, non autorisée mais tolérée. Ces derniers ont fait usage de moyens lacrymogènes à plusieurs reprises.

Un autre groupe de personnes a bloqué provisoirement le périphérique avant d’être délogé par la police. Par ailleurs, le poste de police municipale de Clichy (Hauts-de-Seine) a été pris pour cible par plusieurs individus.

Jusqu’à « un million d’euros » de dégâts, selon le maire du XVIIe arrondissement de Paris

Sur LCI, Geoffroy Boulard, le maire LR du XVIIe arrondissement de Paris, s’est ému ce mercredi matin des dégâts engendrés par la manifestation. « Nous sommes abasourdis par l’ampleur des dégâts liés aux débordements. On est autour d’un million d’euros de dégâts », a-t-il chiffré. « Je vais saisir le préfet de police, il va devoir répondre à nos questions. »

Actu17 / Fdesouche / RT / Illustration: capture d’écran