Politique et éco n°126 : Histoire de la Grande Guerre 1914-1918 avec Yves-Marie Adeline

Un siècle après les événements, il est devenu possible de proposer aux peuples une mémoire commune de la Grande Guerre. Olivier Pichon reçoit Yves-Marie Adeline Philosophe et historien, pour son livre paru aux éditions Ellipses troisième histoire mondiale après les deux premières consacrées à la philosophie et aux idées politiques.

1. Le grand embrasement européen, nouvelle approche historiographique

  • La culpabilité des empires centraux peu établie
  • La rhétorique du bien contre le mal
  • Fausseté de la guerre du droit surtout au commencement
  • Des buts de guerre inexistants sauf pour la France (l’Alsace-Lorraine, la revanche), le pari d’une guerre courte et de mouvement
  • Guillaume II pacifiste ?
  • Mobilisation russe plus rapide que prévue
  • Les empires centraux pris en étau, on ne peut rien contre la géographie
  • Le blocus de la faim mis en place par les Anglais
  • La croisade des démocraties : une forgerie d’après-guerre
  • Quand l’Angleterre invente les « Huns » contre la civilisation au sujet de l’Allemagne
  • Mais l’Allemagne fait la guerre hors de ses frontières
  • L’Allemagne a le suffrage universel et la protection sociale issue du Bismarckisme, ni les USA ni l’Angleterre ne bénéficient d’une situation sociale aussi démocratique (USA 2 % des Américains possèdent 50 % de la richesse nationale)
  • Le XXeme siècle forgé par l’Allemagne première puissance scientifique
  • Décimation d’une élite intellectuelle en Europe

2. Théâtres d’opération mondiaux. Stratégies européennes

  • L’Europe des cousins : une illusion. 1914 c’est l’Europe des peuples et donc la guerre des peuples
  • Une presse, une opinion, et… la propagande
  • Si les rois avaient eu plus de pouvoir ils eussent empêché la guerre
  • Guillaume II propose la paix à trois reprises
  • L’échec de la Marne, l’échec de Verdun de Joffre à Pétain
  • Hindenburg et Ludendorff prennent le pouvoir à partir de 1916, écartent Bethmann
  • Hollweg et Guillaume II
  • Ces batailles meurtrières qui sont des demi-victoires et des demi-échecs
  • Batailles ingagnables par la stratégie offensive, Pétain et Von Losberg théoricien de la défense, la noria du chemin des dames. Les soldats français s’alternent, les soldats allemands restent
  • Les tranchées, l’artillerie, la mitrailleuse implacable !
  • Hommage aux innombrables morts
  • L’Allemagne desserre l’étau. Victoire sur la Russie.
  • Litovsk et le coup d’Etat bolchévique
  • Victoires russes en Turquie, échec anglais en Mésopotamie
  • Une guerre qui est une révolution sociale, le remplacement de la classe aristocratique européenne, la fin des rentiers montée de la classe moyenne
  • Les modes de commandement, l’Italie plus radicale avec ses soldats que le commandement russe : les décimations de Cadorna
  • L’Italie stipendiée par la France et la Grande-Bretagne. Le Popolo d’Italia et Mussolini
  • Mensonges de la propagande britannique. Inventer des raisons de se battre

3. Primat de la géographie, l’empire des mers et la fin de la guerre

  • Le blocus (maritime) illégal au regard des lois internationales
  • Les pavillons neutres qui transportent des armes, l’affaire du Lusitania, coulé par l’explosion de son chargement en 18 minutes (le Titanic, deux heures)
  • L’Allemagne première nation commerciale dépassait la Grande-Bretagne
  • La réplique par l’arme des U-Boat. Les sous-marins désapprouvée par Guillaume II
  • Les navires pirates de Churchill, la déloyauté à l’œuvre
  • Anglais boutiquiers et allemands guerriers (W. Sombart) une rhétorique réfutable. (cf. la Hanse teutonique)
  • L’arme des gaz, l’ Allemagne première puissance chimique ; 6 futurs prix Nobel
  • Mais l’idée d’un gaz homicide est républicaine contre les Vendéens (Fourcroy)
  • Mais selon les dires de Pétain, la France saura s’en servir (travaux de l’Institut Pasteur !)
  • Dimension culturelle et philosophique des conséquences de la guerre, la chosification de l’homme, levée en masse et production de masse, la technique reine
  • L’ impossible paix de Charles de Habsbourg
  • Clémenceau exonéré de l’échec de cette paix
  • La dernière offensive (Avril/Aout) allemande, la défaite et les traités. Les parties vaincues non invitées à Versailles
  • Hypocrisie de l’application du principe des nationalités au bénéfice des seuls vainqueurs
  • La religion démocratique affichée mais violée par ses adeptes

Grand vainqueur inconscient de sa puissance les USA, l’Amérique fait de la guerre une légende

Dernières émissions

Pour aller plus loin :