Mélenchon, le grand fossoyeur – Cap sur l’Elysée | Extrait du Journal du mercredi 12 avril 2017

Mélenchon, le grand fossoyeur – Cap sur l’Elysée | Extrait du Journal du mercredi 12 avril 2017

Insoumis peut-être, démunis sûrement. En cas de victoire de Jean-Luc Mélenchon, les Français pourraient bien prendre le communisme en pleine face. Déficit, fiscalité, confiscation, les candidats d’extrême-gauche à l’élection présidentielle ont un projet : tuer le patronat, mais au final, tout le monde y passera.

270 milliards de dépenses publiques… Ding dong, voilà le programme de Mélenchon ! A cela, il faudra ajouter les 120 milliards d’impôts supplémentaires récoltés chez les plus riches… Les revenus supérieurs à 400 000 euros par an seront quant à eux tout bonnement confisqués… pas question de savoir s’ils ont été honnêtement gagnés.

Le programme de l’insoumis a un toutefois un avantage, il est chiffrable… Ceux de ses camarades communistes Poutou et Arthaud sont plus compliqués à cerner… D’autres candidats d’ailleurs, comme Jacques Cheminade, considèrent tout simplement que l’estimation du coût d’un programme est inutile… seule la colère compte !

Du côté de Benoît Hamon, même si on a l’étiquette des socialistes, on penche sévèrement à gauche… Le revenu universel de l’élu de la Belle Alliance Populaire correspondrait à la petite facture de… 350 milliards d’euros…

Voir également : Mélenchon, le grand fossoyeur – Journal du mercredi 12 avril 2017

Au niveau du temps de travail, l’extrême-gauche ne lésine pas non plus… Hors de question de turbiner plus de 35 h. Cette fois ci, on travaille moins pour gagner plus ! Un concept séduisant certes, mais peu réaliste. Ainsi, Mélenchon et Hamon souhaitent une application stricte des 35 heures… et une revalorisation des heures supplémentaires… Mais in fine, le but est de réduire le temps de travail à 32 h –  parfois sur 4 jours -, une durée que veut mettre en place tout de suite Philippe Poutou… Nathalie Arthaud, comme pour toutes les mesures de son programme n’est pas claire mais dit vouloir également baisser la durée. L’idée correspond à une vision globale de la masse de travail, laquelle peut donc être partagée entre tous les “actifs”. Le problème, c’est que la logique voudrait que la somme globale des salaires soit également partagée entre les actifs… Ce qui aboutirait à des salaires misérables… Pas avec les candidats communistes puisqu’ils souhaitent, par l’opération du saint esprit laïc revaloriser le SMIC. Revalorisation sans précision pour Hamon. Chez Mélenchon, on passera de 1 135 euros environ à 1 300 euros nets. Le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste est plus généreux avec un SMIC à 1 700 euros nets… 100 euros de moins que Nathalie Arthaud. Précisons également que ces derniers exigent aussi 300 euros d’augmentation pour tous les salaires. Poutou a également trouvé une solution pour trouver du travail aux chômeurs… Créer un million d’emplois dans le secteur public… Pour la candidate de lutte ouvrière, les véritables assistés, c’est le grand patronat…

Et pour arrêter de vider les caisses… eh bah, il faut interdire les licenciements… Mesure phare de Poutou et Arthaud. Si les deux candidats sont presque assurément hors course, Jean-Luc Mélenchon progresse quant à lui dans les sondages… ce qui inquiète les bourses. En effet, ce projet à 270 milliards d’euros creuserait la dette de manière incroyable tout en augmentant la charge fiscale pesant sur les Français… enfin, ceux qui travaillent et sont imposables.

Au delà des aspects sociaux, Mélenchon propose d’autres mesures originales… Comme d’autres, ils proposent la sortie des Traités européens, de l’OTAN et de l’OMC… Toutefois, il entend intégrer l’ALBA, l’Alliance Bolivarienne pour les Amériques, avec Cuba et le Venezuela…

Pour le candidat insoumis, la plus longue frontière de la France est, non pas avec l’Allemagne, mais avec le Brésil… en référence à la Guyane française… qui va si bien ! Le Venezuela dont Mélenchon est si proche n’est pas en pleine forme non plus, loin de là. Depuis 2013 et la mort d’Hugo Chavez, le pays poursuit sa lente descente aux enfers pour sombrer dans une crise plus violente encore que les précédentes. Ces derniers jours, des manifestations ont opposé les forces de l’ordre du pouvoir de Nicolas Maduro aux peuples… Deux civils ont perdu la vie… Bref, une situation dont on se passerait bien en France.

Pour mettre en place leur monde idyllique, les candidats d’extrême-gauche ont tous des grandes ambitions institutionnelles. Dans ce cadre, Mélenchon veut établir la 6e république, mais les plus amusantes réformes concernent Philippe Poutou, qui rejette la fonction présidentielle, tout en se présentant à l’élection.

Du côté de Nathalie Arthaud, on a peu de considérations pour les élections aussi.

Comme les chiffres ne sont visiblement pas le fort des communistes, l’immigration donne lieu à une autre gabegie sans pareil. Hamon plaide pour un “visa humanitaire” afin de fluidifier les allers-retours… pour les migrations de travail. Mélenchon encouragera de son côté la construction de logements pour les clandestins sans en chiffrer le coût… on imagine que ce sera cher, surtout si les constructions sont régulièrement incendiées comme à Grande-Synthe. Si le tribun n’hésite pas à déplorer les causes de départ des migrants, il estime toutefois qu’il faut tous les accueillir. Le sujet a d’ailleurs occupé une large place dans son dernier meeting marseillais en plein air.

Dans ce discours, comme pour évacuer les derniers doutes quant à son amour du métissage, Mélenchon a vanté les mérites du “grand peuple multicolore”…

Malgré le tableau peu reluisant, le candidat de la France insoumise et son programme à 270 milliards d’euros connaissent une envolée depuis quelques jours. Dans le compilateur de chiffres des instituts du Huffington Post, l’insoumis est désormais à 18,1 % derrière François Fillon à 18,9 %… Chez Filteris, Mélenchon est à 19,43, derrière Emmanuel Macron à 20,22. Fillon est deuxième avec 22,71 derrière Marine Le Pen à 23,69.

Face à cette remontée, les autres candidats ont décidé de cibler Mélenchon dans leurs discours. François Fillon a ainsi dénoncé le programme communiste du candidat devant son public marseillais… Il a considéré que l’ancien socialiste se rêvait en “capitaine du cuirassé Potemkine négociant la ferraille du Titanic”. Mais malgré les attaques, Mélenchon garde son cap… Fier du matraquage fiscal qu’il promet, ses équipes ont ainsi réalisé un jeu vidéo, Fiscal Kombat… Une création qui ne manque pas d’humour… quand on le prend au second degré, ce qui n’est pas le cas de l’équipe de campagne

Dernières émissions

Pour aller plus loin :