Macron, copié collé de Hollande – journal du lundi 3 avril 2017

Macron, copié collé de Hollande – journal du lundi 3 avril 2017

Au sommaire de ce journal télévisé : 1) Sécurité / Communauté chinoise : hommages et violences ; 2) Social / La CFDT devient le premier syndicat de France ; 3) Économie / Decaux perd le Vélib, les vélos parisiens en libre service ; 4) International / Birmanie : la stratégie de l’ONU dans l’impasse ; 5) L’actualité en bref.

J-20 avant le premier tour de la présidentielle. Le favori des sondages et des sondeurs, Emmanuel Macron, poursuit sa route en quête du pouvoir. Samedi – 1er avril -, il s’est rendu à Marseille pour un meeting au Parc Chanot…

 

Macron revient sur les lieux du crime. C’est en effet à Marseille que le candidat en Marche avait lancé sa campagne présidentielle en octobre 2016. Il était de retour samedi 1er avril… avec visiblement la ferme intention de faire honneur à la date… Le rendez-vous ne s’annonçait toutefois pas paisible. Devant l’entrée de la salle, de nombreux manifestants étaient venus montrer leur opposition au candidat de la finance. Pieds noirs, chauffeurs de taxi, citoyens ordinaires ou militants, ils avaient tous de bonnes raisons de barrer la route à Macron.

 

Les frictions étaient prévisibles… C’est sans doute pour cette raison que le président de la région, Le “Républicain” Christian Estrosi a tenu à rencontrer Emmanuel Macron en amont… à mont que ce soit pour des raisons plus personnelles et opportunistes… En effet, au delà de s’assurer de la bonne tenue du meeting du banquier, le sarkozyste envisageait peut-être un retournement de veste en bonne et due forme… à plus fortes raisons après s’être fait copieusement huer lors du meeting de François FIllon à Toulon vendredi.

 

Des sifflets et des huées des soutiens de François Fillon qui ont sans doute à voir avec les critiques acerbes que Christian Estrosi avait émises en plein Penelope Gate. Le président de la PACA ne passe donc pas pour le plus fidèle des rangs… au point donc que certains l’imaginent bien se mettre en marche avec Macron… au vu des échanges qu’ils ont eu ces derniers jours, de l’estime, voire de l’amitié, dixit le républicain qu’ils ont en commun. Quoi qu’il en soit, grâce à Estrosi ou non, le banquier a pu tenir sa réunion sans grande difficulté – du point de vue de l’organisation au moins – en misant tout sur la lutte contre le Front National… Face à quelque 6000 personnes, Emmanuel Macron n’a pas convaincu de ses progrès avec le baryton qui lui donne des cours …

Premier petit tour de chauffe pour les cordes vocales… Mais Macron peut mieux faire… il peut aussi recycler son maître à penser… Faute de pipotron, François Hollande fait l’affaire. Le jeune loup de la finance s’est donc lancé dans un tirade pro-immigration…

Eh oui, le monde de Macron, c’est un monde où l’on crie fort… mais un monde sans frontière, sans identité… sans art… ni culture… Mais au delà des vocalises surréalistes du gendre idéal avant sa mue, cette partie du discours ressemble à du réchauffé… du réchauffé d’un discours de François Hollande d’il y a 5 ans, également dans la cité phocéenne…

Le sang de l’électoralisme coule toujours dans les veines socialistes. Macron en est donc un bon repreneur. Il a également usé dans son discours d’une figure de style chère à son mentor… l’anaphore. être patriote, être patriote… ça vous rappelle quelque chose cette anaphore ?

Etc etc… Sacrées similitudes donc… Avec Marseille, Emmanuel Macron a bel et bien tombé le masque. Pendant que Benoît Hamon sombre dans les tréfonds de la campagne, il est et restera quant à lui le successeur de François Hollande. Une succession que François Fillon n’a pas l’intention de passer sous silence. Lors de sa visite en Corse, il n’a pas manqué de reprendre le nom du candidat successeur de François Hollande … Emmanuel Hollande Nul doute que le débat présidentiel prévu entre tous les candidats demain mardi sera animé.

De son côté, Marine Le Pen oeuvre pour se situer au dessus des querelles entre les partis de gouvernement. Après avoir réussi un tour de Bretagne, la présidente du Front National était en meeting à Bordeaux, où elle n’a pas manqué à déplorer le manque d’objectivité des médias…

Après cette violente charge contre le système, Marine Le Pen est revenu sur la conception européenne du parti, rejetant les accusations d’être anti-européens.

