Journal du mercredi 4 janvier 2017 : Politique / Election présidentielle : rentrées médiatiques, top et flop

Les titres : Politique / Election présidentielle : rentrées médiatiques, top et flop – Sécurité/ Les crimes et délits à l’épreuve des chiffres – Economie / Big brother : le racket des automobilistes – International / Disparition programmée des chrétiens d’Orient.

Politique / Election présidentielle : rentrées médiatiques, top et flop

Dans cinq mois la France aura un nouveau président de la république ! A l’aube de ce scrutin rien n’est joué et plusieurs candidats ont déjà réussi leur entrée en campagne. C’est le cas à droite avec François Fillon et Marine Le Pen et à gauche du côté de Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. Pour la gauche institutionnelle le démarrage est nettement plus délicat… Thibault Bastide

A moins de 5 mois du second tour de l’élection présidentielle, rien n’est fait et bien savant est celui qui peut déjà annoncer qui sera le prochain locataire de l’Elysée. A droite tout d’abord, la première partie en campagne est Marine Le Pen. En retrait de la vie médiatique jusqu’à ce début d’année, la présidente du Front National, candidate naturelle de son parti, a un boulevard devant elle. Après 5 ans de succès électoraux, elle devra transformer l’essai et semble déjà promise à un 2nd tour. La conjoncture favorable aux thèmes traditionnels de campagne du FN lui a permis de surnager dans les sondages. Seules ombres au tableau : le manque de moyens financiers dont dispose le Front National qui peine à se voir prêter de l’argent par les banques et les dissensions internes du parti dont la presse n’hésite pas à grossir les traits.
Du côté des Républicains, François Fillon avance sereinement. Fort d’une élection primaire réussie qui l’aura consacré comme seul candidat de sa famille politique à l’exception des hypothétiques candidatures d’Henri Guaino et Michèle Alliot Marie, il a su tirer profit de l’image très conservatrice que lui ont collé les média mainstream. L’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy arrive pour le moment à tenir ses positions économiques qualifiées de brutales par ses opposants. Profitant de la machine électorale que sont Les Républicains et bénéficiant d’une image de bon père de famille, il rassure sa famille politique et est en tête des enquêtes d’opinion. Seule bémol, la campagne “Farid Fillon” sur les réseaux sociaux qui le suspecte de sympathie pour une certaine forme d’islam radical…
Entre ces deux candidats, la fenêtre de tir est désormais très étroite pour Nicolas Dupont-Aignan qui avait pourtant réussi des scores honorables lors du scrutin régional. Le président de Debout La France aura l’occasion de relancer sa campagne le 9 janvier prochain lors de ses vœux à la presse.
Au Parti Socialiste le démarrage est plus compliqué. Jean-Luc Mélenchon à la gauche de la gauche et Emmanuel Macron au centre-gauche ont réussi à se créer un espace électoral et la primaire organisée par le PS ne suscite pas un réel engouement… L’annonce tardive du renoncement de François Hollande et la participation des principaux candidats de la primaire ne favorisent pas un renouveau dont aurait probablement besoin le parti à la rose…
Les surprises politiques de l’année 2016 avec le Brexit, l’élection de Donald Trump ou encore la victoire inattendue de François Fillon à la primaire de la droite ont semble-t-il susciter l’intérêt des électeurs. Les connexions sur le site d’inscription aux listes électorales ont connu des pics inédits en décembre, laissant planer un peu plus l’inconnue sur le visage du prochain président !

