Sécurité / Attentat sur les Champs-Elysées – Journal du vendredi 21 avril 2017

Sécurité / Attentat sur les Champs-Elysées – Journal du vendredi 21 avril 2017

L’attentat islamiste a frappé la capitale jeudi sur les Champs-Elysées. Attaque lors de laquelle un policier français, Xavier Jugelé, âgé de 37 ans a trouvé la mort.

Un nouvel attentat à Paris donc, jeudi soir. Un terroriste islamiste a ouvert le feu sur un fourgon de police en faction sur les Champs-Elysées. Une nouvelle fois, la capitale française est la cible de l’Etat Islamique.

 

1) Sécurité / Attentat sur les Champs Elysées

2) Économie / L’emploi est au bout du diplôme

3) Santé / Perturbateurs endocriniens : contamination générale

4) L’actualité en bref

1) Sécurité / Attentat sur les Champs Elysées

La plus belle avenue du monde s’est transformée en scène d’horreur ! Jeudi, l’artère emblématique de la capitale française a été le théâtre d’une attaque revendiquée très rapidement par l’Etat Islamique. Vers 21h, alors que les trottoirs des Champs Elysées sont bondés, un individu s’est posté devant un fourgon de police en faction. C’est à ce moment que l’assaillant a tiré à plusieurs reprises en direction de policiers de la 32ème compagnie d’intervention de la direction de l’ordre public et de la circulation de la ville de Paris.

L’un des fonctionnaires a été tué et 2 autres ont été blessés dont un grièvement. Une passante a également été touchée par des éclats selon les déclarations du président de la République, François Hollande. Le terroriste a quant à lui été abattu par des tirs de riposte.

La scène n’a duré que quelques minutes mais la panique s’est très vite installée. Le quartier des Champs-Elysées bouclé, les rues et les stations de métro ont été fermées. Les passants ont été confinés dans les boutiques et les restaurants et les victimes prises en charge par les pompiers.

Alors que l’avenue est occupée par des centaines de policiers, l’hypothèse de l’attaque terroriste islamiste se précise. En effet, lors de l’inspection du véhicule de l’assaillant, des indices sur son identité ont été retrouvés… Il s’agit de Karim Cheurfi. Connu des services de police, l’individu aurait également signalé son passage à l’acte sur la messagerie Télégramme, très souvent utilisée par les terroristes islamistes. Sur cette dernière, il avait déclaré vouloir abattre des policiers.

Ce nouvel attentat intervient 2 jours après l’arrestation de deux islamistes à Marseille qui projetaient de commettre un attentat imminent sur le territoire français, et à seulement 3 jours du 1er tour de l’élection présidentielle.

Derrière les faits de cet attentat meurtrier, la personnalité du terroriste islamiste interpelle à défaut d’étonner… Karim Cheurfi était connu des services de police et déjà poursuivi en 2001 pour tentative d’assassinat contre des policiers. En toile de fond de l’attentat, demeure le spectre de cinq années de laxisme du pouvoir socialiste et le traitement médiatique des attaques…

Karim Cheurfi, c’est le nom du terroriste abattu après avoir tué un policier jeudi soir sur les Champs Elysées. Né à Livry-Gargan en Seine-Saint-Denis en 1977, il était âgé de 39 ans. De nationalité française, il logeait chez sa mère dans un pavillon à Chelles en Seine-et-Marne. C’est justement chez elle qu’une perquisition a eu lieu jeudi soir juste après l’attentat…

Karim Cheurfi n’était pas ce que l’on peut appeler un inconnu des services de police puisqu’il avait déjà à son actif trois tentatives de meurtre. Il avait été poursuivi en 2001 pour une double tentative d’assassinat contre des policiers. Une fois arrêté et placé en garde à vue, il subtilisera l’arme d’un policier et lui tirera dessus à cinq reprises…  

Le terroriste aurait également fait l’objet d’une surveillance de l’antiterrorisme depuis le début de l’année.

Déjà criminel donc, il n’était cependant pas tout à fait ce que l’on peut appeler un “loup solitaire” puisque son attaque a été revendiquée dans la soirée par l’agence de presse de l’Etat Islamique Aamaq. Élément contradictoire en revanche : Aamaq évoque le profil d’un djihadiste belge…

Les déclarations de soutien à la police et autres messages de “solidarité” ne pourront pas couvrir longtemps le bilan sécuritaire du quinquennat Hollande. Le président socialiste se félicitait, il y a à peine deux mois, qu’il n’y ait pas, en France, de circulation d’armes…

Outre l’incurie présidentielle, c’est bien le laxisme en matière de politique pénale qui peut être pointé du doigt. Le terroriste des Champs-Elysées était déjà délinquant multi récidiviste… Après ses différentes tentatives d’homicide, il avait été condamné à 20 ans de prison en 2003, et verra finalement sa peine allégée à 15 ans en 2005…

Suspecté de chercher des armes pour tuer des policiers, il avait été placé en garde à vue en février dernier à Meaux en Seine-et-Marne mais finalement relâché faute de preuves.

