JT du vendredi 27 janvier 2017 – Economie / Emprunt d’Etat : l’effet Marine

Voici les titres de l’actualité de ce JT du vendredi 27 janvier 2017 :

1) Economie / Emprunt d’Etat : l’effet Marine

2) Société / Préférence étrangère pour la “justice”

3) International / Donald Trump lance son mur

4) International / Les amis de la Syrie censurés

5) L’actualité en bref

Cap sur l’Elysée !

***

Dernier jour de campagne pour les deux finalistes de la primaire de gauche. Le duel entre Manuel Valls et Benoît Hamon touche donc à sa fin. Le vainqueur aura donc le droit de se lancer dans la course à la présidentielle, sans grand espoir pour autant.

***

Le parti socialiste bientôt dans l’oubli. Dans 48 heures, le vainqueur de la Belle Alliance Populaire sera connu et pourra se lancer dans la course à l’Elysée. Les chances de victoires à la présidentielle étant plus que minces, l’élection primaire décidera surtout de la tournure qu’adoptera le parti socialiste pour tenter de survivre au fiasco Hollande. Une catastophe qui n’aura pas aidé Manuel Valls à s’imposer au cours de la Belle Alliance Populaire. En effet, l’ancien premier ministre a été contraint de se débattre pour défendre le bilan dont il était en partie responsable… en vain. Pour ce deuxième tour, le vote anti-valls pourrait être encore plus significatif et servir de fait Benoît Hamon. Les deux candidats présentent des programmes diamétralement opposés et semblent représenter deux lignes politiques irréconciliables.

***

VIDEO

***

Entre le Revenu Universel et la légalisation du cannabis, Benoît Hamon séduit chez les jeunes, lesquels peuvent voter à la primaire dès 16 ans s’ils sont encartés au Parti Socialiste ou à l’un des partis affiliés à la Belle Alliance… Tout comme les étrangers ! Dans ce cadre, on s’étonne d’ailleurs que les media ne se soient pas épanchés sur les études sociologiques des votes en faveurs des candidats comme cela avait été fait pour les primaires de la droite. Pourtant, le parti socialiste, véritable vivier communautaire ne peut échapper à la règle. Dans ce cadre, il semble que Manuel Valls et sa république forte souffre dans les territoires fort en immigration. Notons à ce titre que Benoît Hamon réunissait plus de 42 % en Seine-Saint-Denis pendant que Manuel Valls plafonnait à 26 %… CQFD

***

Et pendant que le Parti Socialiste joue son avenir… François Fillon voit le sien remis en question. L’affaire concernant l’emploi de son épouse ne s’éteint pas. Malgré lui, le candidat républicain a piqué la vedette à la primaire de la gauche… Il s’en serait bien passé.

***

Fillon restera-t-il le candidat Républicain pour la présidentielle. Jeudi soir, l’ancien Premier Ministre de Nicolas Sarkozy a confié qu’il se retirerait de la course à l’Elysée en cas de mise en examen. Plus tôt, il avait déclaré vouloir répondre le plus rapidement possible à la justice sur les accusations d’emploi fictif de son épouse. Lors de sa déclaration, François Fillon a confirmé que son épouse avait travaillé pour lui durant de longues années, jusqu’en 2013. Il a également tenu à rappeler que celle-ci l’avait épaulé tout au long de sa carrière et qu’il n’aurait sans doute pas pu faire le même parcours sans elle…. Ajoutant à cela un passage mélodramatique et rappelant combien il l’aimait et combien celle-ci souffrait de voir ces accusations dans la presse.

Quoi qu’il en soit, au vu des lenteurs de la justice, tout porte à croire que le candidat ne sera pas inquiété avant la présidentielle. Pour le moment, le parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits, ce qui initie une phase d’observation. Les véritables poursuites judiciaires, si poursuite il y a, n’interviendront que bien plus tard. François Fillon ne risque donc rien à conditionner sa présence comme candidat à une mise en examen éventuelle.

