À Crépy-en-Valois, 26% des personnes infectées auraient développé des anticorps, selon une étude de l’Institut Pasteur

488

Une étude épidémiologique effectuée dans un lycée de Crépy-en-Valois, dans l’Oise, au sein d’un épicentre de l’épidémie de Covid-19 en France, révèle que 26% des enseignants, lycéens et leurs familles qui ont été infectés possèdent des anticorps contre le coronavirus, selon l’Institut Pasteur. Ce qui signifie que trois-quarts des personnes infectées par le virus n’auraient donc pas suffisamment d’anticorps pour éviter une réinfection.

Plus précisément, 41% des lycéens, enseignants et personnels travaillant dans le lycée testé ont été infectés par le coronavirus lors d’une épidémie en février-mars, selon cette étude publiée ce jeudi, réalisée à l’aide de tests de détection d’anticorps. Mais seulement 11% des proches des lycéens (parents et fratrie) avaient des anticorps contre le SARS-CoV-2.

Les chercheurs précisent toutefois qu’il s’agit d’un niveau totalement insuffisant pour justifier le moindre relâchement. Il faudrait 60% à 70%nécessaires pour atteindre une immunité de groupe suffisante pour stopper l’épidémie, sous réserve que les anticorps soient réellement protecteurs contre le coronavirus et que cette immunité perdure au moins plusieurs mois.

Source : L’Express