JOURNAL DU LUNDI 5 DÉCEMBRE : EUROPE / AUTRICHE : LA DÉSILLUSION HOFER

Les titres : Europe / Autriche : la désillusion Hofer – Europe / La justice française, police mondiale de la pensée – Economie / Sud-Ouest : crise de foie gras – Société / Carton plein pour Renaissance Catholique.

 

Cap sur l’Elysée

 

Manuel Valls va au feu. 5 jours après la décision de ne pas se représenter à la présidentielle de François Hollande, le Premier Ministre a annoncé ce lundi soir dans la ville d’Evry, dont il a été maire, qu’il partait pour la course à l’Elysée.

 

Même pas peur. Malgré une popularité en berne à peine plus haute que celle du chef de l’Etat, Manuel Valls se lance dans la course. Après plusieurs semaines de tensions avec François Hollande, le Premier Ministre a décidé de braver l’impopularité de sa politique et de se présenter devant les Français pour les plus hautes fonctions de l’Etat.

 

VIDEO

 

Effectivement, les Premiers Ministres sortants de la Ve République ne sont jamais parvenus à séduire les Français du premier coup… Si François Hollande marquera l’histoire avec sa décision de renoncement à un deuxième mandat, Manuel Valls va lui aussi devoir forcer le destin pour s’imposer… En effet, alors que les candidats déclarés à la primaire socialiste ont tous constitué leur image grâce à la critique du gouvernement, l’ancien maire d’Evry devra quant à lui défendre son bilan… et surtout ses méthodes autoritaires, notamment les différentes utilisations de l’article 49.3 pour faire passer en force les lois contre sa majorité.

Une majorité pour qui Manuel Valls n’est pas forcément le candidat naturel. En effet, le nombre croissant de frondeurs parmi les socialistes laisse planer le doute quant à la possibilité pour le futur ex-Premier Ministre de s’imposer lors de la primaire. Arnaud Montebourg, qui recueille sans doute la majorité des soutiens parmi l’aile gauche des socialistes avaient déjà battu Manuel Valls lors de la primaire de 2011… et rien n’indique que la tendance s’inversera pour celle de 2017. En cas d’échec cuisant de l’ancien maire d’Evry, il sera bien difficile de rebondir. Si toutefois il y parvenait, c’est sans doute Jean-Mélenchon qui tirerait son épingle du jeu en s’affichant comme le seul véritable candidat de gauche.

 

 

Après son annonce de se présenter à la présidentielle, Manuel Valls démissionnera dans la foulée. Les regards se portent donc vers le prochain locataire de Matignon… Une place qui pourrait être occupée par Jean-Yves Le Drian. Actuel Ministre de la Défense, le breton bénéficie d’une relativement bonne image et il est également apprécié des Armées dont il est le responsable. Bernard Cazeneuve est également en bonne place pour déménager de la place Beauvau à Matignon… Fidèle du président, son ministère a été mis à l’épreuve pendant les attentats terroristes et a visiblement contenté par son action… Sa nomination à Matignon serait toutefois un lourd pied de nez pour les forces de police qui ont manifesté ces derniers mois… tout comme pour les militants pro-famille qui ont essuyé sa répression ciblée…

Michel Sapin, le ministre de l’Economie et des Finances et Marisol Touraine, le ministre de la Santé pourraient également atterrir à Matignon… Pour autant, la qualité de leur bilan de ministre n’a pas marqué les esprits…

D’autres noms sont également évoqués. C’est le cas de Stéphane Le Foll. Le ministre de l’agriculture et porte-parole du gouvernement, a montré sa capacité à gérer les crises, notamment lors des tensions entre Manuel Valls et François Hollande. Une qualité utile lorsque le bilan du quinquennat sera attaqué au fil de la primaire, puis de la présidentielle… D’autres personnalités pourraient également faire la surprise à Matignon, comme Najat Vallaud Belkacem… qui aurait le mérite de présenter une figure féminine… ce que Ségolène Royal n’aurait pu faire… d’une part à cause de son ancienne relation avec le Président de la République et d’autre part à cause de ses déclarations sur Fidel Castro lors des funérailles à Cuba qui ont suscités la polémique…

 

VIDEO

 

De son côté, le Président de la République continue son chemin jusqu’à la fin de son mandat. Désormais à l’abri d’une grande partie des critiques grâce à son retrait futur du jeu politique, il se place désormais au dessus de la mêlée… oubliant parfois le désaveu général dont il a été l’objet. Il a profité d’un voyage à Abou dhabi pour mettre en garde François Fillon sur sa volonté de réduire le nombre de fonctionnaires.