Une chose est sûre toutefois, le discrédit est bel et bien lancé. Déjà en perte de vitesse chez les classes les plus populaires, François Fillon pourrait dans cette affaire perdre une partie de ses voix, notamment en faveur de Marine Le Pen.

Les sarkozystes reprochaient déjà au candidat ses relents trop bourgeois qui faisait se détourner cet électorat … nul doute que cette affaire ne leur donnera que davantage raison, jusqu’à peut-être provoquer un véritable soulèvement pour faire pression sur François Fillon, déjà bien dans l’embarras… De son côté, Alain Juppé a déjà affirmé qu’il ne pourrait pas être le cheval de rechange, pour le plus grand plaisir d’Emmanuel Macron

***

Marion Maréchal-Le Pen fait mouche. A l’Assemblée nationale, la benjamine des députés a secoué l’hémicycle avec sa prise de parole sur l’IVG… Un discours qui restera sans doute dans les mémoires.

***

Un accident qui se vit bien, voilà comment s’est définie la jeune député Front National du Vaucluse, en faisant référence à sa naissance. En plein débat sur le délit d’entrave numérique relatif à l’avortement, Marion Maréchal s’est fendue d’un discours choc.

***

VIDEO

***

Marion Maréchal a poursuivi son discours en attaquant frontalement les orientations prétendument féministes de la gauche idéologisée…

***

VIDEO

***

Les débats de la séance ont été très houleux. Les Républicains, de leur côté, ont déploré que les socialistes cherchent volontairement à faire dévier les débats vers un référendum sur l’avortement… Quoi qu’il en soit, la proposition de loi sur le délit d’entrave a été adoptée par les députés.

***

Et puis pour terminer ce tour d’horizon politique, partons à Périgueux, où était Jean-Luc Mélenchon jeudi pour rencontrer les cheminots de la SNCF. Un ouvrier a apostrophé le candidat de la France Insoumise sur les réductions d’emploi et l’inaction des politiques, tout bord confondu… Visiblement, Mélenchon n’a pas aimé se retrouver dans le même panier que ses adversaires à la présidentielle.

***

VIDEO

***

Et voilà, c’est le moment de se quitter… jusqu’à demain. Tout de suite, retrouvez le reste de l’actualité avec Olivier Frèrejacques. A lundi, bonsoir.

***

Merci Elise ! Et maintenant, retour sur les titres de l’actualité !

***

Economie / Emprunt d’Etat : l’effet Marine

On parle depuis plusieurs semaines de l’effet Trump sur les marchés financiers, l’indice américain Dow Jones a d’ailleurs franchi cette semaine pour la première fois de son histoire la barre des 20 000 points… Cet effet Trump n’est pas isolé. En France, c’est un effet Marine Le Pen qui est pris en compte depuis peu par les investisseurs. Explications Natasha Koenigsberg.

***

On le sait, les marchés financiers n’avaient pas voté pour Donald Trump, ils n’avaient pas non plus voté pour le Brexit. À chaque fois, la crainte de voir le candidat républicain élu d’un côté, de voir la Grande Bretagne sortir de l’Union européenne de l’autre, avaient agité les marchés financiers…. Pire encore, l’hypothèse que ces événements se réalisent avait été présentée comme des catastrophes certaines pour les économies des pays concernés.

La France n’échappe pas à ce phénomène pour ne pas dire, à cette stratégie politique… L’hypothèse de voir Marine Le Pen arriver au second tour de l’élection présidentielle et qu’elle puisse l’emporter est également présentée depuis des mois comme une catastrophe… Depuis peu, cet “effet Marine Le Pen” se décèle dans un paramètre économique bien précis : celui des emprunts d’Etat. Depuis quelques semaines, la France doit payer un peu plus cher que d’habitude pour emprunter sur les marchés financiers. L’écart de taux avec l’Allemagne, le meilleur emprunteur au monde, n’était jusqu’ici que de 0,3 %, il vient de dépasser 0,5 %. La France emprunte désormais en moyenne à long terme à un peu plus de 1 %.