La politique pénale de Christiane Taubira, de ses prédécesseurs et plus largement les politiques pénales menées en France depuis des décennies pourraient être pointées du doigt. Du côté de l’exécutif, l’incapacité à nommer un ennemi et le bilan humain des 5 ans de mandat de François Hollande à la tête de l’Etat parlent d’eux mêmes…

Depuis l’attentat contre la rédaction du journal “Charlie Hebdo”, 238 personnes ont trouvé la mort en France du fait d’attaques terroristes islamistes…

Une responsabilité politique donc mais aussi une cacophonie médiatique…

Très pressées d’empêcher toute forme d’amalgame, les agences de presse française et britannique AFP et Reuters ont rapidement diffusé de fausses informations sur l’attentat affirmant notamment qu’il s’agissait d’un vol à main armée…

Et pour compléter le tableau de l’incompétence publique… les 32 stands de tir réservés à la police nationale d’Île-de-France ont tous été fermés ce vendredi sans qu’aucune date de réouverture ne soit indiquée… Ces fermetures seraient liées à un problème de contamination au plomb.

Un Coran, le livre sacré des musulmans, a été retrouvé dans l’automobile du terroriste ainsi qu’un texte favorable à l’Etat Islamique mais aussi l’adresse d’un commissariat et de la DGSI.

Dernier jour de campagne bousculé par cet attentat terroriste. Les principaux candidats à la présidentielle ont annulé leurs déplacements de ce vendredi. Quelques jours après l’attentat déjoué de Marseille, les prétendants à l’Elysée sont sous haute surveillance.

 

Dramatique rebondissement de fin de campagne. Alors que les candidats à la présidentielle vivaient leur dernier grand oral, un terroriste a attaqué des policiers sur les Champs Elysées, faisant une victime et plusieurs blessés. Sur France 2, les journalistes ont égrainé les informations – souvent erronées – au fil de la soirée. Emmanuel Macron était le premier à venir s’exprimer après le drame et a donc commencé son intervention sur l’attentat. Les autres candidats ont fait presque tous fait de même. Philippe Poutou, le candidat du NPA souhaitant désarmer les forces de l’ordre a passé un sale quart d’heure. En effet, alors qu’un policier venait d’être froidement abattu, ses critiques à l’encontre de leur travail était mal venues… Dans cet ordre d’idée, Jean-Luc Mélenchon, en plein boom dans les sondages, n’est pas non plus à la noce. Son discours sur les policiers a souvent été très critique et il avait participé à une manifestation de soutien à Théo… manifestation qui avait rapidement dégénéré contre la police où l’on entendait le slogan “flics, violeurs, assassins !”…  

Face à cette nouvelle attaque terroriste subie par la France, l’appel à l’unité nationale est unanime. Après avoir suspendu son déplacement à Montceau-les-Mines, en Bourgogne, fief de l’eurodéputé Sophie Montel, Marine Le Pen a donné une conférence de presse depuis son QG de campagne dans le VIIIè arrondissement de Paris, près des Champs-Elysées. François Fillon a considéré qu’il n’était pas nécessaire de poursuivre la campagne et qu’il fallait manifester sa solidarité avec les policiers. Il a également donné une conférence de presse ce vendredi matin.

Dans ce contexte d’attaque, les candidats représentant les institutions semblent privilégiés par les Français. Ainsi, François Fillon et Emmanuel Macron – plus que Benoît Hamon – incarnent les deux figures “légitimes” et pourraient gagner quelques points dans la dernière ligne droite. De même, les candidats de droite, incarnant généralement davantage la fermeté pourraient aussi prendre quelques points.

Ce soir à minuit, les sondages, c’est fini ! Brexit, Trump, Fillon, Hamon… Alors que les chiffres des instituts n’ont jamais été aussi nombreux dans une campagne présidentielle, les récentes élections ont anéanti tous les pronostics… Alors, amateurisme ou erreur volontaire pour influencer les résultats ? Retour sur ces boussoles médiatiques omniprésentes et … omnipotentes.

