fbpx
tvlibertés : nous c'est vous

INFO EN CONTINU

Un individu de 22 ans présenté comme un « musulman radicalisé », suspecté d’avoir égorgé son épouse, elle-même convertie à l’islam, et d’avoir incendié leur logement, dans le Loiret, dans la nuit du 13 au 14 août dernier, serait passé à l’acte à l’issue d’un différend conjugal. Le parquet d’Orléans, contacté par Valeurs actuelles, indique que la piste « religieuse » n’est pas privilégiée.

Pour Alain Leroux, procureur adjoint de la République d’Orléans, le suspect est bien de confession musulmane mais la situation l’interpelle : « Je n’ai pas d’éléments à ce stade qui me permettent, objectivement, de penser qu’il y a une raison religieuse là-dedans, souligne le magistrat. Il s’agit d’un acte extrêmement violent que j’ai encore du mal à expliquer par rapport à un contexte banal. »

« La fatigue et le retour de maternité faisant, elle n’était probablement pas autant disponible pour son mari que d’habitude, relève le procureur adjoint. On a ce sentiment que ce monsieur n’a peut-être pas trouvé la femme disponible qu’il espérait en rentrant du travail tardivement. Il a pu y avoir un moment, peut-être, de déception ou de frustration quand il est rentré. »

La piste psychiatrique serait donc, pour l’heure, envisagée : « J’espère qu’il y aura une expertise approfondie du bonhomme », confie le procureur, en ajoutant : « je n’ai pas d’éléments me permettant d’établir une violente dispute ». Et d’affirmer: « Il n’y a pas de fantasme islamique là-dedans. Ça n’a rien à voir avec ça. Attention à toutes ces histoires de dérives religieuses. »

L’homme a été placé en détention et risque la réclusion a perpétuité. L’arme du crime n’a toujours pas été retrouvée.

Valeurs Actuelles

Les cloches sonnent à nouveau à Mhardeh ! Bombardée par les terroristes basés dans la région d’Idleb depuis 2012, la ville chrétienne de Mhardeh, symbole de la résistance contre le terrorisme, a été libérée des bombardements hier. Des scènes de liesse ont envahi les rues. SOS Chrétiens d’Orient est sur place.

À la faveur d’une offensive menée depuis quelques jours dans la région d’Idleb, au nord de la Syrie, contre le groupe djihadiste Hayat Tharir Al-Cham (HTC), la ville chrétienne de Mhardeh a été libérée. Bombardée sans répit depuis 7 années et comptabilisant plus de 160 morts, civils et militaires, cette petite ville sur la ligne de front de la poche d’Idllib, était devenue le symbole de la résistance syrienne contre le terrorisme.
Ce vendredi, des scènes de joie ont envahi la ville : les habitants de Mhardeh se sont rassemblés dans les rues pour fêter la fin d’un épisode terrible pour ces populations chrétiennes. Une messe d’action de grâce sera célébrée ce dimanche à Mhardeh, en présence des équipes de SOS Chrétiens d’Orient.
Depuis 2013, les Forces de la Défense Nationale de Mhardeh ont vaillamment résisté aux assauts et bombardements. Jour après jour, des tirs de roquettes et des bombes sont tombés au hasard sur ce village et les environs, terrorisant ses 20 000 habitants.
SOS Chrétiens d’Orient est intervenue auprès des habitants de Mhardeh tout au long de leurs épreuves, leur apportant du matériel de secours médical, des équipements pour la reconstruction,  des denrées alimentaires, des colis vestimentaires et le soutien moral et spirituel indispensable.
L’association s’associe à la joie des habitants de Mhardeh et salue leur courage et leur foi inébranlables.

🇸🇾🔴 Après l'annonce de la libération de la région au nord de Hama (Syrie), les cloches de #Mhardeh et de #Sqelbieh sonnent la victoire.Nous partageons leur joie et remercions avec eux le Seigneur.***🇸🇾🔴 After the announcement of the liberation of the region north of Hama (Syria), the bells of #Mahardah and #sqelbieh ring the victory.We share their joy and thank Our Lord with them.

Posted by SOS Chrétiens d'Orient on 2019 m. rugpjūčio 24 d., šeštadienis

SOS Chrétiens d’Orient via l’Observatoire de la Christianophobie

Ce samedi vers 1h30 du matin, des sapeurs-pompiers qui intervenaient dans la rue Jean-Mermoz dans le quartier du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie (Yvelines) ont été violemment attaqués par une trentaine d’individus. Les combattants du feu, qui étaient venus éteindre un véhicule incendié, ont du s’enfuir en abandonnant une partie de leur matériel sur place.

Les pompiers ont toutefois récupéré leur matériel trois quarts d’heure plus tard avec l’aide de la police. Aucun d’entre eux n’a été blessé.

Actu17

 

A quelques heures de l’ouverture officielle du G7, Emmanuel Macron inaugure le centre de valorisation de la Nouvelle Aquitaine à Biarritz, avec un discours marqué par les questions d’écologie. En remerciant tous ceux qui ont œuvré à l’organisation du G7, le président français déclare que « l’hospitalité, c’est accueillir l’étranger, mais c’est aussi entretenir sa maison ». (AFP)

Invité cette année à l’université d’été de La France insoumise, l’animateur Thierry Ardisson dresse un bilan peu reluisant du service public audiovisuel, de la liberté de presse en France ou encore de la diversité dans les médias. Interview et illustration RT.

Trois Allemands de 18 à 22 ans, soupçonnés d’appartenir à la mouvance d’ultra-gauche ont été arrêtés à trois jours du sommet du G7 dans les environs de Biarritz et condamnés à deux et trois mois de prison ferme vendredi, avec interdiction du territoire français et placement en détention immédiat.

Lors de la fouille de leur voiture, les policiers ont trouvé des cagoules, une bombe lacrymogène, un marteau brise-glace, des clés à molette et des documents « relatifs à l’extrême gauche », précise le procureur de la République, Sébastien Baraldi.

Les trois jeunes avaient des fiches « actives » pour appartenance à un mouvement considéré comme violent. Lors du procès, ils avaient affirmé se rendre en Espagne pour faire du camping, et non pas à Biarritz.

BFMTV via Fdesouche

Une manifestation anti-G7 se déroule dans la rue d’Hendaye, ville française située à la frontière espagnole ce samedi à l’occasion de la première journée du sommet qui réunit les sept premières puissances économiques mondiales.

Le sommet se déroulera du 24 au 26 août et verra la participation des dirigeants du Groupe des Sept (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni et France).

Live Ruptly

Quatre policiers ont été blessés à Urrugne (Pyrénées-Atlantiques) vendredi soir, non loin d’un camp où résident une partie des opposants au sommet international, dont de nombreux black blocs particulièrement organisés. Les fonctionnaires de police ont été blessés par des tirs de mortiers d’artifice alors qu’ils tentaient de déloger les militants d’extrême gauche. 17 activites ont été interpellés

Pour rappel, 13.200 policiers et gendarmes sont déployés à Biarritz à l’occasion du sommet mondial. 13 équipes médicales d’urgence et 400 sapeurs-pompiers sont également présents. En face, de nombreuses manifestations de militants altermondialistes, de la mouvance Black Bloc où des Gilets-Jaunes sont attendues.

ActuPenit

preloader