 

Sécurité/ Les crimes et délits à l’épreuve des chiffres

Où peut-on vivre en sécurité ? C’est la question à laquelle l’Observatoire de la délinquance a tenté de répondre en publiant une carte des crimes et délits dans le Grand Paris. Dans le reste de la France, la violence n’a jamais été aussi forte. Floriane Jeannin

Les infractions décortiquées à la loupe ! L’Observatoire national de la délinquance a publié une cartographie des crimes et délits dans Paris et sa périphérie. Particularité de cette étude, l’analyse porte au lieu communal de commission des faits et non à l’endroit du dépôt de plainte.
Premier enseignement, le centre de la Capitale est bien le plus touché par les affaires de stupéfiants et de violence avec pour cette dernière 33 faits pour 1 000 habitants. Un phénomène largement explicable par l’important flux de population dans le quartier des Halles. Dans le 18ème, on recense même 10 agressions par jour. Mais le 8ème arrondissement et sa vie nocturne agitée n’est pas non plus épargné. C’est aussi l’endroit où l’on recense le plus de vols de véhicules parce qu’il concentre les voitures les plus haut de gamme. Le 2ème arrondissement arrive premier en nombre de vols de scooter en raison de son caractère central et du nombre de bureaux dans le quartier de la Bourse.
En banlieue, c’est sans conteste la Seine-Saint-Denis qui enregistre le plus de crimes et délits. La commune de Villeneuve-Saint-Georges dans le Val-de-Marne caracole en tête en nombre de cambriolages. En termes de vols de véhicules, Rungis, Livry-Gargan, Tremblay-en-France ou Stains arrivent juste derrière le 8ème arrondissement.
Hors d’Ile-de-France, les Bouches-du-Rhône affichent une trentaine de morts par armes à feu en 2016. Le Rhône et ses 17 000 cambriolages en 2016 obtient pour sa part la première place parmi les départements touchés. Les réseaux en provenance des pays de l’Est sont de plus en plus professionnalisés. Notons que seules 10 % des affaires de cambriolages sont élucidés en zone police à l’échelle du territoire.
En outre-mer, tous les records sont battus. La Guyane enregistre 23 faits de violence pour 1 000 habitants. De leur côté, la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion sont classées parmi les 10 départements les plus dangereux.
Pour résumer, le bilan de l’ancien ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve est catastrophique. Les violences physiques et sexuelles ont augmenté de 7 % et les escroqueries de 30 % par rapport à l’an dernier. Comme le relève le chargé d’études à l’Observatoire de la délinquance, Jean-Luc Besson, l’outil de collecte des crimes et délits du ministère de l’intérieur remonte aux années 70. La France est donc très en retard même par rapport à des pays comme le Mexique ou la Colombie. En effet, ces derniers arrivent, en dépit de moyens moins importants, à mieux cibler leurs actions alors qu’ils ne sont pas en état d’urgence.

 

Economie / Big brother : le racket des automobilistes

Nouvelle offensive en matière de vidéo-surveillance….. malheureusement pas pour renforcer la lutte contre le terrorisme, mais pour verbaliser pour ne pas dire matraquer encore un peu plus les automobilistes… Enquête Natasha Koenigsberg

Pour échapper aux PV et à la perte de points de permis, les avertisseurs anti-radars ne seront bientôt plus très efficaces. En cause, l’extension de l’usage de la vidéosurveillance pour verbaliser les automobilistes… Jusqu’ici, une infraction comme le franchissement d’une ligne blanche, ou encore, l’utilisation du téléphone portable au volant, exigeaient des forces de l’ordre qu’elles interpellent l’automobiliste et le verbalisent en flagrant délit. Désormais, c’est terminé : le simple fait d’avoir été filmé par une caméra de surveillance en situation d’infraction permettra aux forces de l’ordre d’établir le procès verbal, l’amende arrivant directement au domicile du contrevenant présumé. Sont également verbalisables depuis le 1er janvier la conduite d’un 2 roues sans casque, l’absence de ceinture de sécurité pour le chauffeur ou un de ses passagers, le non respect des règles de dépassement, le stationnement sur la bande d’arrêt d’urgence sans motif valable, et le fait,en ville, de s’arrêter au feu rouge après la ligne matérialisée au sol… dans le sas vélo.
Pour constater ces infractions, toutes les caméras de vidéosurveillance peuvent être mises à contribution. Dans les villes équipées de réseaux de caméras dépendant de la police municipale, ce sont les agents de la ville, assermentés, qui pourront établir les PV, si le maire décide de faire appliquer le décret sur le territoire de sa commune. Les radars automatiques aussi pourront constater certaines de ces infractions, après quelques modifications notamment le téléphone au volant et l’absence de ceinture même si le véhicule ne dépasse pas la vitesse limite !
Face à cela, les avocats spécialisés redoutent, une explosion du nombre de contestations… Si par exemple, un automobiliste franchit une ligne blanche pour éviter l’embardée d’une autre voiture, il pourrait être sanctionné injustement. Certains maires, quant à eux, craignent un sursaut d’impopularité si leurs policiers municipaux verbalisent avec la vidéo surveillance censée protéger les citoyens, des infractions routières que beaucoup considèrent comme banales, pour ne pas dire anodines.

