Marine Le Pen à Marseille : coup de barre à droite – Journal du jeudi 20 avril 2017

Dernier appel pour l’insurrection nationale. A 4 jours du 1er tour de la présidentielle, et malgré une menace terroriste pesant sur plusieurs candidats, Marine Le Pen a fait salle comble dans la cité phocéenne avec plus de 5 000 personnes.

Dans une terre souvent favorable au vote FN, le discours marseillais a été résolument ancré à droite, comme lors du meeting parisien. Immigration, insécurité, lutte contre le terrorisme, Marine Le Pen souhaitait montrer un visage de fermeté.

Marine Le Pen n’a pas non plus oublié de tacler ses principaux adversaires, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. La candidate s’est posée comme le seule recours pour rétablir l’indépendance de la France.

1) Sécurité / Parcours des deux terroristes présumés de Marseille

2) Société /Les épouses des forces de l’ordre dans la rue

3) Économie / Record de promesses d’embauche en 2017

4) International / Venezuela : le pays vole en éclats

5) L’actualité en bref

Et de son côté, François Fillon n’en démord pas, il sera au second tour ! Malgré la dangereuse remontée de Jean-Luc Mélenchon, le candidat les Républicains ne s’avoue pas vaincu et croit encore à ses chances. Jean-Frédéric Poisson, porte-parole de François Fillon estime également que la droite peut se maintenir au second tour, même si tout risque de se jouer dans un mouchoir de poche.

Depuis son élection à la primaire de la droite et du centre, et malgré les affaires, François Fillon a toujours tenté de rassembler sa famille politique autour de sa candidature… Un exercice d’équilibriste qui fait souvent grincer des dents, comme la présence de Sens Commun dans l’entourage du candidat.

Dans la droite lignée du bon mot de François Fillon en appelant son adversaire banquier “Emmanuel Hollande”, Jean-Frédéric Poisson rappelle combien il est impossible de désolidariser la catastrophe du quinquennat socialiste du travail d’Emmanuel Macron, à Bercy, mais avant à l’Elysée… Le patron du Parti Chrétien Démocrate déplore également cette vision marchande de la société promue par le candidat en marche.

L’ancien banquier était d’ailleurs à Nantes en Loire-Atlantique pour un meeting. Un comité d’accueil l’attendait de pied ferme. Un reportage de nos confrères de Breizh-info.

 

 

1) Sécurité / Parcours des deux terroristes présumés de Marseille

Les prisons de nouveau pointées du doigt ! Les deux terroristes présumés de Marseille ont fait connaissance dans la maison d’arrêt de Sequedin dans le Nord. L’administration pénitentiaire ignorait que l’un d’eux était fiché S. Portrait !

Ils ont partagé la même cellule pendant plus d’un mois. Les deux terroristes présumés de Marseille se sont rencontrés à la prison de Sequedin dans le Nord. A son arrivée, Clément Baur est incarcéré sous le nom d’Ismaël Djabrailov, demandeur d’asile Tchétchène. Il avait été condamné, en janvier 2015, à 4 mois de prison pour usage de faux papiers. Il cohabite alors avec un autre détenu, Mahiedine Mérabet, un petit dealer qu’il va “radicaliser”. Clément Baur est alors fiché S mais les gardiens n’en savent rien. Il sortira de prison en mars 2015.

De son côté, Mahiedine Mérabet est transféré au centre de détention de Longuenesse dans le Pas-de-Calais. Soupçonné d’être musulman “radical”, il est fiché S dès sa sortie en mars 2016. Quelques mois plus tard en décembre, dans le cadre de l’état d’urgence, les policiers perquisitionnent l’appartement de Mahiedine Mérabet à Roubaix mais tombent sur Clément Baur qui décline une fausse identité et n’est pas poursuivi. Il passe alors par la Belgique, l’Allemagne, avant de revenir en France. Les deux individus se retrouvent, en Mars, à Nancy avant de rejoindre Marseille séparément la semaine dernière.

La suite : ils sont interpellés mardi par les forces de l’ordre. Les policiers retrouvent des armes prêtes à l’emploi dans leur appartement et une image de François Fillon. Averties de la menace terroriste, les équipes du candidat républicain en meeting à Montpellier ont renforcé leur dispositif de sécurité. François Fillon est également suivi en permanence par 12 officiers de sécurité du service de la protection. Marine Le Pen est également concernée par l’évaluation des risques du ministère de l’Intérieur.

