Politique & Eco n° 151 : Droite et gauche, ce n’est pas fini !

Politique & Eco n° 151 : Droite et gauche, ce n’est pas fini !

Bouton campagne de dons 2017

A. Les dessous de l’Economie avec Natasha Königsberg.

B. Droite et gauche ce n’est (toujours) pas fini !

Olivier Pichon reçoit Jean-Louis Harouel professeur (E) agrégé de droit Paris II Assas.
Aujourd’hui : Les racines anthropologiques et religieuses de la droite.

1. La droite contre l’Utopie.

– Hommages aux internautes .
– Deux religions cohabitent dans l’Eglise catholique : celle des droits de l’homme, celle du christianisme non gnostique.
– Jean-Paul II et les droits de l’homme : en réalité la défense des libertés publiques contre l’empire soviétique.
– sous couvert de DDH aujourd’hui : la religion séculaire du «  mêmisme » et non plus les libertés concrètes.
– L’enfer (l’au-delà) selon les Grecs, les Romains et les Egyptiens.
– Le Christianisme ne veut pas la transformation utopique du monde.
– L’utopie c’est partout et toujours la violence révolutionnaire et l’enfer…sur terre.
– Robespierre, Lénine, Hitler utopistes sanglants.
– Le plus grand texte de l’histoire de la pensée anti-utopique La parabole de l’ivraie et du bon grain.
– Aujourd’hui l’utopie des droits de l’homme postule l’effacement des peuples européens qui n’ont plus que le droit de se taire.
– A droite prendre le monde comme il est.
– Le rapport de la droite à la justice et au droit.
– Les états du Pape pendant 1000 ans une principauté comme une autre.
– L’impossibilité d’une théologie politique chrétienne.

2. Les institutions humaines comme mal nécessaire.

– La gauche prend la droite donne ?
– Quand la droite se renie en prélevant au delà du raisonnable sur la richesse nationale (aujourd’hui 57 % du PIB).
– L’histoire économique du don, les fondations caritatives de l’Eglise, un niveau jamais atteint dans l’histoire de l’humanité.
– Le mythe du communisme originel.
– La chute originelle rend nécessaires, les institutions humaines, l’argent, la propriété, l’Etat.
– La destruction de l’œuvre caritative de l’Eglise 11 juillet 1794, 3 années de détresse pour les indigents qui se jettent dans la Seine (sous le Directoire).
– Assignats et bourgeois fondés sur «  la terre à curés ».
– Discussion sur la phrase de St Paul : «  il n’y plus ni juifs ni grecs… » Interprétations erronées, la reconnaissance de la différence.
– La grande question de la liberté économique en France.
– La frontière entre doite et gauche passe à l’intérieur du libéralisme.
– le libéralisme sociétal, une idée de gauche et donc gnostique.
– Comment serfs et esclaves se sont libérés par l’économie protocapitaliste en contradiction avec les règles corporatistes.

3. La droite et l’économie, fondements anthropologiques.

– Mauvaise presse du mot libéral en France.
– non pas l’individualisme radical utopie millénariste.
– Hayek admet la tradition, les morales héritées, la solidarité des groupes en tant qu’expériences collectives sélectionnées par la méthode des essais/ erreurs.
– L’utopie peut-être libérale quand elle vise l’absolu de l’individu et du marché.
– La droite devrait-être libérale en ce que le libéral est proche du pessimisme chrétien.
– La fameuse fable des abeilles de R. de Mandeville revisitée.
– Jean-Claude Michéa et «  l’impasse Adam Smith ».
– Aux origines du grand essor de l’Occident la liberté économique.
– Le marché ou le plan, le problème de l’information.
– Maurice Allais démontre que l’un et l’autre poussés à l’extrême sont des utopies.
– A. Smith et le libre échange autour de l’acte de navigation, le primat de l’intérêt national de l’Ecosse.
– F. List et le protectionnisme, les industries dans l’enfance.
– Terray et Turgot en débat.
– Le national libéralisme en France, les expériences libre échangistes précèdent les révolutions, (1786, 1846, 1863)
– Les choix empiriques de la Suisses en matière de libre échange.
– La dimension patriotique de la droite.
– Le mythe de la nation révolutionnaire de gauche en 1789 passé à droite après Sedan .
– En réalité le modèle de l’Etat nation est fondé bien avant par la monarchie.
– La séparation du politique et du religieux en dépit de l’universalisme du christianisme permet l’état national, contrairement à L’islam qui ne les sépare pas.

Dernières émissions

Pour aller plus loin :