Politique / Macron : une popularité toute médiatique – Journal du vendredi 19 mai 2017

Politique / Macron : une popularité toute médiatique – Journal du vendredi 19 mai 2017

Emmanuel Macron, privé d’état de grâce ! Le président fraîchement élu connaît une cote de popularité exceptionnellement faible après un scrutin présidentiel. Et même s’il peut compter sur un large soutien médiatique, il n’aura pas le droit à l’erreur.

Pas de soutien massif des Français pour Emmanuel Macron. Le nouveau pensionnaire de l’Elysée ne bénéficie pas du crédit de confiance dont jouissent généralement les nouveaux présidents sous la 5ème République.

1) Politique / Macron : une popularité toute médiatique

2) Immigration / “Defend Europe” : les identitaires contre l’immigration

3) Économie / Nouvelle crise en vue aux Etats-Unis ?

4) Média / Droits de diffusion : la guerre des chaînes

5) L’actualité en bref

 

1) Politique / Macron : une popularité toute médiatique

Avec seulement 45 % pour Emmanuel Macron et 36 % pour le 1er ministre Edouard Philippe, le tandem exécutif est moins bien lotis que ses prédécesseurs. Ainsi, Jacques Chirac était à 61 % en 1995 et son 1er ministre Alain Juppé à 59. En 2007, Nicolas Sarkozy était à 59 % et son acolyte François Fillon à 50 %, quand en 2012 François Hollande était à 58 et Jean-Marc Ayrault à 56 !

Si certains commentateurs politiques voient dans cette défiance la résultante d’un vote par défaut, contre Marine Le Pen, cette analyse semble erronée. Jacques Chirac, élu dans des conditions semblables en 2002, bénéficiait de 53 % de confiance et son ministre Jean-Pierre Raffarin était à 54 %… Ce très faible niveau de confiance s’explique plus plus par le rejet des élites par les Français mais aussi par un discrédit généralisé de la classe politique en place. Les Français sont en effet très partagés quant à la nouvelle équipe…

 

Pour faire face à cette situation, le nouveau président peut compter sur un très large soutien de la classe médiatique qui a largement participé à la création de son personnage et qui multiplie les UNES élogieuses à son égard. Il mise, en outre, sur une cassure du clivage droite/gauche comme en témoigne la nomination de ministres issus de divers partis politiques allant des Républicains au Parti Socialiste en passant par le centre et les radicaux de gauche. A cela s’ajoute l’arrivée de 11 ministres étiquetés “société civile”.  

Le soin qu’a pris la nouvelle équipe à éplucher les comptes des nouveaux ministres pour éviter un scandale fiscal, comme ce fut le cas avec Thomas Thévenoud ou Jérôme Cahuzac, lors du mandat de François Hollande, témoigne de la méfiance dont fait preuve l’équipe Macron. La communication est aussi une préoccupation majeure. Ainsi, la présidence de la République a fait savoir que l’Elysée choisirait les journalistes qui suivront le président… Là encore, Emmanuel Macron tire les conséquences des erreurs de son prédécesseur. François Hollande avait en effet perdu toute chance d’une réélection avec la parution du livre “Un président ne devrait pas dire ça”, l’ouvrage de deux journalistes publié suite à leurs nombreuses entrevues avec l’ancien président.

Une communication bien huilée, un choix minutieux des ministres et un tri des journalistes qui seront à ses côtés, Emmanuel Macron ne laissera rien au hasard et faute de popularité, il semble bien que le nouveau président mette son quinquennat sous le signe du professionnalisme.

Le locataire de l’Elysée est résolument moderne dans ses méthodes de travail comme l’a prouvé sa campagne électorale. Emmanuel Macron n’a en effet pas seulement eu recours aux traditionnels sondages d’opinions mais a planché sur des sondages grandeurs nature dont les résultats ont été traités par des algorithmes… Une méthode très “business school” mais qui a fait ses preuves.

