Politique-Eco n°188 avec Philippe Nemo : L’impôt est-il légitime ?

Politique-Eco n°188 avec Philippe Nemo : L’impôt est-il légitime ?

Olivier Pichon reçoit Philippe Nemo, normalien, philosophe, ancien professeur à l’ESCP et HEC, directeur de l’Ecole Professorale de Paris.

1) Genèse de l’impôt moderne, une funeste rupture
– L’Ancien Régime : absolutiste mais les prélèvements sont faibles
– Le contrat social (plus ancien que Rousseau) et les contributions fiscales
– La fin du contrat social au cours du XX ° siècle
– Une métaphysique socialiste fait disparaître la sphère privée
– L’invraisemblable définition de la “dépense fiscale”, l’aveu que tout appartient à l’Etat
– Caillaux : le problème de l’impôt sur le revenu et la progressivité
– Analyse de la notion de contribution, quasi volontaire mais en échange de l’ordre public et d’un bien collectif non produit par le marché
– Notion de justice commutative (Aristote)
– Les représentants du peuple n’assurent plus le contrôle des impôts
– Ceux qui vivent des contributions ne sauraient les restreindre
– L’Etat fiscal fait de la France un régime d’oppression
– Peter Sloterdjik : “La main qui prend” (son livre : Repenser l’impôt)

2) Un changement de société sans débat ni conscience
– Quelle légitimité de l’impôt ?
– Une véritable religion universelle de l’impôt, malheur aux hérétiques !
– Quintuplement de l’impôt en un demi siècle sans aucun débat
– Des effets nécrosants pour la société mal mesurés encore pour le long terme
– Une mutation sociale en forme de mutilation
– La réduction des inégalités comme objectif implique un don sans contrepartie et sans limite
– Qui parle encore de liberté, les hommes politiques n’emploient plus guère ce mot
– Une lourde hypothèque pour l’avenir
– Une véritable mutilation ontologique, une stérilisation des initiatives
– Un système surpuissant, ses ruses pour augmenter toujours par l’assiette ou les taux
– L’impossible solidarité volontaire, la chasse à l’informel, la névrose fiscale chronique pour toujours plus de prélèvements

3) Une rupture consécutive du lien social, une régression anthropologique
– Quotité ou répartition, la fin du secret
– La tyrannie de la transparence et la tyrannie par la transparence
– Le coup des petites cuillères pour l’ISF !
– Big Brother fiscal
– Un déficit pour l’intérêt général
– L’occident jadis productif et inventif pourrait voir régresser cette faculté en raison de cette nécrose fiscale
– Contrainte publique et GAFA : la Gestapo en a rêvé, notre société l’a fait
– Un processus auto entretenu que personne ne peut arrêter
– La névrose confiscatoire, une société de spoliation conduit à une société de défiance
– Peter Sloterdjik : les exploiteurs sont aujourd’hui les bénéficiaires d’argent public et les exploités sont les membres de la société civile
– Rhétorique du prédateur légal et du prédateur illégal
– Un impôt sans contrepartie est du vol, la contrainte publique en fait de plus un vol en bande organisée
– Paradoxe : la richesse des plus riches augmente le pouvoir d’achat de ceux qui achètent leurs produits par la production de masse et la baisse des prix
– L’envie comme moteur social et politique, René Girard et le discours mimétique

Dernières émissions