En marge du meeting, près d’un milliers de militants d’extrême-gauche violents s’étaient rassemblés, une démonstration bien loin du mouvement spontanée. En effet, alors que la gauche est aux abois dans cette campagne, déployer plusieurs centaines de militants relèvent désormais de l’exploit… Preuve que les associations subventionnées par l’état étaient bien à la manoeuvre pour mobiliser les troupes… Sur place, toutes les structures à l’avenir plus bleu dans la rue que dans les urnes… On y trouvait des branches des syndicats Sud et CGT, le collectif antifasciste Pavé Brûlant, la CNT et le NPA…

Un avant-goût de l’entre deux tours de la présidentielle si Marine Le Pen est, comme le prédisent les sondages, qualifiés pour le second tour.

Et avant de passer à notre premier sujet, un détour par Saint-Pétersbourg où un attentat a fait au moins dix morts et vingt blessés ce lundi après-midi. Une seule rame du métro aurait été touchée, il s’agirait à priori d’une ou plusieurs bombes de type artisanal.

Le président Vladimir Poutine se trouvait justement dans la ville des tsars pour participer à une rencontre avec des journalistes. Pour le moment aucune organisation terroriste n’a revendiqué l’attaque mais de nombreux regards sont déjà tournés vers le proche Orient et Daech contre qui Moscou se bât…

 

1) Sécurité / Communauté chinoise : hommages et violences

Roses blanches et minutes de silence. Dimanche place de la République à Paris, 6 000 personnes ont rendu hommage à Shaoyao Liu. Des violences ont ensuite opposé manifestants et CRS. La communauté chinoise réclame justice.

“Pour la Dignité, la Sécurité et la Vérité !” C’est sous ce slogan que plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées place de la République en signe de deuil, une semaine après la mort Shaoyao Liu, abattu lors d’une opération de police. Au milieu des banderoles et des roses blanches, les manifestants ont observé une minute de silence et réclamé justice :

Comme lors de précédents rassemblements, des violences ont éclaté en fin de journée. Selon une note de la Direction générale de la sécurité intérieure, la DGSI, la Chine piloterait les manifestations parisiennes. Plusieurs consignes auraient été envoyées via une messagerie cryptée.

Des doutes subsistent sur les circonstances de la mort de Shaoyao Liu. Selon la police, l’homme a été abattu après avoir blessé un membre des forces de l’ordre. Une version que conteste l’une des filles de la victime qui explique que son père tenait un ciseau parce qu’il découpait du poisson.

Samedi, l’ambassadeur de Chine et des associations ont été reçus par le préfet de police de Paris, Michel Cadot. Ce dernier a rappelé “la priorité apportée par la préfecture de Police à la sécurité des membres de la communauté asiatique” et à celle des touristes chinois en France. Les résultats de l’enquête de la police des polices seront rendus dans les prochains jours.

 

2) Social / La CFDT devient le premier syndicat de France

Il y a deux mois jour pour jour, TV Libertés vous annonçait que la CFDT deviendrait le 1er syndicat de France à la faveur des élections dans les Très Petites Entreprises ! C’est choses faite, le syndicat de collaboration proche du Parti socialiste dépasse désormais la CGT. Un changement historique qui participe du renouvellement du paysage social et politique… Probablement pour le pire…

TV Libertés vous l’annonçait, la CFDT l’a fait ! Les sociaux-réformateurs de la Confédération Française Démocratique du Travail dépassent leurs rivaux marxistes de la CGT. Ce changement ne fait que confirmer une tendance profonde dans le paysage politique et syndical français : la perte de terrain de la CGT, syndicat de contestation. La CFDT avait déjà dépassé la CGT en nombre d’adhérent depuis de nombreuses années, et c’est maintenant sur le terrain de la représentativité que la vieille centrale proche du Parti Communiste se fait dépasser.

Lors du scrutin portant sur les Très Petites Entreprises, la CFDT a obtenu 26,37 % des voix contre 24,85 pour la CGT. La CGT perd ainsi 50 000 voix pour ce scrutin alors même que le nombre de suffrages exprimé est en hausse. Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez assiste, impuissant, à la déroute de son syndicat jadis fer de lance des luttes sociales. Il ne peut que constater les dégâts…

Le numéro un de la CGT préfère même se persuader que son organisation reste la première force de représentation syndicale de France…

Une bonne nouvelle qui n’en n’est en réalité pas une, et si la CGT reste première dans le secteur public, à la SNCF notamment et conserve une capacité de nuisance, elle s’inscrit dans une inexorable phase de déclin. Doublée sur sa gauche par les trotskystes de Sud qui sont devant eux à la Poste, la CGT se voit surtout concurrencée par la CFDT proche des socialistes…

