Politique & Eco n°160 : L’Horreur politique : l’Etat contre la société

Politique & Eco n°160 : L’Horreur politique : l’Etat contre la société

A. Les dessous de l’économie avec Natasha Königsberg.

B. L’Horreur Politique, l’Etat contre la société.
Olivier Pichon reçoit Olivier Babeau professeur à l’université de Bordeaux ancien conseiller ministériel auteur du livre «  L’horreur Politique » paru aux Editons des Belles-lettres.

1. L’extension continue du domaine de l’Etat.

– Un livre établi selon neuf lois.
– Les origines de cette croissance.
– 1912 :11 % du PIB Français. 2018 : 57 %.
– Le paroxysme français.
– Louis XIX : pouvoir et limites.
– La France ou l’art d’enrichir ses voisins.
– Max Weber et l’autonomisation de l’administration.
– Inefficience du parlementarisme.
– L’Etat, comme hypostase sacrée, ne peut se tromper.
– Infaillibilité de l’Etat,
– Jacques Rueff et les économistes autrichiens : la connaissance de l’incertitude et du risque.
– La logique assurancielle. Joseph Stieglitz (prix Nobel) et l’incertitude.
– Schumpeter : mise en doute de la bienveillance a priori de l’Etat.
– L’école des choix publics (J. Buchanan prix Nobel).
– La longue liste des échecs économiques de l’Etat.

2. Les hommes politiques ne font pas ce qu’ils disent et ne disent pas ce qu’ils font.

– G. Lane : le divorce avec l’Etat.
– Sociologie des hommes politiques.
– Les électeurs ne sont-ils pas souvent responsables des mécomptes des politiciens qu’ils élisent ?
– L’Etat perçu comme un guichet de gratifications.
– Comment changer les politiques, le problème du contact avec le monde réel.
– Ouvrir les portes de la haute administration à d’autres que ceux qui ont été reçus à un concours à 22 ans.
– Comparaison avec la classe politique des années 20 et 30.
– Les citoyens agissent souvent dans le sens de leur asservissement.
– Le problème de la valeur, la sanction par le marché pour les entreprises.
– La valeur ajoutée des administrations publiques en question.
– La sécurité sociale non fondée sur des règles de droit.
– Limiter les mandats dans le temps, problème de l’employabilité limitée des hommes de l’Etat.
– A Bercy les plus hauts salaires en dérogation aux règles de la fonction publique.
– Problème posé par Juvénal : qui gardera le gardien,
– Séparation des pouvoirs, comme c’est «  le peuple qui a le pouvoir » il n’y a plus de contre pouvoir.
– Louis XIV mit des années à exproprier les propriétaires de maisons pour construire la colonnade du Louvre.
– Rousseau et le contrat social, le livre préféré de Robespierre.

3. La loi de complexification comme résultante de l’ignorance.

– A la main invisible honnie on substitue la main visible d’un état omniscient.
– Jacques Bichot et la complexité, impéritie et volonté politique d’opacifier et de légitimer la nouvelle embauche de fonctionnaires.
– La fameuse loi de simplification de 2013 reprise par un texte de 150 pages énumérant les exceptions au principe qui ne dit mot consent.
– L’Etat soutien l’économie comme la corde soutien le pendu.
– Priapisme fiscal de l’Etat, la question des dépenses n’est jamais évoquée.
– Inertie radicale de l’Etat face à la technologie, celui-ci ne comprend pas le big bang numérique.
– La nouveauté prétexte à une nouvelle taxe !
– Repenser l’Etat qui n’échappera pas à la logique numérique.
– Google monopole ?débat sur la question.
– Course poursuite entre l’Etat et la technologie ;
– Un épuisement démocratique avéré, quelles solutions ?
– Démocratie ou république ?
– L’impératif éducatif.
– L’Etat et la nation quels rapports ?

Autres livres d’Olivier Babeau : La nouvelle ferme des animaux, version allégorique du livre en débat, et un livre à venir Eloge de l’Hypocrisie, contre la transparence tyrannique contemporaine.

Dernières émissions

Pour aller plus loin :