Reste un problème, pourquoi les gardiens de la prison de Sequedin ignoraient l’identité réelle et le fichage de Clément Baur ? Pour Alain Jégo, directeur interrégional des services pénitentiaires, le parquet n’a pas fait les vérifications d’identité.

 

2) Société /Les épouses des forces de l’ordre dans la rue

Les épouses des forces de l’ordre, dans la rue ! Le quinquennat Hollande n’aura pas été de tout repos pour les policiers, gendarmes et autre CRS ! S’estimant abandonnées ou même méprisées, leurs épouses vont manifester samedi pour faire entendre leur mécontentement.

Pas contentes ! Les épouses des policiers, gendarmes et autres CRS descendent dans la rue pour faire entendre leur mécontentement. Elles se sont données rendez-vous à Paris samedi à 13h au mur de la Paix et se dirigeront vers l’Esplanade du Champs de Mars. Les épouses se sont regroupées sous le nom :”Femmes des Forces de l’Ordre en colère”. A l’initiative de la mobilisation, Aurélie explique pourquoi les épouses des forces de l’ordre se mobilisent.

C’est sur la page Facebook “Femmes des Forces de l’Ordre en Colère” qu’elles se sont rassemblées. Près de 4 500 personnes ont rejoint ce groupe dénonçant la “haine anti-flic” et le traitement des forces de l’ordre par les média qu’elles estiment “injuste”. Elles critiquent également les incitations à la haine contre les familles de policiers sur les réseaux sociaux. Pour Aurélie, “l’affaire Théo” a été l’affaire de trop pour les forces de l’ordre.

Le rassemblement de samedi se veut une “manifestation de sympathie” à l’égard des forces de l’ordre. Le groupe Femmes des Forces de l’Ordre en colère invite toutes les personnes qui soutiennent leur démarche à les rejoindre. La manifestation ayant lieu la veille de l’élection présidentielle, un dispositif de sécurité important pourrait être mis en place d’autant que les organisations d’extrême gauche antifascistes ne devraient pas voir d’un très bon œil ce type de mobilisation.

 

3) Économie / Record de promesses d’embauche en 2017

Près de 2 millions de promesses d’embauche en 2017 ! C’est le résultat d’une enquête envoyée à 1,6 million d’entreprises françaises. La décrue du chômage semblerait donc se confirmer. Mais n’en tirez pas pour autant de conclusions hâtives. Natasha Koenigsberg

1 million 976 000 embauches, voilà ce que les chefs d’entreprise français envisagent pour l’année qui est déjà bien entamée, quand on les interroge. Et, fait significatif, ce sont en particulier les patrons de TPE qui sont les plus enthousiastes : ils promettent plus de la moitié des postes recensés dans cette étude de Pôle Emploi. Mais n’allez pas pour autant penser que 2 millions d’emplois nouveaux vont être créés cette année. Pour l’essentiel, il s’agit de remplacements de départs à la retraite, de ruptures conventionnelles ou de démissions. En revanche, ce sont 150 000 recrutements de plus qu’en 2016. Il y a donc un mieux annoncé sur le front de l’emploi, mieux motivé par une seule raison : les patrons sont à nouveaux optimistes. Et pourquoi sont-ils optimistes ? Tout simplement parce qu’ils sont persuadés que le contexte économique va forcément changer pour eux et leur être plus favorable.
Ce n’est donc en aucun cas le résultat de 5 ans de gouvernement Hollande, de 5 ans de socialisme, qui provoque ce sursaut d’enthousiasme. C’est tout au contraire la quasi certitude que la page catastrophique sur le plan économique du Hollandisme va être tournée qui rassure les employeurs. Logique quand on sait que tant dans le programme de François Fillon, d’Emmanuel Macron, que de Marine Le Pen, les mesures en faveur des entreprises sont légion, en particulier au niveau des baisses de charges.

Les secteurs qui recruteront le plus en 2017 sont ceux des services… à la personne, comme aux entreprises. Dans le premier cas, c’est le vieillissement de la population qui provoque cet appel d’air. Dans le second, c’est l’ubérisation de l’économie qui continue son avancée, on délègue de plus en plus de tâches à des prestataires externes plutôt que d’embaucher. Autre secteur qui promet d’embaucher, le bâtiment. Là encore, les programmes des candidats favoris pour la présidentielle ont forcément influé sur le moral des patrons sondés… De la clause Molière à la promesse d’interdire la directive européenne sur les travailleurs détachés, il y a en effet de quoi espérer un mieux quand Hollande partira.