 

VIDEO

 

Des mises en garde bien présomptueuses au regard du bilan de François Hollande qui semble peu en mesure de pouvoir donner des leçons.

Du côté du Front National, on poursuit les réunions pour élaborer le programme définitif de Marine Le Pen, lequel sera dévoilé en février. Vendredi dernier, le parti était réuni à Paris pour évoquer les questions écologiques. Nous étions sur place.

Un an après la COP 21, le Front National se réunissait pour sa convention sur l’Ecologie. Le but, faire un tour d’horizons des principaux sujets environnementaux et faire des propositions pour construire une écologie patriote et se tourner… vers le futur, comme le rappelle le vice président du Front National, Florian Philippot.

 

VIDEO

 

Le président du Collectif Nouvelle Ecologie, Philippe Murer a réaffirmé l’importance de l’écologie pour l’avenir de l’humanité, par delà les clivages partisans.

 

VIDEO

 

Pierre Hinard, ancien inspecteur dans les abattoirs converti dans l’agriculture biologique est venu partager son expérience et son expertise avec les cadres du Front National.

 

VIDEO

 

Quotas, normes et dérégulations exigés par Bruxelles, voilà ce que Marine Le Pen souhaitait également dénoncer. A peine sortie de l’avion qui la ramenait de Mayotte, la Présidente du Front National a clôturé la convention sur l’Écologie riche de 21 propositions pour son programme présidentiel.

 

 

Europe / Autriche : la désillusion Hofer

 

Désillusion pour le camp nationaliste en Autriche ! Le candidat du FPÖ, Norbert Hofer, a perdu l’élection présidentielle contre le libéral-écologiste Alexander Van der Bellen. C’était la 2nde fois que les deux hommes s’affrontaient en l’espace de 7 mois… Les bons scores enregistrés par les nationalistes autrichiens laissent cependant des perspectives électorales futures intéressante.

Entretien avec Thibaud Bastide

Grande déception dans le camp nationaliste autrichien ! Le candidat du FPÖ est nettement battu par le libéral-écologiste Alexander Van Der Bellen qui recueille 53,6 % des voix. Cette élection avait un goût de déjà vu puisqu’un premier scrutin s’était tenu en mai dernier. Scrutin finalement annulé par la Cour constitutionnelle du fait de nombreuses irrégularités… Le travail de sape du candidat écologiste qui bénéficiait du soutien de l’ensemble de la classe politique mais aussi des médias a bel et bien fonctionné. Alexander Van Der Bellen a fait campagne en dénigrant systématiquement son adversaire faisant planer le risque d’une sortie de l’Union Européenne.

 

VIDEO

 

Des accusations antieuropéennes qui ne sont pourtant pas justifiées puisque Norbert Hofer voulait simplement renégocier les relations qui unissent Vienne et Bruxelles.

 

VIDEO

 

Dès les premières estimations, Norbert Hofer a reconnu sa défaite affirmant que cette élection s’est déroulée régulièrement. Beau joueur, le candidat nationaliste a même félicité son adversaire et a appelé les Autrichiens à travailler ensemble. Cette défaite n’est pas déterminante pour le FPÖ, le président fédéral ayant un rôle essentiellement protocolaire, mais elle le prive d’une belle vitrine. Une victoire lui aurait en effet permis d’assurer la présidence tournante de l’Union Européenne. Le FPÖ se tourne désormais vers les élections législatives de 2018 et peut compter sur une assise locale importante puisqu’il codirige déjà l’Etat fédéré du Burgenland avec les sociaux démocrates. Il dispose également de nombreux élus et dirige déjà des villes de tailles moyenne comme Wels en Haute-Autriche.

