Journal du lundi 3 juillet 2017 : Politique / Congrès : Macron se paie Versailles

Journal du lundi 3 juillet 2017 : Politique / Congrès : Macron se paie Versailles

Les titres : Politique / Congrès : Macron se paie Versailles – Immigration / La Chapelle : succursale de Calais – Transport / Deux nouvelles lignes grande vitesse et après ? – Consommation / Le e-commerce en pleine expansion

1)  Politique / Congrès : Macron se paie Versailles

Le Roi Macron s’est offert Versailles. Au travers d’un discours d’une grosse heure, le président a déroulé les grands axes de sa politique à venir devant des rangs clairsemés. Une méthode qui a su crisper aussi bien à droite qu’à gauche.

C’est le véritable coup d’envoi de la présidence Macron. Ce lundi après-midi, le chef de l’Etat s’est adressé directement aux parlementaires en Congrès à Versailles. Une pratique inédite qui grille la politesse au premier ministre. En effet, Edouard Philippe doit faire mardi son discours de politique générale à l’Assemblée Nationale et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’effet sera bien atténué.

Désormais sorti des législatives, le président souhaitait revêtir les habits de la fonction une fois pour toutes et c’est désormais chose faite… et pas n’importe comment. Après la soirée de la victoire au Louvres, et la visite de Vladimir Poutine à Versailles, l’ancien banquier s’est à nouveau piqué de monarchie. Alors qu’il raréfie considérablement sa parole, – refusant même de donner le traditionnel entretien du 14 juillet , arguant que sa pensée était trop complexe pour l’exercice… si si, véridique, – le président voulait faire de sa prestation dans la ville royale un coup de force.

D’aucuns l’ont d’ailleurs accusé de jouer au monarque, quitte à affaiblir le Parlement et les responsabilités des élus et de l’exécutif. Dans ce cadre, Jean-Luc Mélenchon avait tout de suite fait savoir qu’il ne se rendrait pas au Congrès, qu’il considérait comme une farce. Une attitude assez peu surprenante pour le personnage qui ne refuse jamais un jour chômé… L’absence du leader de la France Insoumise a permis également à Marine Le Pen d’endosser le rôle de première opposante, même si les parlementaires n’avaient pas la parole.

Pour autant, Mélenchon n’était pas le seul à bouder le rendez-vous de Versailles. En effet, le patron de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, ne voyait en ce Congrès qu’une opération de communication au service du président et dénigrant le travail des parlementaires. Le centriste ouvrait également le débat du coût des réjouissances pour l’Etat… En effet, le caprice d’Emmanuel Macron coûtera entre 200 et 600 000 euros…Une bagatelle… Pour le lancement du grand emprunt pendant la crise financière, le Congrès réuni par Sarkozy avait laissé une facture de 400 000 euros… Avec la menace terroriste accrue et l’arrestation ce lundi matin d’un individu préméditant l’assassinat du président le 14 juillet prochain, la sécurité pour assurer le spectacle versaillais d’Emmanuel Macron pourrait bien faire grimper la facture. Parmi les postes les plus coûteux, se retrouve également celui de la captation vidéo… pas loin de 100 000 euros… Il faut ce qu’il faut pour faire sa promo !

Decorum, cérémonial et symboles, tous les ingrédients étaient réunis pour ravir Emmanuel Macron…

François de Rugy, le président de l’Assemblée Nationale a commencé par un hommage rapide à Simone Veil et une minute de silence, avant de laisser la parole au président de la République. Emmanuel Macron a commencé par réaffirmé son règne avec une majorité écrasante. A plusieurs reprises, le président a fait référence au vieux monde politique, monde des petits arrangements et du clientélisme rejetés par les électeurs… le tout en invitant à la retenue… avec sans doute une pensée pour Richard Ferrand.