Reste à savoir comment le candidat Macron, sorti vainqueur de l’élection présidentielle, arrivera à tenir le cap. Premier test : dans moins d’un mois. Les élections législatives pourraient déjà réduire à néant le projet de gouvernement de son mouvement En Marche.

Et dès la semaine prochaine vous pourrez retrouver Elise Blaise pour une analyse quotidienne de la campagne des législatives dans l’émission Cap sur l’Assemblée.

 

2) Immigration / “Defend Europe” : les identitaires contre l’immigration

Français, Autrichiens, Italiens ou encore Allemands, des militants de Génération Identitaire de toute l’Europe ont décidé de s’unir dans le but d’alerter sur ce qu’ils appellent “l’invasion qui se déroule sous nos yeux”. Depuis que les ONG “humanitaires” jouent le rôle de passeurs sur leurs navires, financées en grande partie par les subventions de contribuables européens, ces militants anti-immigration entendent protéger eux-mêmes les frontières du vieux continent.

Tout a commencé dans le port de Catane, vendredi 12 mai. Des militants de l’organisation Génération Identitaire, venus de plusieurs pays européens, ont embarqué dans une petite navette et tenté de bloquer le départ du navire “L’Aquarius” de l’ONG SOS Méditerranée.

Une association qui, sous des traits humanitaires, joue un rôle résolument idéologique. On retrouve notamment dans cette organisation des journalistes d’extrême gauche comme Mathilde Auvillain de Mediapart. SOS Méditerranée récupère des migrants errant à bord de navires abandonnés par les passeurs et est suspectée par les autorités italiennes de jouer un double jeu puisque, comme d’autres associations, elle dispose d’informations avant même la police transalpine.

Pour contrer l’action des ces associations, le mouvement Génération Identitaire a décidé d’agir, dans un clip diffusé sur internet. Plusieurs cadres de cette organisation expliquent leur initiative.

Dénoncer l’imposture des ONG agissant au profit des trafiquants de clandestins, tenir tête aux bateaux de ces organisations… les militants identitaires n’excluent pas de se rendre en mer pour ce qu’ils appellent “une grande mission de sauvetage en Méditerranée”.
Pour l’accomplissement de leur projet, les militants lancent une opération de dons à partir du site defend-europe.org, notamment pour la location de bateaux. L’objectif pour eux est de récolter 50 000 euros. Clément, responsable Lyonnais du mouvement Génération Identitaire, explique comment s’articuleront ces actions.

 

Alors que les beaux jours approchent et que les conditions climatiques vont s’avérer favorables pour le passage de la Méditerranée, c’est donc la société civile, ici de jeunes militants politiques, qui décident d’agir face à l’action des passeurs. L’inaction des pouvoirs politiques de Bruxelles pourraient voir ce genre d’initiative se multiplier dans les temps à venir… De son côté, Tripoli a demandé à l’Italie d’armer les vedettes des garde-côtes libyens pour faire face au trafic des passeurs…

 

3) Économie / Nouvelle crise en vue aux Etats-Unis ?

Plusieurs indicateurs économiques mondiaux sont, semble t-il, revenus dans le vert… Mais pourtant, la leçon de la crise des subprimes, il y a 10 ans, n’a manifestement pas été retenue. Une nouvelle crise peut être plus dévastatrice encore, couve une fois encore aux Etats-Unis. Natasha Koenigsberg

 