Demeure un point noir : une fois de plus, l’enquête de Pôle Emploi pointe l’écart entre l’offre, les emplois recherchés par les entreprises et la demande, celle des chômeurs, et en particulier… des chômeurs de longue durée. Bonne nouvelle cependant, les employeurs devraient être moins regardants cette année sur les CV, au moment d’embaucher…

 

4) International / Venezuela : le pays vole en éclats

Le Venezuela s’enfonce dans la crise. Les manifestations dans le pays ne faiblissent pas et les affrontements sont de plus en plus intenses. Ils ont fait 3 nouvelles victimes, faisant grimper le bilan à 8 morts. Le président socialiste Nicolas Maduro durcit le ton et s’accroche à son siège.

“La mère de toutes les marches” restera dans les mémoires vénézuéliennes ! Des centaines de milliers d’opposants au régime du président socialiste et héritier d’Hugo Chavez, Nicolas Maduro, ont défilé mercredi dans les rues de la capitale Caracas et dans plusieurs autres villes du pays, pour réclamer son départ.  

Déjà en proie à de graves problèmes économiques et sécuritaires, le Venezuela doit maintenant  faire face à une contestation politique de grande ampleur. La contestation est marquée par de nombreux conflits opposant les réfractaires au gouvernement et les pro-Maduro.  

C’est dans un climat extrêmement tendu que le Parlement, dirigé par l’opposition, tente par tous les moyens de renverser Nicolas Maduro après que la Cour Suprême, proche du président, a tenté de s’arroger le pouvoir parlementaire.

A la crise institutionnelle s’ajoute un bilan humain avec la mort de 3 personnes : 2 manifestants et un militaire lors du rassemblement de mercredi. Un adolescent de 17 ans et une jeune femme de 23 ans ont été tués d’une balle dans la tête.

Ces tirs auraient été, selon l’opposition, commis par les”colectivos” : un groupe de civils armés par le gouvernement de Maduro.

Une accusation qui n’a pas manqué de faire réagir l’un des principaux responsables du pouvoir du président vénézuélien qui a déclaré, à son tour, que le militaire avait été tué par les manifestants.

De son côté, l’héritier de Chavez, dénonce un coup d’Etat dirigé par Washington. Il a déclenché le Plan Zamora qui prévoit de débloquer un budget pour armer 500 000 miliciens en prévision des manifestations et d’une éventuelle intervention étrangère.  

Des accusations rejetées par Washington qui garde tout de même un œil attentif sur la situation vénézuélienne.

Cependant, Nicolas Maduro ne compte pas céder, quitte à employer la force et le bilan de 8 morts va sans doute s’allonger puisque le dirigeant de l’opposition, Henrique Capriles, a convoqué de nouveaux rassemblements.

 

5) L’actualité en bref

Des pertes d’importance dans les rangs de l’Etat Islamique. L’armée irakienne a annoncé avoir tué le tireur d’élite numéro 1 de Daech lors d’une offensive. Les soldats auraient également abattu l’un des chefs du groupe terroriste, Abu Hajar al-Russi. Les attaques ont été menées à Mossoul. La ville est en passe d’être totalement reprise par l’armée irakienne.

***

Donald Trump, professionnel du poker menteur ! Alors que le gouvernement américain avait annoncé avoir envoyé le porte avion Carl Vinson dans la péninsule coréenne pour mettre la pression sur le dirigeant Kim Jong Un, plusieurs médias contredisent cette information. Le Washington Post et le New-York Times ont relayé une photo de la marine américaine montrant que le porte avion a en réalité pris la direction de l’Indonésie. D’autres photos prises un peu plus tard montrent le navire dans l’Océan Indien. Sacré Donald !

***

Coup de filet contre la pédopornographie. Mardi, Europol et Interpol ont annoncé l’arrestation de 39 individus un peu partout dans le monde dans le cadre du démantèlement d’un réseau international. Les suspects seraient originaires d’Amérique Latine et d’Europe. Le réseau permettait l’échange de photos et de vidéos d’enfants via une application mobile. Plus de 360 000 contenus pédopornographiques ont été retrouvés à l’issue de 19 perquisitions.

***

Instaurer un système autoritaire en Turquie. C’est la volonté du président Erdogan interrogé par la chaîne d’information américaine CNN. Après la victoire du “oui” au référendum sur l’élargissement des pouvoirs du chef de l’Etat, Recep Tayyip Erdogan entend supprimer le poste de premier ministre et accroître ses pouvoirs judiciaires. Cette réforme constitutionnelle signe la mort de la République d’Atatürk et le retour d’une certaine forme de Califat.

Dernières émissions

Pour aller plus loin :