Traque des automobilistes toujours : 2 millions, c’est le nombre de points de permis qui pourraient être perdus en plus… dès cette année par les automobilistes à cause d’une autre nouvelle mesure entrée en vigueur dimanche 1er janvier. Depuis 4 jours en effet, les infractions routieres commises au volant d’une voiture appartenant à une société ne resteront plus impunies. Jusqu’ici, le salarié remboursait l’amende à l’entreprise mais ne perdait pas ses points, puisque l’employeur n’était pas tenu de dénoncer le conducteur… C’est terminé. Désormais, si l’entreprise refuse ou oublie de donner à l’administration le nom du conducteur, elle s’exposera à une amende de 4e classe pouvant atteindre 2 500 euros…

 

International / Disparition programmée des chrétiens d’Orient

Taux de natalité plus faible, forte tendance à l’émigration et persécutions musulmanes… Voilà les facteurs expliquant la disparition des chrétiens du Moyen-Orient. Alors qu’ils représentaient 20 % de la population de cette région au début du 20ème siècle, ils ne sont plus que 2 ou 3 % aujourd’hui. Pierre Bergerault

La disparition des chrétiens d’orient devenue réalité. En Irak, pour la première fois depuis 2000 ans, il n’y a plus de chrétiens à Mossoul et dans la majeure partie de la Mésopotamie. Chassés du nord du pays par l’Etat islamique, les habitants assyriens et chaldéens vivent depuis 2 ans dans des camps de réfugiés au Kurdistan. Après la libération de plusieurs de leurs villes, certains y sont retournés pour vendre leur maison et leur terre quand elles n’ont pas été dévastées par les djihadistes. La majorité d’entre eux retournera vivre au Kurdistan, en Europe ou en Amérique du nord. Cette éviction, terminée par l’Etat islamique, n’est toutefois pas récente et s’est déroulée en plusieurs actes. Déjà en 1915, le massacre des Assyriens et Arméniens avait été décidé par les Ottomans en collaboration avec les Kurdes qui se sont emparés des terres chrétiennes de l’Est de la Turquie. En 1922, avec l’expulsion des chrétiens d’Asie mineure, les églises les plus anciennes, fondées par les premiers apôtres disparaissent. Plus récemment, la guerre du Liban, opposant chrétiens et musulmans, a vu disparaître le dernier pays à majorité chrétienne. La communauté a alors perdu ses prérogatives politiques au profit des chiites et sunnites.
Depuis les années 2000, au lendemain des attentats du 11 septembre, les Etats-Unis et leurs alliés israéliens ont mis sur pied un plan pour refondre la carte du Moyen-Orient. Il s’agit de remettre radicalement en cause les frontières nées des Accords Sykes-Picot de 1916 pour réformer l’Islam afin de l’adapter aux principes mondialistes. L’émigration des chrétiens d’orient en Europe depuis le début du conflit avec l’Etat islamique a un impact sur les mentalités. En effet, leur arrivée est assimilée à beaucoup d’autres “migrants” qui ne sont ni chrétiens, ni en provenance de pays en guerre… De nombreuses familles mendient dans les rues de Paris mais il ne s’agit pas de chrétiens. Ces derniers ne font pas la manche ou rarement et rêvent seulement de rentrer chez eux. Pour l’historien Jean-Pierre Valognes, les chrétiens ne seront plus en mesure d’assurer la survie de leur identité et le moyen orient perdra sa pluralité.