Pas loin de 4 000 milliards de dollars manquent à l’appel. C’est ce que les caisses de retraites des fonctionnaires américains ont réussi à tenir masqué dans leurs comptes, depuis la crise des subprimes en 2008… C’est un rapport publié par l’institut Hoover, rattaché à l’université de Stanford, qui est arrivé à ce résultat particulièrement inquiétant. En cause, la spéculation. Ces caisses de retraite, autrement appelées, fonds de pension, ont bâti leur destin sur des prévisions utopiques : à savoir un rendement de 7,5 %. Or, ces dix dernières années, les performances des investissements réalisés par ces fonds de pension sont plus proches des 2,5 %. C’est pourtant déjà un beau rendement dans un monde qui a été frappé par une récession sans équivalent depuis 1929. Pour arriver à 7,5 %, ou même, à seulement 2,5 % de rendement, les gestionnaires des fonds de pension sont sans pitié avec les entreprises dans lesquelles ils investissent. C’est à cause d’eux que des entreprises pourtant rentables licencient et délocalisent leur production, pour réaliser encore plus de profit.

C’est d’ailleurs cette avidité déraisonnable qui est en partie responsable de la crise des subprimes qui a secoué la planète, et fait des victimes par centaines de millions. Les fonds de pension faisaient partie des investisseurs ayant acheté ces produits financiers prétendument très rentables, mais fabriqués à partir de créances douteuses : des crédits immobiliers octroyés à des foyers américains, à des taux élevés, et donc, aux rendements très élevés, jusqu’à ce que tout s’effondre.  Certains fonds de pension ont fait faillite, ou ont dû diviser par deux ou plus les retraites qu’ils versaient à leurs adhérents.

Aujourd’hui, la solution est à peu près la même : ces centaines de caisses de retraite publiques, il y en a quasiment autant que de grandes villes et d’Etats aux Etats-Unis, sont toutes dans le rouge…

Certaines vont faire inéluctablement faillite dans les prochaines années, d’autres vont diminuer les montants des pensions qu’elles versent. Plusieurs économistes, analystes, experts estiment que tout le monde ferme délibérément les yeux outre atlantique, laissant aux hommes politiques de demain, la responsabilité de gérer la crise que ceux d’aujourd’hui n’auront pas voulu voir, et pas su éviter. Exactement comme avec les subprimes…

 

4) Média / Droits de diffusion : la guerre des chaînes

SFR remporte la Ligue des Champions ! Le groupe dirigé par Patrick Drahi diffusera en exclusivité la prestigieuse compétition européenne à partir de 2018. Cette nouvelle attribution s’inscrit dans un contexte de guerre acharnée que se livrent les grands groupes de médias et télécoms français. Thibault Bastide

 

La petite musique de la Ligue des Champions, que tous les passionnés de football attendent avec impatience, sera désormais sur SFR Sport ! L’opérateur s’est emparé des droits télévisés de la compétition de football pour devenir le diffuseur exclusif en France. SFR a remporté cet appel d’offres aux dépens de Canal + et de Bein Sport, jadis diffuseurs des compétitions européennes de football.

SFR Sport s’impose de plus en plus dans la guerre que se livrent ces grands groupes télé.

Pourtant, les concurrents sont prêts à dépenser des sommes folles afin de grappiller des abonnés. Ainsi, afin d’affaiblir encore un peu plus Bein Sport et Canal +, Altice, le groupe propriétaire de SFR, va dépenser plus d’un milliard d’euros sur 3 ans pour obtenir les droits de retransmission de la Ligue des Champions ainsi que ceux de la Ligue Europa, la compétition secondaire de football en Europe, pour la période 2018-2021.

Après avoir obtenu en 2015 les droits de la Premier League anglaise, championnat le plus suivi au monde, le groupe de Patrick Drahi compte ainsi attirer de nouveaux clients. En effet, les droits de retransmission des compétitions sportives assurent un grand nombre d’abonnés aux chaînes payantes. Si l’opérateur téléphonique SFR est en très nette perte de vitesse, le groupe espère profiter de cette prise sportive de choix afin de relancer la vente de ses box internet.

