A. Merkel refuse l’option militaire

399

La chancelière allemande Angela Merkel à répondu au président ukrainien qu’il n’y avait « aucune solution militaire » et que seul « un dialogue raisonnable » résoudrait la crise, avant d’ajouter que Vladimir Poutine en était « entièrement responsable ».

Les pays membres de l’OTAN conviennent qu’une attaque armée contre l’un d’entre eux équivaut à une attaque contre tous. L’Ukraine n’est pas membre de l’OTAN, mais c’est un pays partenaire de l’Organisation avec laquelle il coopère sur des questions politiques et de sécurité.

Le président P. Porochenko avait déclaré plus tôt : « Nous ne pouvons accepter cette politique agressive de la Russie. D’abord la Crimée, puis l’Ukraine orientale, maintenant il veut la mer d’Azov. L’Allemagne, elle aussi, doit se demander : que fera Poutine si nous ne l’arrêtons pas ? ».