Chiristian Combaz : La France de Campagnol – Compil du 3 au 7 avril 2017

Chiristian Combaz : La France de Campagnol – Compil du 3 au 7 avril 2017

Rendez-nous Sheila

Il y a dans tous les villages des gens qui sont restés un peu en arrière dans leurs préférences pour ce qui est des chanteurs et des acteurs, d’autant que désormais ils ont le même âge que moi et qu’ils ne sont pas convaincus qu’on ait beaucoup progressé depuis Jacques Brel. Parmi eux il y a une femme à Campagnol que j’aime bien, qui s’appelle Colette et qui était ou est une admiratrice de Sheila. Elle avait un petit musée personnel, des photos avec elle, des autographes. C’est elle qui m’a parlé de Macron l’autre jour en disant tu vois quand tu mesures l’énergie qu’ils mettent à pousser un type pareil, les couvertures, les articles magazine, les reportages télé, tu comprends aussitôt qu’ils peuvent faire le contraire, ils peuvent éviter de parler de quelqu’un, ils peuvent dire au patron d’un groupe de presse non on n’en parle plus de ce chanteur, de cet animateur,de cet écrivain et c’est fou le nombre de gens que le système a évacués comme ça à l’arrivée de Mitterrand ,les Danièle Gilbert, les Laurent Broomhead les Jeanne Mas, et donc cette pauvre Sheila aussi.

Les maçons et les truffes

Au moment où je m’apprêtais à parler d’un ami maçon qui améliore ses fins de mois en ramassant des truffes, l’un de mes habitués, que je remercie m’a envoyé un article de la Dépêche du Midi à propos de gens qui, eux, ramassaient des pommes de pin et le sujet finalement, qui paraissait bien mince au début, quand on réunit tous les aspects de la question, mérite d’être regardé comme nous le faisons toujours ici, c’est à dire en passant du particulier au général, du petit au grand, pour montrer que le diable est toujours dans le changement d’échelle, dans la généralité dans le passage du local au continental. Prenons pour commencer le cas de mon maçon qui n’a guère d’argent, qui braconne les truffes à la mouche, c’est à dire qu’il n’a même pas besoin de chien, il regarde une mouche voleter au ras de la terre et il sait que c’est là qu’il faut creuser. En saison il peut se faire jusqu’à mille euros par semaine en proposant ses truffes à des restaurateurs aux abords des marchés. Oui je sais c’est illégal mais c’est moins illégal que d’organiser une soirée à 400 000 à Las Vegas avec l’argent des impôts

Jardins parallèles

C’est le moment des plantations dans les villages et quand vous avez un jardin séparé de votre maison comme c’est souvent le cas, vous vous retrouvez vous savez dans ces zones où chacun a son lopin parallèle de 200 mètres carrés près de la rivière, un endroit qui est propice à la rencontre de vos voisins, vos voisins de jardin, qui sont aussi vos voisins de village et qui seront sans doute vos voisins de cimetière. En tout cas il y en a un qui raisonne comme ça et dont la fille s’est suicidée il est vrai il y a dix ans ce qui en fait un philosophe un peu pessimiste un ancien drogué au LSD de surcroit mais charmant et qui adore le jardinage . C’est le jardinage qui lui a permis de remonter la pente. Et comme souvent quand on s’est appuyé sur quelque chose pour retrouver l’équilibre, il a tendance à penser que le jardinage peut soigner la plupart des maux sociaux, mais comme il a des idées originales sur le sujet, et que les périodes électorales sont propices quand on veut exposer des idées nouvelles, je vous en fais part.

Langues déliées

Vous connaissez l’expression les langues se délient eh bien certaines d’entre elles se délient en ce moment plus que d’autres grâce à cette humble chronique à propos des élections. Encore les élections me dira t-on. Mais non vous ne m’avez pas compris, il n’est pas question de Macron le Pen ni de la présidentielle, il est question de toutes les élections parce qu’il s’agit en l’occurrence de l’événement lui même, de son organisation, de son déroulement sur le terrain. On va donc employer le mot de scrutin pour être plus clair, et justement hélas pour illuster le fait que tout n’est pas clair. Je reçois depuis un mois ou deux des témoignages et des mises en garde sur les irrégularités observées lors d’anciens scrutins. En période électorale très indécise, en cas d’élection très disputée, une poignée de voix peut faire la différence et donc tous les moyens sont bons.

Primaires pipeautées

Vous vous souvenez certainement des chiffres plus que douteux de la participation socialiste aux primaires, on a d’abord sous évalué les votants, mais ça faisait tellement d’argent en trop qu’ on risquait de tomber pour blanchiment, du coup on a rajouté 300 000 votants pendant la nuit et la brigade financière ne s’est pas saisie de l’affaire, ouf, mais des gens qui avaient l’esprit mal tourné ont observé qu’avec 300 000 votants de plus qui avaient été soi-disant oubliés dans le premier décompte, le pourcentage de chaque candidat n’avait pas bougé et c’était bizarre. Depuis plus personne n’en parle, la justice n’a pas été saisie. En tout cas à cette occasion dans notre village tout le monde y est allé de son anecdote à propos du bourrage des urnes et des irrégularités en tout genre. Cette année la question est évoquée avec insistance parce qu’il y a beaucoup de sympathisants de Marine Le Pen. Ils croient qu’on va lui voler une victoire qu’ils sentent à leur portée et ils le disent à tout le monde, tellement que c’en devient presque fatigant : “de toute façon ils vont s’arranger pour gagner quand même”.

Dernières émissions

Pour aller plus loin :