Abdelaziz Bouteflika s’accroche à son fauteuil

318

Après avoir renoncé à briguer un cinquième mandat, le président algérien a confirmé lundi qu’il prolongerait son quatrième mandat au-delà de son terme constitutionnel, le 28 avril, jusqu’à un nouveau scrutin organisé à l’issue d’un processus de révision constitutionnelle. Une annonce qui devrait faire l’effet d’une bombe alors que les Algériens multiplient les manifestations pour réclamer le départ d’Abdelaziz Bouteflika au pouvoir depuis 20 ans. La date de la prochaine élection présidentielle n’étant pas encore fixée, le président algérien va donc faire durer un peu le plaisir.