Journal du vendredi 6 janvier 2017 : Politique / La rose fanée de M. Valls

Les titres : Politique / La rose fanée de M. Valls – Social / Les “slashers” à l’assaut du marché du travail – Economie / Faut-il taxer différemment donations et successions ? – International / La Chine et sa “ferme des 100 000 vaches”

Politique / La rose fanée de M. Valls

Avec Manuel Valls, le pire n’est jamais décevant. Jeudi soir sur la télévision publique, l’ancien premier ministre, forcé d’essuyer les plâtres d’un quinquennat catastrophique, a peiné à se racheter une image de réformateur. Véritable constat d’échec, l’audience de l’émission se situe au niveau de celle de Bruno Le maire. Ce qu’il faut retenir avec Pierre Bergerault

A moins de trois semaines de la primaire de gauche, Manuel Valls fait figure de favori dans les sondages mais reste victime de ses incohérences. En témoigne sa proposition de supprimer l’article 49-3 de la Constitution auquel il a pourtant eu recours pour les lois Macron et El-Khomri. Malgré sa volonté affichée de vouloir rassembler son camp, l’ancien locataire de Matignon n’a pas hésité à s’en prendre aux Frondeurs et à François Hollande, assurant sans trembler qu’ils l’avait forcé à l’utiliser. Manuel Valls s’enorgueillit toutefois d’avoir fait évoluer la gauche sur la sécurité, l’immigration, l’économie et l’entreprise. Les attentats et le chômage de masse servant de référence à l’efficacité de ses 5 années passées au gouvernement. Pour contrer ses adversaires de l’aile gauche du PS Montebourg et Hamon, Manuel Valls s’affiche en social réformateur. Il a notamment promis la construction de 40 000 nouveaux logements sociaux pour les jeunes, l’embauche de 500 000 fonctionnaires et d’armer l’Europe face à la mondialisation notamment en augmentant les droits de douane. Autant de réformes qu’il n’a pas cru bon de prendre lors de son passage à Matignon. Confronté à une femme musulmane du public, le candidat a par ailleurs réaffirmé son attachement à la laïcité dénonçant le caractère politique du voile. Manuel Valls s’est également défendu d’être libéral en renonçant à vouloir supprimer l’impôt sur la fortune. Projet qu’il avait pourtant porté à la primaire de 2011 lors de laquelle il n’avait recueilli que 5 % des voix. Exit également le Manuel Valls proposant de changer le nom du parti à la rose ou de supprimer les 35h.
Enfin, en matière de relations internationales, Manuel Valls s’est opposé à l’entrée de la Turquie dans l’UE plaidant pour un partenariat avec Ankara. Il a par ailleurs affirmé vouloir rétablir le dialogue avec la Russie mais s’oppose à la levée des sanctions contre Moscou.
Quoi qu’il en soit, son passage sur la télévision publique n’a pas passionné les Français avec à peine 2 millions de téléspectateurs. L’ancien premier ministre pourra toutefois se rattapper la semaine prochaine lors du premier débat télévisé. En attendant, malgré ses 43 % d’intentions de vote loin devant Arnaud Montebourg actuellement à 25 %, la candidature de Manuel Valls reste fragile. En effet, dans la cinquième république, aucun premier ministre sortant n’a réussi à remporter l’élection présidentielle.

 

Social / Les “slashers” à l’assaut du marché du travail

Le chômage au-dessus de la barre des 10 % ! Des difficultés tant pour les jeunes diplômés que pour les séniors à s’insérer ou se réinsérer en entreprise avec des emplois précaires et des salaires souvent dérisoires… Le marché du travail français est devenu un véritable enfer avec des employeurs croulant sous les charges et des salariés souvent mal payés. Face à cette situation, un phénomène prend de l’ampleur : celui des “slasher” ! Explications, Thibault Bastide.

