Autolib : après 5 ans quel bilan ?

Autolib s’est développé dans plusieurs villes – Bordeaux, Turin, Singapour et prochainement à Los Angeles – semble séduire de nombreuses agglomérations.

Mais après 5 ans d’exploitation à Paris, autolib n’a toujours pas atteint l’équilibre financier et rien n’indique pour l’heure que cela arrivera un jour.

Le service compte de plus en plus d’abonnés mais de moins en moins d’utilisateurs, dans les faits on compte 30 000 abonnés de plus en 2016 par rapport à 2015 pour 470 000 trajets de moins, l’équation semble insoluble !

En vérité il n’y aurait pas assez de voitures pour assurer le service correctement, mais comment assurer équilibre financier et voitures en quantité suffisante ?

Afin de parvenir à un équilibre financier plusieurs pistes sont envisagées, l’augmentation du prix d’abonnement, la publicité, ou encore son financement via les impôts locaux de l’utilisateur.

Le service qui est privilégié par les CSP + vivant à Paris (54 % des usagers) devrait ainsi être payé par tous ? ! Une telle perpective paraît aussi onjuste qu’improbale…

Quoi qu’il en soit, me projet devrait perdre 179 millions d’euros à son terme en 2023, cette somme devrait être couverte contractuellement par la société Bolloré à hauteur de 60 millions, le déficit résiduel sera couvert par la petite centaine de communes adhérentes. Cette perte est une perte sèche et ne couvre pas la perte de places pour se garer qui étaientbien souvent payantes.

On comprend mieux pourquoi le groupe Bolloré continue d’investir dans son bébé électrique, les pertes sont mutualisées alors que si gain il y a un jour, ceux-ci seront bien privatisés à son seul profit !

Source : parisvox.info

Dernières émissions

Pour aller plus loin :