Port d’armes : un droit fondamental ?

Aux armes, citoyens ! Certains seraient tentés de le prendre au mot. C’est notamment le cas de groupes de pression français qui militent pour le port d’armes en France. Une question de moins en moins tabou.

Si le sujet fait souvent débat Outre-Atlantique, la question du port d’arme a fait irruption récemment dans le débat public français, notamment depuis la vague d’attentats islamistes qui a touché le pays ces dernières années.

En France, le port d’arme était libre jusqu’en 1939, date à laquelle il est prohibé par un décret temporaire. Aujourd’hui, le port d’armes est strictement interdit aux “pays des droits de l’homme” et peut être sanctionné par 5 ans de prison.

Voir également : Macron, le candidat du lobby pharmaceutique – Journal du 8 Mars 2017

Invoquant le droit fondamental de se défendre face à la délinquance, des organisations pro-arme, comme l’Institut Mirabeau ou le groupe ARPAC, l’Association Pour le rétablissement du port d’arme citoyen, voient le jour en France.

Dans un pays déjà meurtri par le terrorisme et où l’année 2016 a enregistré un taux de délinquance record, ces organisations revendiquent la possibilité pour les citoyens de porter une arme afin d’assurer leur propre protection. Mais cela ne se ferait pas sans certaines conditions, comme ne pas avoir d’antécédents psychiatriques et obtenir un certificat médical d’aptitude.

Si la protection des citoyens figure parmi les fonctions régaliennes de l’Etat, les récents événements ont montré que les forces de l’ordre ne sont peut-être pas les mieux à même de remplir un tel rôle.

Les attentats ont largement contribué à faire basculer l’opinion publique et politique en faveur du droit au port d’armes. Mais une légalisation ne pourra se faire sans une évolution de la vision que les Français ont de l’arme en général.

Du côté de nos voisins européens, c’est la Suisse qui, proportionnellement à sa population, comprend le plus de personnes légalement armées. Fait intéressant, la Suisse était aussi dans le top 10 des pays les plus sûrs au monde en 2016, d’après une étude du Legatum institute de Londres.

Pour rappel l’auteur et homme politique révolutionnaire français Mirabeau n’avait pas ajouté d’amendement sur le port d’arme dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, E, la situation s’est aggravée ces dernières années… Le nombre de Français mal logés augmente, et l’on ne parle ici que de l’espace, la surface du logement, pas de l’insalubrité, de l’isolation ou du chauffage, sans parler du bruit ou des odeurs qui révoltaient un certain Jacques Chirac en campagne, il y a très longtemps… En cause, la hausse des loyers, ou plutôt, leur explosion. Ils ont augmenté de… 128 % en 25 ans, entre 1988 et 2013, quand dans le même temps l’inflation, qui symbolise l’évolution du pouvoir d’achat des français, n’a augmenté que de 59 % pendant la même période.. Se loger coûte donc deux fois plus cher aujourd’hui qu’au début des années 90.

On ne sera pas étonné d’apprendre que selon l’INSEE, les mals logés, à l’étroit, se recrutent essentiellement, pour ne pas dire uniquement au sein des familles ou des foyers avec enfants… considérant que ce droit à se défendre était tellement évident qu’il n’était pas utile de le préciser par écrit…

Dernières émissions

Pour aller plus loin :