Argument des investisseurs : Marine Le Pen pourrait bien, si elle arrive au pouvoir, faire sortir la France de l’euro, pourrait bien fermer les frontières, pourrait bien relancer la dépense publique et donc la dette publique… Cela va t il dissuader les électeurs de Marine Le Pen, ou ceux qui hésitent à voter pour elle, d’aller jusqu’au bout ? Rien n’est moins sûr… Les exemples américains ou anglais récents en sont la preuve : la menace d’un cataclysme économique si les électeurs ne votent pas comme les marchés le souhaiterait n’est pas, ou n’est plus une ficelle efficace.

***

Société / Préférence étrangère pour la “justice”

Toujours plus de droits pour les étrangers, toujours plus de contraintes pour les français. C’est ce que préconise la loi de modernisation de la justice ! Le changement, discret, de l’article 225 du code pénal introduit la notion de discrimination linguistique en faveur des étrangers ne parlant pas français. Floriane Jeannin

***

C’est un vote qui n’a pas fait beaucoup de bruit mais qui pourrait faire des dégâts ! La loi dite de “modernisation de la justice” instaure une véritable préférence étrangère en France ! Le texte établi comme discriminatoire le fait d’opérer une distinction entre les personnes morales sur le fondement de s’exprimer dans une langue autre que le français. Concrètement il est désormais interdit de refuser la vente d’un bien ou la location d’un appartement à un individu sous prétexte qu’il ne parle pas français. Le français, vendeur, employé ou fonctionnaire doit désormais s’adapter et être en mesure de communiquer avec l’étranger, et, le cas échéant se payer les services d’un traducteur en bambara, en zulu ou en afghan pour pouvoir conclure un contrat. En cas d’infraction au texte les français encourent 3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende.

Avec cet article, c’est un outil supplémentaire qui est offert aux officines dites “anti racistes” contre les citoyens français. Loin d’être anecdotique le texte s’inscrit dans un mouvement de fonds. Depuis plusieurs années, le législateur quel que soit la coloration politique de la majorité, n’a de cesse de créer des textes d’exceptions au profit de minorités. Sont ainsi créées des circonstances aggravantes au nom du racisme, de l’antisémitisme, de l’orientation sexuelle ou du sexisme. Se détachant progressivement de la loi comme texte à portée impersonnelle et générale, le droit français est de plus en plus soumis aux exigences idéologiques et communautaristes et cela toujours au détriment de la majorité. En plus d’être nuisible au justiciable français, ce texte sera très difficile à appliquer et risque d’être coûteux puisqu’il induit le recours systématique à des traducteurs devant un appareil judiciaire déjà en manque de moyens…

***

International / Donald Trump lance son mur

Donald Trump poursuit sa marche en avant ! Le Président américain a signé un décret lançant le projet du mur à la frontière mexicaine. Une décision très mal perçue par son homologue mexicain alors qu’une rencontre entre les deux Présidents devaient avoir lieu la semaine prochaine. Thibault Bastide

***

Le projet du Mur de Donald Trump avance ! Quelques jours après son investiture, le nouveau Président américain tient, pour le moment, ses promesses. Après s’être attaqué à l’Obamacare, à l’avortement et au traité de libre échange transpacifique, Donald Trump poursuit sur sa lancée. Le Président américain a signé un décret lançant le projet de construction de sa mesure phare : le mur séparant les Etats-Unis du Mexique. Cette frontière artificielle représente un véritable enjeu migratoire pour le milliardaire. Le décret signé ordonne la construction immédiate d’un mur physique visant à empêcher l’immigration illégale, les trafics de drogues et d’êtres humains et des actes terroristes. Cependant ce mur ne verra pas le jour tout de suite. En effet, plusieurs problèmes se posent.