D’un point de vue politique, Emmanuel Macron a réaffirmé son souhait de réduire d’un tiers le nombre de parlementaires, tout comme les membres du Conseil Economique et Social qui se doit d’être plus représentatif de la société. Il a également plaidé pour une dose de proportionnelle aux législatives. De manière générale, le président souhaite accélérer le processus législatif par un allègement des institutions. Il souhaite aussi supprimer purement et simplement la Cour de bJustice de la République pour en finir avec cette juridiction d’exception.

Emmanuel Macron a également annoncé que l’état d’urgence serait levé à l’automne, dans la perspective de la future loi anti-terroriste… rien d’étonnant puisque le texte sera une forme de mise en place d’un état d’urgence institutionnalisé… pour réprimer les attentats… sans pitié, selon ses propres mots. Le président a dans le même temps répondu aux critiques selon lesquelles ce texte serait liberticide en posant toutes les garanties… rhétoriques.

Après cette opération séduction, le premier ministre a du pain sur la planche pour son discours de politique générale qui a peu de chances d’être novateur.

2) Immigration / La Chapelle : succursale de Calais

Ca s’en va et ça revient, voilà les camps de clandestins ! Le campement sauvage de la porte de la Chapelle à Paris refait surface et s’étoffe de jour en jour. Le centre d’accueil à proximité est saturé. Les immigrés sans papier s’entassent, et avec eux, les risques sécuritaires et sanitaires.

3) Transport / Deux nouvelles lignes grandes vitesses et après ?

Deux nouvelles lignes à grande vitesse pour la France. Samedi une ligne Paris-Rennes a été inaugurée suivie dimanche par la  ligne reliant la capitale à la ville de Bordeaux. Des inaugurations qui ne sont pas passées inaperçues tout comme les déclarations du président de la république qui a annoncé que la France devrait à présent donner la priorité aux transports du quotidien.

4) Consommation / Le e-commerce en pleine expansion

Nouveau record pour le commerce sur internet. Selon le rapport de la fédération du e-commerce et de la vente à distance, le commerce électronique n’a jamais aussi bien fonctionné. Cette méthode séduit les Français mais attention aux arnaques.

5) L’actualité en bref

Nouvelle tentative d’attaque sur un militaire. Ce lundi matin, un individu de 57 ans a tenté de poignarder un soldat de l’opération Sentinelles aux abords de la gare Lille-Flandres.

Le soldat n’a pas été blessé et l’assaillant de nationalité belge a été interpellé dans la foulée. Selon la police, il ne s’agit pas d’un acte terroriste. L’individu aurait voulu se suicider en procédant de la sorte.

***

Le FC Gitan prend possession du stade municipal de Dinard. Plusieurs dizaines de caravanes ont envahi le petit stade de la commune bretonne dimanche. Lors de cette invasion de terrain, les gens du voyage ont pris à partie les forces de l’ordre et le maire de la ville. Malgré l’interdiction d’occupation, ils comptent rester sur place une quinzaine de jours.

***

Le cannabis trouve sa place au Nevada. L’Etat de l’ouest des Etats-Unis est devenu le 5ème à autoriser l’usage récréatif de la marijuana après l’Oregon, le Colorado, l’Alaska et Washington.  La principale ville du Nevada, Las Vegas, porte décidément bien son surnom de ville de tous les excès. La police a dressé une liste de ce qui reste interdit : vendre à des jeunes de moins de 21 ans, fumer du cannabis dans la rue ou encore conduire après un joint…

***

Traiter le problème à la racine ! Selon le cardinal ghanéen, Peter Turkson, responsable d’un vaste ministère du Vatican, il faut “fermer le robinet” de l’immigration en provenance d’Afrique. Concernant la menace de l’Italie d’interdire ses ports aux bateaux de migrants, le prélat affirme que le reste de l’Europe ne joue pas son rôle. Monseigneur Peter Turkson préconise donc de se concentrer sur les pays d’origine en répondant au problème par l’angle du développement.

De son côté, l’archevêque de Strasbourg Monseigneur Ravel n’a pas hésité à évoquer le Grand Remplacement de population en oeuvre en France…

Deux points de vue pas vraiment raccords avec les récentes déclarations du pape François.

Dernières émissions

Pour aller plus loin :