 

Europe / La justice française, police mondiale de la pensée

 

La justice française fait sa loi en Suisse ! Les juges de la 17e Chambre correctionnelle de Paris se sont déclarés compétents pour juger le suisse Alain Jean-Mairet, ancien responsable du site suisse Riposte laïque, au motif que les articles dudit site sont accessibles en France. Pierre Bergerault

 

Le droit d’ingérence de la justice française n’a plus de limite ! A l’été 2015, sous la direction du Suisse Alain Jean-Mairet, le site suisse de l’association Riposte Laïque publie un article critique envers l’Islam du Tunisien Salem Ben Ammar. Une plainte est alors déposée par la LICRA, la ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme. La 17ème Chambre correctionnelle de Paris la juge recevable et condamne alors Alain Jean-Mairet à 5 000 euros d’amende et à octroyer 3 000 euros de dommages et intérêts et frais de justice à la LICRA. Un verdict qui signifie que les lois françaises s’appliquent désormais dans le monde entier. L’ancien responsable du droit arabe et musulman à l’Institut suisse de droit comparé, Sami Aldeeb, avait témoigné en faveur d’Alain Jean-Mairet. Il a exprimé sa stupéfaction devant le fonctionnement de la justice française et l’attitude de la Licra.

 

VIDEO

 

Jean-Luc Addor, Conseiller national du Vallois, équivalent d’un député, a dénoncé une atteinte au principe de souveraineté nationale et envoyé un courrier au ministre de la justice, Jean-Jacques Urvoas. Pour Jean-Luc Addor, ce jugement peut avoir de graves répercussions sur la jurisprudence.

 

Entretien avec Jean-Luc Addor

 

Les avocats d’Alain Jean-Mairet ont plaidé deux questions prioritaires de constitutionnalité le 1er décembre dernier pour contester le verdict de la 17ème Chambre. Le résultat sera connu le 9 février prochain. Ils ont également fait appel de la décision de la 17eme Chambre correctionnelle.

 

Economie / Sud-Ouest : crise de foie gras

 

C’est le drame dans le Sud-Ouest ! A quelques jours des fêtes de fin d’année, alors que les producteurs de foie gras espéraient pouvoir se refaire une santé après la crise sanitaire du début d’année, une nouvelle épidémie de virus de grippe aviaire menace leur avenir… Natasha Koenigsberg

 

2 milliards d’euros : c’est le poids de la filière française de production de foie gras… qui représente également 20 000 emplois localisés en grand partie dans le Sud-Ouest de la France.

Des emplois menacés par la nouvelle crise de grippe aviaire déclenchée jeudi dernier. un, puis, plusieurs élevages ont été diagnostiqués contaminés par le virus H5N8, propagé par les animaux migrateurs… conséquence immédiate l’interdiction de commercialisation du foie gras à l’international, qui devait être levée vendredi dernier, a été renouvelée ! privant le foie gras français de débouchés lucratifs à l’étranger. Seule la vente en France et en  Europe des produits issus des exploitations épargnées par le virus reste possible.

On avait déjà annoncé voici quelques semaines que la précédente crise de grippe aviaire renchérirait le prix du foie gras de 25 % … voici donc désormais apparaître le risque de défiance des consommateurs… sans compter qu’à l’international, la place du foie gras français est en train d’être prise par d’autres produits sur les cartes des grands restaurants ou chez les traiteurs…. et quand une place est perdue… elle est difficile à reconquérir.

Face à cette fatalité…  difficile, de désigner un bouc émissaire.. la mondialisation ou l’Europe n’y sont pas pour une fois pour rien… tout au plus peut-on rappeler que le virus de la grippe aviaire qui décime en ce moment des exploitations de canards françaises vient, à l’origine, d’élevages asiatiques. On saura courant janvier quel a été l’impact de cette nouvelle crise sanitaire sur les ventes de foie gras et sur les exploitants… Les fêtes de fin d’année représentent pour certains jusqu’à 80 % de leur chiffre d’affaires.