Chômage, morosité du marché du travail, précarité… Les Français subissent la crise économique de plein fouet mais certains tentent de tirer leur épingle du jeu en travaillant pour plusieurs employeurs ou en exerçant différentes activités. Ce phénomène à un nom, celui des “slashers”, anglicisme en référence à la touche slash des claviers d’ordinateurs. Avec la multiplication des emplois à temps partiel et le passage aux 35 heures au début des années 2000 mais aussi avec des niveaux de rémunération ne correspondant pas aux attentes des travailleurs, nombreux sont ceux qui ne veulent plus se cantonner à un seul emploi. Ils sont aujourd’hui 2,3 millions en France à exercer 2, 3 voire 4 activités. Parmi eux, 1,8 millions sont pluri salariés, soit près de 8 % de la population salariée du pays.
Le phénomène touche tous les niveaux de qualification de l’employé de fast-food au cadre d’entreprise. A la faveur notamment du développement du télétravail et des métiers numériques, le nombre de “slashers” pourrait exploser dans les années à venir. Qu’ils soient titulaires de plusieurs postes en CDI ou sur un modèle hybride avec un contrat à durée indéterminé et des missions assurées en temps qu’auto-entrepreneur, ces travailleurs d’un nouveau type tirent de nombreux avantages de leur activité.
Ils disposent de revenus plus importants, multiplient les expériences et les contacts auprès de leurs divers employeurs ou clients et augmentent leur visibilité sur le marché ce qui leur permet d’être mieux reconnus et de décrocher le cas échéant un emploi à plein temps en adéquation avec leurs compétences ou leurs attentes. En cas de licenciement, ces travailleurs ont une solution de repli et peuvent bénéficier des avantages du chômage. La multiplication des activités favorise, elle, un gain de rentabilité individuelle et l’apprentissage de nouvelles compétences.
Certains employeurs sont plus sceptiques quant au phénomène. En effet, ils ne disposent plus du temps de travail de leurs salariés comme ils le voudraient et rencontrent, avec les slashers, des difficultés pour assurer un remplacement ou pour changer un emploi du temps… Juste retour de bâton pour de nombreux patrons qui négligent leurs travailleurs notamment en terme de rémunération. Avec la crise économique et la libéralisation du marché de l’emploi les “slashers” ont un bel avenir devant eux et pourraient même profiter d’une réforme du Régime Social des Indépendants après l’élection présidentielle. Le candidat Les Républicains François Fillon a déjà fait du soutien aux indépendants un axe de sa campagne électorale…

 

Economie / Faut-il taxer différemment donations et successions ?

Le gouvernement ne se contente pas de gérer les affaires courantes… à quelques mois de l’élection présidentielle… bien au contraire… un rapport émanant de France Stratégie, un centre de réflexion dépendant de Matignon, donc du premier ministre, préconise de revoir la fiscalité sur les successions… Natasha Koenigsberg

50 ans : c’est l’âge moyen auquel les Français ont hérité, le plus souvent de leurs parents, en 2016. C’est beaucoup plus tard que dans les années 80, où la transmission du patrimoine se faisait en moyenne à l’âge de 42 ans. Résultat, quand, dans les années 80 toujours, l’écart de richesse entre les trentenaires et les sexagénaires n’était que de 1 à 2… le rapport est aujourd’hui passé de 1 à 4 : La France est aujourd’hui un pays de rentiers, qui peinent à transmettre leur patrimoine aux jeunes générations. La raison ? explique France Stratégie, le think tank de Matignon ? La fiscalité du patrimoine, qui n’incite pas les parents à transmettre à leurs enfants de leur vivant.
Rien n’est vraiment fait en effet pour favoriser les donations. L’exonération de droits,de taxes, est en effet identique, à savoir 100 000 euros, qu’il s’agisse d’une succession ou d’un don de son vivant. La taxation du patrimoine transmis au dessus de ce seuil est également imposée exactement de la même manière. Et dans le cas d’une donation, il faut que 15 années s’écoulent entre deux donations, ou entre une donation et le décès, pour bénéficier à nouveau de cette exonération de 100 000 euros.
France Stratégie propose donc de revoir totalement la fiscalité sur le patrimoine et sur sa transmission afin de rendre l’imposition plus progressive, et donc, plus incitative. On peut imaginer que plus il serait transmis tôt, moins il serait taxé.. Mais tout cela n’est que du jus de crâne à quelques mois des élections : la plupart des candidats à l’élection présidentielle ont proposé justement leur réforme de la transmission et de la taxation du patrimoine, avec des solutions parfois radicalement différentes de celles préconisées par ce rapport… seul le constat : “ça ne marche pas” est commun entre France Stratégie, et ceux qui espèrent, demain, prendre les rênes du pouvoir…

 

International / La Chine et sa “ferme des 100 000 vaches”

Pour vendre du lait toujours moins cher, certain n’ont aucune limite, c’est le cas de la Chine, où les industriels ont créés des fermes de… 100 000 vaches. Ces véritables usines à bétails s’avèrent être un véritable désastre écologique. Floriane Jeannin