300 ! C’est approximativement le nombre d’enquêtes d’opinions effectué depuis janvier.  Un record ! Elaborés selon des méthodes dites “scientifiques”, les sondages ont la prétention d’être représentatifs en interrogeant des panels variés. Une prouesse pour des échantillons parfois à peine constitués d’un millier de personnes. Rien n’indique par ailleurs que les sondés répondent honnêtement aux questions… Pire… certaines enquêtes donnent droit à une petite rémunération… Des petits malins répondent alors au gré de l’appât du gain… Un adolescent devient alors un cadre dynamique de 30 ans… Un jeune au chômage une retraitée, etc…  Le tout en quelques clics, pour un petit cadeau et une … petite arnaque.
Pour autant, les manipulations peuvent se faire à l’échelle… industrielle. Dans ce cadre,  Philippe de Villiers raconte, comment en 1994, l’un de ses proches milliardaire a acheté des sondages pour renverser la dynamique de sa campagne.

La bonne vieille théorie de la réflexivité chère à George Soros. Il suffit ainsi de gonfler un candidat dans les enquêtes d’opinions, pour faire grimper sa popularité et donc sa véritable cote.

Ipsos, Ifop, TNS Sofres, tous ces instituts ont également des liens avec des propriétaires de grands groupes de presse et de l’industrie. Bernard Arnault, patron du groupe LVMH, qui prête des vêtements à Brigitte Macron, a ainsi positionné dans son conseil d’administration Nicolas Bazire, associé gérant à la banque Rothschild, présent au conseil d’administration de l’institut Ipsos. D’autres encore ont aussi comme BVA des activités plus larges de prestataires de services.

Les sondages produits par ces instituts sont ensuite repris par les grands médias, en boucle… dans un bruit assourdissant de chiffres sortis du chapeau.

Même si les sondages sont de moins en moins pris pour argent comptant, ils ont toujours un impact sur le phénomène dit du “vote utile”, qui consiste à privilégier une candidature haut dans les intentions de vote… quitte à oublier son premier choix pour un candidat plus “modeste”. C’est actuellement ce qui se produit avec Jean-Luc Mélenchon, au détriment de Benoît Hamon, à qui il siphonne des voix. Pourtant, le candidat insoumis propose d’en finir avec ce qu’il appelle la “sondocratie”… en interdisant les enquêtes d’opinions, soixante jours minimum avant les élections, alors qu’ils sont aujourd’hui autorisés jusqu’à la veille du scrutin.

 

 

2) Économie / L’emploi est au bout du diplôme

“Passe ton bac d’abord” n’est depuis longtemps, plus suffisant pour assurer un avenir professionnel à ses enfants. D’après une étude, c’est à partir de la licence – Bac + 3, que l’horizon de l’emploi s’éclaircit. Natasha Koenigsberg

80 % : c’est, d’après l’Agence pour l’emploi des cadres, la proportion de jeunes diplômés qui occupent un emploi stable un an après avoir arrêté leurs études. Quand on parle de diplôme, on parle de licence, master ou équivalence, ou encore, diplôme d’ingénieur.

Si 8 sur 10 occupent un emploi, 12 mois après avoir arrêté leurs études, ils sont 9 sur 10 à en avoir trouvé un ou plusieurs pendant cette période… La moitié de ces emplois sont des CDI, ce qui est largement supérieur à la moyenne nationale lors d’une première embauche, plus proche de 15 %. Mais attention, il y a quelques bémols tout de même : quand on y regarde de plus près, 4 jeunes diplômés sur 10 qui ont trouvé un emploi après leurs études occupent un poste qui n’a rien à voir avec leur formation. Ils donnent dans l’alimentaire. Leur diplôme leur a permis, le plus souvent, de se démarquer des autres candidats qui n’en avaient pas, même s’il ne leur apportait aucune compétence particulière nécessaire dans le poste.

Par ailleurs, les titulaires d’une licence, bac + 3, sont seulement 9 % à occuper des postes de cadres. C’est à partir du bac + 4 que ces postes s’ouvrent à eux dans un cas sur deux. Et encore tout cela n’est bien sur qu’une moyenne : un titulaire d’un master de psychologie ou de philosophie a nettement moins de chances de dégoter un bon job avec un statut cadre… qu’un titulaire d’un master en mécanique des fluides.

 

3) Santé / Perturbateurs endocriniens : contamination générale

Aucun enfant n’est épargné ! Le magazine 60 millions de consommateurs a fait analyser les cheveux de 43 adolescents et y a trouvé des molécules toxiques appelées “perturbateurs endocriniens”. Tous les échantillons sont contaminés. Explications.