 

L’actualité en bref

– Massacre dans une prison brésilienne. Dans la nuit de dimanche à lundi, une mutinerie a fait au moins 60 morts dans une prison de Manaus au Nord-Est du pays. Un grand nombre de détenus ont été décapités et plus de 130 autres se sont enfuis. Il pourrait s’agir d’un règlement de compte entre narcotrafiquants incarcérés, les prisons brésiliennes étant contrôlées en interne par ces factions criminelles.

– Des exigences religieuses à l’origine de la fermeture de l’usine PSA d’Aulnay-sous-bois. Le député maire de Drancy et président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, l’a assuré mardi, l’omniprésence de la religion aurait pesé dans le choix de PSA de fermer l’usine en Seine-Saint- Denis en 2013. De son côté, PSA a justifié la fermeture par de graves problèmes financiers et se refuse à tout commentaire concernant les déclarations de Jean-Christophe Lagarde.

– Jackpot pour les présentateurs télé. Une enquête révèle les salaires que perçoivent les personnalités du petit écran. Les présentateurs du JT de TF1 sont sur la plus haute marche du podium avec des salaires estimés entre 30 000 et 45 000 euros par mois. Ces sommes sont divisées par 2 sur le service public. De son côté, Sandrine Quétier touche 18 000 euros pour son émission “Danse avec les Stars”. Dans un secteur ou les retraites sont tardives, les poches se remplissent très vite et pour très longtemps.

– Marianne en cessation de paiement ! L’hebdomadaire de gauche fondé en 1997 devrait être placé en redressement judiciaire pendant 6 mois pour des problèmes de trésorerie. Comme la quasi-majorité de la presse traditionnelle de gauche, le titre connaît un désamour de ses lecteurs… Entre juillet 2015 et juin 2016 ses ventes ont baissé de plus de 5 % quand l’Obs et l’Express ont respectivement perdu 15 et 23 % de leur lectorat. En 2017, Marianne va lancer un nouveau site à dimension participative et souhaite développer les abonnements numériques pour tenter de redresser la barre. Du côté de la Presse Quotidienne Régionale, la Voix du Nord devrait quant à elle voir partir 25 % de ses effectifs soit 178 emplois. Le journal s’est régulièrement distingué par son militantisme anti Front National.

C’est la fin de notre édition. Dans un instant, notre Zoom du jour. Ancien député et haut fonctionnaire, Yvan Blot a publié un ouvrage synthétique mais approfondi sur la menace révolutionnaire du terrorisme islamiste. Fort d’une expérience de plus de 10 ans sur l’anti-terrorisme, au sein du ministère de l’Intérieur, Yvan Blot s’est spécialisé dans l’étude de l’idéologie des terrorismes. Dans son livre, l’écrivain développe une thèse : le terrorisme islamiste est la mise en oeuvre d’une idéologie révolutionnaire nouvelle créée dans les années 50 par Sayyid Qutb et ses disciples dont se sont inspirés Ben Laden et al-Baghdadi notamment.

Ce soir retrouvez “Perles de culture”. Anne Brassié et Louis André vous proposent une rétrospective des films qui ont marqué l’année 2016. Anne vous emmènera ensuite en Italie avec François de Crécy, auteur de “La lagune de Venise” puis recevra Vianney Chatillon pour la présentation de son projet d’école Maîtrisienne.

Dernières émissions

Pour aller plus loin :