Christian Combaz : La France de Campagnol – Compil du 13 au 17 mars 2017

Etonnements électoraux

Avec la campagne électorale, et sans quitter Campagnol il était fatal que j’utilise devant vous un artifice commun au théâtre, un truc qui consiste à faire expliquer des situations nationales et des grandes idées par des exemples minuscules tirés de la vie locale. Le prétexte de départ est toujours l’un de ces personnages à la Pagnol qui se pointe au bar avec un accent à couper au couteau et qui tombe sur un ancien maire, un type qui a fait quelques études  et qui lui demande “eh dis toi qui sais tout, tu veux pas m’expliquer un truc parce que j’ai pas compris”. La première explication qu’on réclamait beaucoup il y a un mois c’est à propos des primaires. On n’y revient pas mais voilà un truc qui n’est pas constitutionnel et qui est en grande partie responsable du désordre avant l’élection. Du coup maintenant c’est ce désordre qui suscite des interrogations.

Dettes d’inconfort

Ce qui est assez frappant quand on connaît le degré d’endettement de certains habitants de campagnol, c’est de faire le parallèle entre eux et ce qui se passe à l’échelle de l’état tout entier. D’abord les gens chez nous sont souvent endettés sans nous le dire, sans parfois se l’avouer eux-mêmes, mais surtout ils ne le sont pas pour avoir fait un coup de folie, pour avoir acheté une nouvelle voiture, un voyage, ils se sont endettés pour couvrir un imprévu, une dépense inévitable, une chaudière en panne, une voiture qui serre un joint de culasse, ou une année de fac de leurs enfants. En d’autres termes ce n’est pas une dette de confort, c’est une dette de fonctionnement. Ont-ils perdu leur travail ? Non même pas, enfin je raisonne justement sur des familles où personne n’est au chômage, alors qu’est-ce qui s’est passé ? D’abord leurs revenus sont les mêmes qu’il y a dix ans, les gens qui les emploient végètent eux-mêmes donc pas d’augmentation. Alors qu’est-ce qui a changé ?

Quelles sont vos sources

L’un des personnages les plus fréquents et les plus pénibles en province dans les villages paisibles est le type de 59 60 ans genre retraité EDF depuis quatre ans qui est tellement content de son sort qu’il dit ça ne me concerne pas. Il hausse les épaules devant les agitations parisiennes qu’on voit sur la télé au fond du bar, si ça brûle en Banlieue il dit qu’en deux jours avec l’armée ce serait fini tout ça, si une banque en Italie fait faillite il dit que ces gens avaient qu’à être au crédit agricole, et quand il voit les difficultés innombrables qui surgissent il dit que ce sont les égoïstes du gouvernement et qu’ils sont tous pareils. Ce personnage à la Coluche n’hésite pas, en plus, à vous donner des leçons d’hygiène de vie, c’est vrai qu’il est généralement bien bâti, les méchants vous diront qu’il n’a rien branlé et que ça conserve.

Une épouse russe

Je croise l’autre jour au café un monsieur que je n’avais pas vu depuis longtemps et pour cause, il avait divorcé d’avec son épouse à 60 ans pour finalement lui laisser leur maison de Campagnol, et donc on ne l’a plus vu pendant deux ou trois ans, mais assez rapidement, son ex-épouse est morte .Il a fini par hériter de cette maison. Entretemps il s’était mis en concubinage à la ville voisine avec une Russe une russe pas mal d’ailleurs, et quand après l’enterrement de sa femme il est venu récupérer la fameuse maison de Campagnol qui était derrière l’église proche de la mienne, il s’est mis en tête de se marier avec sa Russe, ce qui était légitime, sauf que pour l’administration française, c’est le genre de truc qui complique . Or quand on a pas envie de travailler, ou quand on est nul, ce qui peut hélas se cumuler dans la France d’aujourd’hui, on n’aime pas du tout la complication.

Puissants et misérables

L’avantage d’habiter un pays où la radio FM ne passe pratiquement pas, où vous n’êtes pas éligible  comme on dit, aux 48 chaines du câble, à la 4G, etc c’est que les gens ont des idées à eux, des façons  de voir les choses qu’il n’ont entendues nulle part. Il y a un type comme ça chez nous qu’on appelle le  grand Pierre par opposition au petit Pierre qui habite un peu plus bas. Il est alcoolique  et il passe  son temps à regarder la vie des autres et à réfléchir, il a quarante ans, il s’occupe de sa mère, il  est handicapé d’une jambe et il ne peut plus rien faire, sauf lire, regarder les oiseaux sur internet et faire des comparaisons incongrues entre les personnages historiques, les époques, les consuls romains. C’est lui par exemple qui m’a dit un jour qu’il y avait un traître sous l’empereur Tibère qui s’appelait Macron

Dernières émissions

Pour aller plus loin :