Dans un premier temps plusieurs études doivent être menées sur l’état actuel de la frontière de 3 200 kilomètres mais c’est surtout la question du financement qui risque de faire grincer des dents. La note est en effet estimée à plusieurs dizaines de milliards de dollars mais reste encore hypothétique. Pour Donald Trump : le Mexique paiera. Seulement voilà, l’annonce a été reçue comme une véritable gifle par le voisin mexicain. Une annonce qui est intervenue au moment où une délégation officielle était présente à Washington pour entamer la renégociation de l’accord de libre-échange entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique.

Les relations se tendent au fur et à mesure que le projet voit le jour et le Président Mexicain, Enrique Pena Nieto, l’a de nouveau condamné et s’est engagé à défendre les migrants mexicains vivants aux Etats-Unis. Donald Trump et son homologue mexicain devaient se rencontrer le 31 janvier dans la capitale américaine. Mais plusieurs personnalités de l’opposition mexicaine ont exhorté Enrique Peña Nieto d’annuler sa rencontre avec Donald Trump pour protester contre le projet de mur à la frontière entre les deux pays. Et le Président mexicain a décidé d’annuler sa visite après l’ultimatum lancé par Donald Trump. En effet, peu avant cette décision, le nouveau Président américain avait publié un message sur Twitter et annoncé que si le Mexique n’était pas prêt à payer le mur ce serait mieux d’annuler la visite. Un message qui a bien été reçu par Enrique Pena Nieto.

Dorénavant, les Etats-Unis envisagent de taxer les produits mexicains à hauteur de 20 % afin de financer l’édifice. Les relations entre les deux pays risquent de devenir particulièrement délicates et les conséquences de ce mur anti-migrants pourraient surtout être néfastes pour le Mexique s’il ne se plie pas aux exigences de l’oncle Sam…

***

International / Les amis de la Syrie censurés

Un colloque pour la paix au Moyen-Orient censuré ! Le collectif pour la Syrie projetait de réunir de nombreuses personnalités pour apaiser, réconcilier et débattre librement. Le projet a finalement été annulé à deux reprises à causes de pressions politiques venues d’en haut. Pierre Bergerault

***

La liberté d’expression mise à mal ! Le 28 Novembre 2016 devait avoir lieu un Colloque au Mémorial de Caen sous l’égide du Collectif pour la Syrie avec la participation d’une vingtaine de personnalités. L’événement a été validé par le directeur général de l’établissement Stéphane Grimaldi puis annulé au dernier moment pour d’obscures raisons. L’écrivain franco-syrien Jean-Claude Antakli, auteur de l’ouvrage “Syriapocalypse” avait été invité par le collectif pour intervenir. Il nous explique les raisons qui ont conduit la direction du Mémorial de Caen à annuler la réunion.

***

Entretien avec J-C Antakli

***

L’ancien officier des renseignements français, Alain Chouet, également invité pour le colloque a rédigé une lettre pour exprimer son indignation. Il explique que tous les participants ne sont ni d’extrême droite ni partisans de Bachar el-Assad, en particulier : Richard Labévière, journaliste et écrivain, membre du Parti socialiste, Gérard Bapt, député socialiste et Adonis, un poète syro-libanais opposé au régime de Damas. Alain Chouet rappelle par ailleurs JE CITE que “les gauchistes, et fiers de l’être, pouvaient venir s’y exprimer et faire valoir librement leur point de vue”.

Après cette annulation, le collectif pour la Syrie s’est tourné vers l’Université Paris Sorbonne pour organiser un nouveau colloque prévu pour le samedi 28 janvier 2017. Là encore, alors que la direction avait donné son autorisation à la tenue de l’événement, elle s’est finalement rétractée sous la même pression médiatique et politique. Jean-Claude Antakli nous rappelle le contexte.

***

Entretien avec J-C Antakli

***

Face à ce déni de démocratie, Jean-Claude Antakli dénonce un deux poids deux mesures qui ruine tout espoir de faire la lumière sur ce qui se passe réellement en Syrie.