Et l’émergence d’une forme de social-progressisme incarné par Emmanuel Macron devrait un peu plus accentuer cette tendance. Les électeurs et syndiqués de gauche, séduits par les idées défendues par des laboratoires d’idées du type Terra Nova et l’Institut Jean-Jaurès auront tôt fait de définitivement tourner le dos au syndicalisme de blocage au profit d’un syndicalisme de collaboration mêlant le pire du libéral et du sociétal. Exit donc le travailleur français et bonjour la défense des minorités ethniques et sexuelles… Ce changement s’inscrit donc dans une tendance au recentrage de la gauche qui assume désormais sa proximité avec un certain patronat et des élites sorties de l’ENA…

 

3) Économie / Decaux perd le Vélib, les vélos parisiens en libre service

Coup dur pour JCDecaux ! Le leader mondial de l’affichage publicitaire et du mobilier urbain a perdu un marché emblématique : celui du Vélib, le vélo en libre service parisien…

C’était il y a 10 ans… en juillet 2007, apparaissaient un peu partout dans Paris des stations permettant de louer pour quelques minutes ou pour la journée des vélos… Paris n’était pas la premiere ville de France à mettre en place un tel système de vélos en libre service…  il y avait eu des précédents comme à la Rochelle, dès 1974… avec les vélos jaunes, ou encore plus récemment à Rennes en 1998 ou à Lyon, avec le vélo’v, en 2005… Mais c’est à Paris,  avec le Vélib, qu’à réellement été expérimenté à grande échelle le concept de modèle économique structurellement déficitaire et surtout, coûteux pour le contribuable…  Le vélib, qui est utilisé par 225 000 abonnés, et quelques dizaines de milliers d’utilisateurs occasionnels, est en effet une machine à perdre de l’argent.. Et ce sont bien les parisiens qui, au final, le payent. En effet, pour financer le déploiement du Vélib dans Paris, qui compte aujourd’hui 1200 stations, pour 17 000 vélos, la ville de Paris avait couplé le contrat d’affichage publicitaire dans la ville à la création d’un système de vélos en libre service… C’est un peu le principe du cadeau Bonux dans le baril de lessive, ou du Kinder Surprise :  pour remporter l’appel d’offres de l’affichage publicitaire dans la ville lumière, il fallait promettre d’acheter des vélos et d’installer des stations, et d’en assurer la gestion..

Mais ce que l’on oublie de dire, c’est que le contrat d’affichage publicitaire aurait dû rapporter 570 millions d’euros en 10 ans à la ville de Paris… or, au bout du compte, elle n’a touché que 235 millions : la différence, c’est le coût astronomique du système vélib, qui est déduit de la redevance d’affichage publicitaire du par Decaux à la ville. Le vélib a donc bel et bien coûté plus de 330 millions d’euros au contribuable en 10 ans, soit plus de 1600 euros par vélo mis à disposition, et par an. Ce qui a plombé la facture à ce point, c’est notamment le vandalisme… même dans les scénarios les plus noirs, jamais Decaux ni personne n’avaient pensé qu’il y aurait autant de vélos détruits ou volés… on retrouve même des vélib volés un peu partout dans les pays du Maghreb… Résultat, Decaux est obligé de remplacer ou de réparer de font en comble 7 vélos sur 10 tous les ans ce qui plombe les comptes du service…

Decaux a donc perdu le marché, à la suite d’un nouvel appel d’offres.. c’est une jeune pousse francaise, Smoove, déja installée à Nice et Montpellier, qui a remporté le marché.. dès janvier 2018, ses 18000 vélos, dont 1 tiers électrique, remplaceront les vélos de JCDecaux.. Ils sont réputés être beaucoup plus difficile à voler, et beaucoup plus fiables… Les 315 salariés qui gèrent le Vélib parisien, furieux que leur employeur ait perdu l’appel d’offres, ont en tout cas  promis de tout faire pour planter Vélib avant même la fin du contrat de concession : Bambo Cissokho, délégué syndical de l’entreprise,  a promis que ses collègues ne répareront plus un vélo, éteindront toutes les stations qu’ils pourront, et traineront pour transférer les vélos d’un point à un autre. Histoire de bien être sur que personne les regrette sans doute.

 

4) International / Birmanie : la stratégie de l’ONU dans l’impasse

Aung San Suu Khyi ne plaît plus aux Nations unis et aux pays occidentaux mais elle gagne quand même ! La dame de Rangoun a confirmé qu’elle était toujours soutenue par une majorité lors du dernier scrutin partiel même si d’autres formations politiques gagnent du terrain.

Elle devait être la femme qui impose une “démocratie à l’occidental” en Asie du sud est… Il n’en n’est finalement rien, Aung San Suu Khyi mène les affaires de son pays comme bon lui semble et surtout sans se soucier du “quand dira-t-on” des Nations Unis.