Après la très polémique ferme des “mille vaches” en France dans la somme, la ferme des 100 000 vaches en Chine ! Dans l’Empire du Milieu la consommation de produit laitier a littéralement explosé, les classes moyennes copiant les modes de consommations occidentaux : fin de l’allaitement maternel et recours aux desserts et sucreries à bas de produits lactés.
A cette demande interne s’est ajoutée celle de la Russie, touchée par l’embargo occidental. Il a donc fallu produire beaucoup, beaucoup plus de lait. En 2008 le scandale du lait frelaté à la mélamine avait tué six nourrissons et contaminé 300 000 chinois. Les petits producteurs avaient alors été pointés du doigt. Les autorités ont donc décidé de construire des fermes usines pour produire plus, et mieux surveiller la qualité du lait. Commençant par des fermes de 10 000 vaches, les autorités ont encouragé le concept de la très haute production laitière pour atteindre le chiffre fou de 100 000 vaches laitières sur un site.
Une telle concentration de vaches est extrêmement néfaste à plusieurs titres. Pour la qualité des produits tout d’abord puisque les ressources laitières des vaches sont surexploités pour des bêtes qui ne voient jamais la lumière du jour. Pour les travailleurs ensuite qui travaillent dans des conditions déplorables et enfin et surtout pour l’environnement : les déjections produisent des montagnes de fumier pestilentiel et des fleuves de purin verdâtres qui contaminent l’air, les sols, les nappes phréatiques et infectent à leur tour les rivières avoisinantes pourtant déjà fortement pollué par les usines chimiques. Les limites de l’industrialisation de l’agriculture sont poussées en Chine à leurs paroxysmes et poussent déjà le gouvernement à faire machine arrière…

 

L’actualité en bref

– Un bébé frappé par des clandestins ! 7 migrants syriens ont agressé un nourrisson de 18 mois dans un bus à Augsbourg en Bavière dans le Sud de l’Allemagne. Selon eux, le landau prenait trop de place dans le bus. Les clandestins s’en sont ensuite pris aux autres passagers et aux secours venus pour soigner le bébé. Une enquête a été lancée mais les charges retenues contre les agresseurs sont minimes.

– Nouvel attentat en Turquie. Une voiture piégée a explosé devant le palais de justice d’Izmir dans l’ouest du pays. 2 personnes ont été tuées et 6 autres blessées. 2 terroristes ont été abattus et un 3ème est en fuite. Des fusils d’assaut et des grenades ont été retrouvés à proximité des corps. Une autre voiture piégée a été désamorcée par les forces de l’ordre. Cette attaque survient 5 jours après l’attentat qui a eu lieu dans une discothèque d’Istanbul faisant 39 morts. Selon les autorités turques, le PKK, parti pro-kurde, serait à l’origine de ce nouvel attentat.

– Ben Laden Père et Fils ! Hamza Ben Laden a été placé sur la liste noire du terrorisme par les Etats-Unis ! Le fils préféré d’Oussama Ben Laden est considéré comme étant l’héritier du fondateur d’Al-Qaïda. Hamza Ben Laden est désormais visé par des sanctions juridiques et financières venant des Etats-Unis. En 2015, l’individu d’environ 25 ans avait appelé à attaquer des “intérêts américains, français et israéliens à Washington, Paris et Tel-Aviv”.

– Nouveau record pour Robert Marchand ! Le Français de 105 ans est entré un peu plus dans l’Histoire. Mercredi, Robert Marchand a parcouru plus de 22 km à vélo en 1 heure sur la piste du vélodrome de Saint Quentin en Yvelines. Le super centenaire avait déjà battu son propre record il y a deux ans en parcourant près de 27 km.

C’est la fin de notre édition. Comme chaque vendredi, nous vous inviton à lire le quotidien”Présent” de fin de semaine. A la Une : les fonctionnaires votent Marine, Bayrou et Guaino lapident Fillon et le pédophile de Montebourg.

Dans un instant, notre Zoom du jour ! Essayiste et consultant international, Hervé Juvin est bien connu des téléspectateurs de TV Libertés qui peuvent le suivre régulièrement dans l’émission “Juvin en libertés”. Il vient de publier chez Gallimard un essai intitulé :”Le gouvernement du désir”. Pour Hervé Juvin, nous vivons une révolution de notre condition humaine sans équivalent depuis plusieurs millénaires. Cette révolution, c’est le gouvernement du désir ! Pour l’auteur, ce qu’on appelait “la libération” est devenue une contrainte. Hervé Juvin affirme que la révolution du désir a soumis la planète et l’humanité au désir des mêmes choses, c’est à dire à la globalisation et à la perte des identités. Pour restaurer nos libertés politiques, l’auteur prône le retour de plusieurs outils : la nation, l’écologie humaine et la prise de conscience de la nécessaire défense de la civilisation européenne face à la submersion migratoire.

Ce soir, retrouvez IMedia. Au programme : migrants et vote FN, le bobard d’Europe 1 ; l’intox russophobe mondiale et la vie sexuelle des Parisiens selon le site pornographique Cam4.

Dernières émissions

Pour aller plus loin :