Déformations génitales, risques de cancer, baisse de la fertilité chez l’homme, obésité, voilà à quoi conduit l’exposition aux perturbateurs endocriniens. Et ces derniers pullulent dans notre environnement.

D’après une étude publiée jeudi par le magazine 60 millions de consommateurs, 100 % des enfants sont contaminés. Phtalates, hydrocarbures, métaux lourds, pesticides, au total 6 familles de perturbateurs endocriniens ont été répertoriées dans les cheveux des 43 enfants étudiés. Le libre-échange expliquerait la présence des bisphénols, également détectés, alors qu’ils ont été interdits en Union Européenne en 2011.

Le rédacteur en chef du mensuel évoque le risque d’une véritable crise sanitaire. Et personne n’y échappe, les enfants habitant en milieu rural sont touchés comme ceux vivant en ville. Pour combattre efficacement les perturbateurs endocriniens, 60 millions de consommateurs publie une liste de conseils pratiques. Aérer son logement quotidiennement 10 à 15 minutes et faire le ménage une fois par semaine permet de se débarrasser des poussières, souvent conductrices de produits toxiques. Dans la cuisine, il s’agit d’éviter de garder ses vieilles poêles, le revêtement en téflon pouvant s’avérer dangereux. Concernant l’alimentation, il est conseillé de réduire sa consommation de poissons gras et de veiller à ne pas faire réchauffer d’aliments au four micro-ondes dans des emballages plastiques. Les phtalates que certains contiennent migrent dans les produits avec la chaleur. Enfin, 60 millions de consommateurs préconise d’éviter l’usage des prises anti moustiques et les cosmétiques à base de parabens.

L’Union Européenne semble actuellement incapable de donner une définition claire des perturbateurs endocriniens pour mettre en place une réglementation.

 

5) L’actualité en bref

Un attentat pour s’enrichir ! La police allemande a arrêté ce vendredi l’auteur présumé de l’attaque à l’explosif contre le bus du Borussia Dortmund. Il s’agirait d’un ressortissant germano-russe de 28 ans. Selon le parquet fédéral, l’individu souhaitait s’enrichir en spéculant sur une baisse du prix de l’action du club. Les hypothèses du terrorisme islamiste ou d’extrême gauche antifasciste sont donc écartées. Rappelons que le défenseur espagnol du Borussia Dortmund Marc Bartra a été blessé lors de l’explosion.

***

Élection perdue pour le gouverneur chrétien de Jakarta. Candidat à sa propre succession dans la capitale indonésienne, la campagne n’a pas été facile pour Basuki Tjahaja Purnama qui s’est rapidement retrouvé en procès pour “blasphème”. Il avait en effet cité des versets du Coran pour dénoncer les musulmans radicaux. Ces derniers n’ont pas manqué l’occasion pour se mobiliser rassemblant quelques  “6 millions de personnes”. Mobilisation qui a très certainement pesé dans le résultat de l’élection. Faute de preuves valables, les juges ont, pour le moment, décidé de ne rien retenir contre lui…

***

Les Yézidis d’Irak ont fêté leur nouvel an ! Des milliers d’entre eux ont participé aux célébrations dans la ville de Lalish dans la région de Ninive dans le Kurdistan irakien au nord du pays. Un nouvel an entaché d’un mauvais souvenir. Il y a 3 ans, des exactions avaient été commises ce même jour par les terroristes de l’Etat Islamique. Des milliers de Yézidis avaient dû s’exiler.

***

Découverte historique en Egypte ! Des sarcophages, des ustensiles et 8 momies ont été découverts lors d’une fouille archéologique à Louxor dans le gouvernorat de Qena. Cependant, certains étaient détruits. Ces objets pharaoniques seraient vieux de près de 3 500 ans.  La tombe aurait appartenu à Userhat de la 18ème dynastie.

***

Des hôtels pour loger des migrants dans toute la France ! 62 hôtels à bas coûts Formule 1 dits “F1” sont sur le point d’être vendus à la société Adoma, spécialisée dans “l’hébergement social pour les travailleurs”. 62 nouveaux centres d’accueil pour les clandestins seront bientôt disponibles. 393 emplois sont directement menacés dans ce projet de restructuration.

De son côté le maire de Chasse-sur-Rhône, en Isère, n’a pas caché ses inquiétudes concernant le projet d’accueil de 200 clandestins dans l’hôtel de sa ville. Chasse-sur-Rhône compte à peine 6 000 habitants !

Dernières émissions

Pour aller plus loin :