Politique et éco n°123 : la France peut retrouver la maîtrise de son destin, avec Bruno Mégret

Olivier Pichon reçoit Bruno Mégret, en retrait de la vie politique, il délivre avec son livre Le temps du phénix (Editions Cité Liberté) un message d’espoir pour notre nation.

1. Un chef de l’Etat en rupture avec les errements de la vie publique actuelle

  • Un président jamais nommé, un président qui ne s’appartient pas, fin du bling-bling et du scooter nocturne.
  • Quand l’élection à la présidence n’est pas le but mais le commencement.
  • Une dimension sacrificielle, le serment d’appliquer son programme.
  • Des évènements dramatiques, insurrection de l’A6, attentat au ministère de la défense, mort du ministre de l’intérieur.
  • Aimer le pouvoir malgré tout pour infléchir le destin de la nation.
  • Rendre du pouvoir au pouvoir.
  • Quelques ressemblances, Robert Le belge, les journaux :
  • L’Autonomie, L’univers, appellations transparentes.
  • Inverser l’ordre des pouvoirs que peut craindre l’exécutif, 1. L’électeur 2. Les juges 3. les médias et non l’inverse comme aujourd’hui.
  • Ce qu’on demande à un chef de l’Etat : la puissance plus que la transparence.
  • Reforme drastique du Conseil Constitutionnel tribunal de la pensée unique. (Repenser l’article 65 et l’article 55)
  • Modifier la hiérarchie des normes.
  • La presse caricature : ” l’incendie ” du Conseil constitutionnel.

2. La contre-offensive, des moyens et une méthode

  • Échapper à l’emprise délétère des médias.
  • La Voix de la France, analogie avec la communication des majorités municipales, une voix pour l’exécutif.
  • Le pluralisme en question, 89 % des journalistes disent voter à gauche.
  • 14 ministres pas de secrétaires d’Etat, partage du travail entre le Premier ministre et le chef de l’Etat : réformer l’Etat.
  • Un président qui ne s’exprime pas à propos de tout et de rien, échapper à la futilité du moment ou du «  terrain ».
  • Comme le Consulat et b jadis, remettre de l’ordre dans l’appareil législatif, une révision de tous les codes.
  • Reforme du code des impôts et du code du travail.
  • Economie : un programme d’urgence, réduction des charges et des impôts sur les entreprises 50 Milliards, 20 milliards d’économies budgétaires, suppression de la politique de la ville et des aides à l’emploi.
  • Suppression des comités et observatoires inutiles et coûteux, commission de la hache.
  • Reforme régionale, venir à bout du «  mille feuilles », 3 niveaux simples.
  • Suppression des lois comportementales, contre l’Etat « nounou » lois antiracistes, discrimination positive, lois mémorielles, sauf alcool tabac et drogues.
  • Politique étrangère, un monde multipolaire, l’expansion du Califat.
  • En finir avec la guerre pour imposer la démocratie aux pays musulman tandis que l’on laisse s’installer sur le territoire national, l’islam qui porte atteinte à nos principes démocratiques.

3. Europe, un projet novateur. Autres réformes social, immigration

  • Sortir de l’alternative Europe de Bruxelles ou une France seule !
  • Une refondation de l’Europe à petits pas, la France conforme à son génie.
  • Abandon des compétences et retour aux nations, création du Sénat des nations véritable exécutif européen, subordination de la commission et du parlement.
  • L’Euro en sortir ou en faire un instrument de puissance : la BCE dotée des pouvoirs de la banque de France, dévaluation et rachat des dettes des états.
  • Vendre les airbus en euros, acheter le pétrole en euros.
  • Une alliance militaire se substituant à l’Otan, tension avec Washington.
  • Le pacte de Schönbrunn, développement du groupe de Višegrad.
  • Refus de l’entrée dans l’Europe signifié à la Turquie  ;
  • La Politique de la chaise vide, in fine le nouveau traité de Salamanque : définir simplement le mode de fonctionnement de l’Europe rénovée, au sénat des nations de conduire la politique.
  • Instauration de cercles de coopération facultatifs.
  • Le problème social grève et manifestations, une méthode : refus des réformettes, intensité de la réforme et nombre important.
  • Puisqu’il y a crise autant faire des réformes en profondeur. L’embellie économique en fin de mandat.
  • Mise en place du processus de remigration.
  • Le président se représente.

Conclusion – Le syndrome de Churchill :
Le peuple français est-il fatigué de la dimension héroïque et tragique de l’histoire ?
Un dilemme français : l’effort et la renaissance ou la tranquillité et le déclin

 

Dernières émissions

Pour aller plus loin :