***

Entretien avec J-C Antakli

***

L’actualité en bref

Manifestation massive des mouvements pro-vie aux Etats-Unis. Plusieurs centaines de milliers de personnes sont venues arpenter les rues de Washington pour manifester leur opposition à la généralisation de l’avortement aux Etats-Unis. Galvanisés par l’arrivée d’un nouveau président à la Maison Blanche, les pro-vie ont pu compter sur le soutien du vice-président Mike Pence qui a marché avec eux et a pris la parole. Donald Trump avait fait de ce rassemblement un plébiscite de la rue pour faire contre-poid aux marches des femmes qui lui étaient hostiles.

***

Jawad Bendaoud sera logé en prison ! Le très médiatique logeur de Saint-Denis, qui avait abrité les terroristes du 13 Novembre 2015, comparaissait jeudi devant le tribunal correctionnel de Paris pour trafic de stupéfiants. Avant son audience, Jawad Bendaoud a proféré plusieurs menaces à l’encontre des forces de l’ordre dont je cite “Fils de pute ! Je vais te niquer”. Dans le box des accusés, il s’en est également pris aux policiers qui l’entouraient. Il a finalement été renvoyé et condamné à 8 mois de prison ferme.

***

Bagarre générale dans un lycée ! La coupe d’Afrique des nations de football en serait à l’origine. L’incident aurait eu lieu dans le lycée le Corbusier de Poissy dans les Yvelines. Plusieurs chaises ont été lancées à travers la classe. Un des élèves a même filmé la scène.

***

VIDEO

***

La France en finale du championnat du Monde de handball ! Jeudi soir, les tricolores ont battu la Slovénie 31 à 25 lors de la demi-finale à l’Hôtel Accord Arena de Paris ! La rencontre a attiré près de 7 millions de téléspectateurs. L’équipe de France affrontera la Croatie ou la Norvège lors de la finale, dimanche à 17h30.

***

C’est la fin de notre édition. Comme chaque vendredi, nous vous conseillons la lecture du quotidien “Présent” de fin de semaine. A la Une : un entretien avec Eric Verhaeghe sur le revenu universel, Marion Maréchal-Le Pen contre le délit d’entrave à l’IVG et l’argent pourri d’Emmanuel Macron.

***

Ce soir, retrouvez “IMedia”. Jean-Yves Le Gallou évoque la tentative de censure autour de la Marche pour la vie, le concours du point Godwin sur Donald Trump et Vérificator, l’outil du journal Le Monde pour juger du sérieux des sites d’informations.

***

Egalement au programme de votre fin de semaine, Bistro Libertés. Martial Bild et les sociétaires de l’émission reçoivent l’ancien député de l’Hérault et professeur à Paris 2 Assas, Jean-Claude Martinez. Parmi les thèmes abordés : le Parti socialiste est-il mort ? ; le FN : 2 sensibilités, 2 lignes ou 2 factions ? et la place des artistes dans les campagnes électorales.

***

VIDEO

***

Et surtout ne ratez pas le dernier numéro de Terres de Sport. Au programme, les scandales des courses hippiques d’endurance, le derby de Cracovie en Pologne ou encore l’histoire du Handball et bien d’autres sujets…

***

VIDEO

***

Enfin dimanche pour l’émission Terres de Mission, un entretien exclusif. Jean-Pierre Maugendre reçoit Monseigneur Bernard Fellay, supérieur général de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X pour évoquer l’état des discussions entre les catholiques traditionalistes et le Vatican. Le successeur de Monseigneur Lefebvre indique que les accords de Rome n’attendent plus qu’un coup de tampon.

***

Et tout de suite, une nouvelle chronique de la France de Campagnol avec Christian Combaz. Quant à nous, on se retrouve lundi. Bonne fin de semaine à vous tous. Merci de votre fidélité, bonsoir !

Dernières émissions

Pour aller plus loin :