 

Société / Carton plein pour Renaissance Catholique

 

Dimanche, l’association Renaissance catholique organisait sa 25ème fête du livre à Villepreux au domaine de Grand’Maisons dans les Yvelines. Plus de 1 000 personnes sont venues à la rencontre de nombreuses personnalités parmi lesquelles Philippe de Villiers, Eric Zemmour, Patrick Buisson ou encore Robert Ménard…

 

VIDEO

 

L’actualité en bref

 

Le premier ministre italien démissionne ! Matteo Renzi l’a annoncé dimanche après minuit au terme d’un référendum largement perdu portant sur une réforme constitutionnelle. Un gouvernement dit “technique” sera prochainement nommé pour mettre en place une nouvelle réforme électorale. Les eurosceptiques ont crié victoire. Pour le chef du Mouvement 5 étoiles Beppe Grillo, “C’est une leçon pour tous : on ne peut pas toujours mentir au peuple sans en subir les conséquences”. De son côté, Marine Le Pen voit dans ce résultat le désaveu de l’Union européenne et la soif de liberté et de protection des peuples européens.

 

Le premier ministre néo-zélandais démissionne aussi. John Key l’a annoncé dans la nuit de dimanche à lundi déclarant qu’il était temps pour lui de partir. Son parti de centre droit, le National Party, doit se réunir dans les prochains jours pour élire un nouveau dirigeant. John Key est resté 8 ans à son poste. Il a notamment maintenu l’économie à flot lors de la crise financière de 2008.

 

Les zadistes de Notre-Dame des Landes prêts à contre-attaquer. Les opposants à l’aéroport répètent leur plan d’action dans l’attente d’une opération policière. Le 30 novembre dernier, plusieurs dizaines d’agriculteurs ont traîné des poteaux électriques jusqu’à un carrefour, qu’ils ont enchaîné à 2 arbres. Le premier Ministre, Manuel Valls, qui a promis le début des travaux prochainement, est donc attendu de pied ferme.

 

Quand immigration rime avec viol et meurtre… Le 16 octobre dernier, une étudiante en médecine et bénévole dans un centre de migrants en Allemagne a été violée puis noyée par un clandestin afghan de 17 ans. Son corps a été retrouvé et le migrant a reconnu les faits. Il doit être jugé l’année prochaine.

 

C’est la fin de notre édition ! Dans un instant, retrouvez une émission spéciale “Secours de France”. Le 5 décembre à Paris s’est déroulée une manifestation patriotique intitulée “1 000 drapeaux pour 100 000 morts”, un hommage aux 75 000 Français et aux 25 000 soldats tués durant la guerre d’Algérie. Pour prolonger les rassemblements et les cérémonies organisées partout en France, en partenariat avec le Secours de France, TV Libertés consacre une émission spéciale aux “oublis de l’Histoire”. Anciens combattants, historiens et responsables associatifs se succèdent pour nous faire revivre cette page de l’Histoire de France. Les interventions des invités et les débats sont articulés autour d’un grand film documentaire “Le destin d’un capitaine”, portrait d’un officier SAS, emblématique de sa génération. TV Libertés et le Secours de France vous proposent une émission spéciale pour rendre hommage aux combattants français, aux rapatriés et aux Harkis. Un événement à ne pas manquer.

 

Ce soir, retrouvez “Politique-Eco”. Olivier Pichon recevra Jean-Yves Narquin, maire de Villedieu le Château et membre du think tank du FN CAP éco. Ils évoqueront la primaire de la droite et du centre ainsi que le programme du Front national et des Républicains. Et tout de suite, une nouvelle chronique de la France de Campagnol avec Christian Combaz. Quant à nous, on se retrouve demain. Merci de votre fidélité, bonsoir !

 

 

 

 

 

 

Dernières émissions

Pour aller plus loin :