Ainsi, Canal +, propriété de Vincent Bolloré, et Bein Sport, chaîne qatarie, se retrouvent en très grande difficulté. Tout d’abord, la chaîne cryptée va avoir de plus en plus de mal à justifier le prix très élevé de son abonnement qui reposait jusqu’ici sur le cinéma et sur sa programmation sportive. De son côté, Bein sport, qui avait multiplié les dépenses afin de proposer le plus large choix de compétitions sportives, fait face à un dilemme. La chaîne qatarie est un véritable gouffre financier. Depuis son lancement, Bein Sport a perdu plus d’un milliard d’euros. Pour être à l’équilibre, la chaîne devrait revendiquer pas moins de 6 millions d’abonnés. Un chiffre qui paraît désormais inatteignable avec la perte des droits de la Ligue des Champions. Décidément, les tacles sont plus dangereux pour les diffuseurs que pour les joueurs…  

 

 

5) L’actualité en bref

Marine Le Pen repart en campagne ! La présidente du Front National a annoncé son intention de se présenter aux élections législatives à Hénin-Beaumont. Elle a expliqué sa décision par la relation affective qu’elle entretient avec les habitants du bassin minier. Dans la commune de Steeve Briois, Marine le Pen avait obtenu 58,2 % des suffrages au second tour de l’élection présidentielle.  

***

Les élections législatives de l’Essonne ressemblent de plus en plus au cirque Pinder ! L’ancien premier ministre Manuel Valls, évincé à la primaire de la gauche et snobé par le mouvement En Marche, voit le nombre d’adversaires à sa candidature croître de jour en jour. Après le troubadour Francis Lalanne, c’est au tour de l’humoriste Dieudonné M’Bala M’Bala de s’opposer à Manuel Valls. Dieudonné avait été une cible privilégiée de l’ancien premier ministre qui souhaitait interdire ce dernier de se produire sur scène. La candidature surprise est d’autant plus personnelle que son colistier devrait être Nolan Lapie dit “le gifleur”, un jeune homme qui avait signifié à Manuel Valls qu’il n’était pas le bienvenu en Bretagne en lui assénant une petite calotte !

 

***

Agressions à répétition à la Chapelle-Pajol ! Depuis plusieurs mois, les habitantes de ce quartier du Nord-Est parisien sont victimes de migrants ou de passeurs. Injures, jets de cigarettes et autres menaces au couteau les ont poussé à déserter les rues et cafés. Une femme de 80 ans a même été violée en rentrant dans son immeuble d’où elle n’ose plus sortir. Une pétition sera prochainement lancée accompagnée d’une “marche exploratoire” dans les rues qui leur sont désormais interdites.

***

Les Iraniens aux urnes ! Les électeurs sont appelés à élire leur nouveau président ce vendredi. L’élection oppose l’actuel président Hassan Rohani de tendance modéré au religieux conservateur Ebrahim Raïssi. Le résultat risque d’avoir un impact important sur la politique étrangère du pays. L’accord signé en 2015 sur le nucléaire avait permis de lever les sanctions économiques du Conseil de sécurité de l’ONU. Un compromis critiqué par l’opposant d’Hassan Rohani qui déplore son manque de résultats. Un scrutin aux allures de référendum dont il est impossible de prédire le résultat, les sondages n’étant pas institués en Iran.

***

Grave accident à Time Square ! Dans la journée de jeudi, une voiture a renversé des dizaines de piétons sur la célèbre avenue de New York aux Etats-Unis, faisant au moins 1 mort et pas moins de 23 blessés. De nombreux véhicules de polices et de pompiers se sont rendus sur les lieux, provoquant des scènes de paniques faisant resurgir les vieux démons des attentats du 11 Septembre. Le conducteur sous l’emprise de stupéfiants, Richard Rojas, 26 ans, est un ancien militaire de l’US Navy, déjà connu pour conduite en état d’ivresse. Il a été arrêté et inculpé pour meurtre. L’individu a par la suite expliqué avoir entendu la voix d’un démon lui ordonnant de faire du mal aux gens.

Dernières émissions

Pour aller plus loin :