Son parti, la National League for Democracy, la NLD, a conservé ses places dans les scrutins partiels se déroulant samedi autour de la capitale économique Rangoun ainsi que dans les régions centrales. La majorité parlementaire de la NLD n’est donc pas menacée même si, ça et là, dans le cadre des 19 sièges à pourvoir, certaines défaites semblent annoncer les menaces à venir pour le parti d’Aung San Suu Khyi…

En effet, la NLD a été défaite par des partis “ethniques” dans plusieurs Etats, c’est-à-dire des partis représentant les autochtones et qui sont généralement liés aux guérillas. C’est le cas notamment dans l’Etat de Rakhine à l’ouest du pays où c’est un leader local très hostile aux minorités musulmanes Rohingya qui l’a emporté.

Autre défaite, plus inquiétante dans l’Etat Mon au sud du pays face à l’USDP, le mouvement soutenu par la junte militaire. Une région où la ligue pour la démocratie avait pourtant gagné il y a un an.

Les raisons de ce léger recul ne sont pas à chercher du côté du traitement des minorités Rohingya puisque les répressions sont voulues par l’ethnie majoritaire birmane à laquelle appartient Aung San Suu Khyi. La vraie cause du recule de la dame de Rangoun est plus à chercher du côté de l’échec de cette dernière à faire face aux défis économiques de son pays et du côté de son incapacité à apaiser les tensions entre l’armée et les guérillas ethniques.

En effet dans tous les Etats, les guérillas restent prêtes au conflit quand elles ne sont pas encore ouvertement en guerre contre l’armée birmane. Une armée birmane qui est toujours coupable de violences, de trafic et d’expropriations arbitraires…

Face à cela Aung San Suu Khyi n’a pas toute les cartes en mains puisque des pans entiers de l’économie sont toujours entre les mains des généraux et le système politique reste en partie bloqué par la junte.

Le décollage économique tant attendu n’a pas non plus eu lieu pour tout le monde et certains électeurs commencent à s’impatienter. D’autant qu’un retour de la junte au pouvoir via son parti l’USDP n’empêcherait pas une embellie économique…

Face aux critiques occidentales, la dame de Rangoun ne changera pas de position en revanche elle devra rapidement répondre aux exigences économique de son peuple si elle ne veut pas que les prochaines élections lui échappent…

 

5) L’actualité en bref

La Chine interdit le voile intégral et les barbes “anormales”. Avec ces mesures, les autorités de la province du Xinjiang souhaitent se protéger de la menace islamiste. Ce territoire, frontalier avec le Kazakhstan et le Pakistan, est l’objet de luttes entre les Ouïghours musulmans et les Hans ethnie majoritaire chinoise. Ces deux mesures symboliques ont été prises en complément d’autres dispositions visant à limiter l’importance de l’islam dans la région.

***

30 millions de migrants africains en Europe d’ici 10 ans ! C’est ce qu’affirme le président du Parlement européen, le libéral italien Antonio Tajani. Le dirigeant appelle les autorités de Bruxelles à investir des milliards en Afrique et à développer une stratégie sur le long terme. Selon Joe Walker-Cousins, ancien responsable britannique en Libye, un million de migrants serait actuellement en route vers l’Europe.

***

Un incendie anti chrétiens ! A Alfortville dans le Val-de-Marne, la communauté évangélique a vu une poubelle accolée à son église prendre feu avant que les flammes se propagent sur le lieu de culte. Une façade et l’entrée de l’église ont été endommagées. Une attaque survenue une semaine après que des jets de pierre ont été constatés sur le même édifice religieux et deux jours après la visite d’un pasteur irakien venu témoigner de la situation des chrétiens d’Orient. Notons qu’Alfortville héberge une école islamique pudiquement appelée “Institut des savoirs utiles”.

***

Et encore des lauriers pour le Puy du Fou ! Le fameux Parc à thème sur l’Histoire et la culture française est une fois de plus mis à l’honneur ! Le parc créé par Philippe de Villiers arrive largement en tête d’une étude de l’IFOP sur les habitudes des Français en matière de loisirs. En outre, le Puy du Fou a remporté un Travel d’Or jeudi 30 mars, une récompense portant sur les entreprises du tourisme qui font la différence sur internet…

***

Et pour finir sur une note d’humour, un petit détour par le Palais de Tokyo pour prendre des nouvelles d’Abraham Poincheval, ce performeur qui s’est mis en tête de couver des oeufs et dont nous vous parlions la semaine dernière… Et bien aujourd’hui Abraham a reçu une visite… Celle de François Hollande, le président de la République…

Et visiblement, à regarder les photos, les deux individus ont l’air de bien se comprendre…

Dernières émissions

Pour aller plus loin :