Christian Combaz : La France de Campagnol / Compil du 12 au 16 décembre 2016

Christian Combaz : la France de Campagnol / Compilation du 12 au 16/12/2016

Trains d’enfer

Pas très loin de campagnol il y a une ligne de chemin de fer, et elle longe l’un des villages du coin pour aller dans une grande ville voisine deux ou trois fois par jour. Il y a vingt ans on achetait son ticket à un moustachu avec une cravate . Son haleine faisait de la buée quand il sortait du guichet pour vous aider à porter vos valises. Les gens se saluaient. Ils se connaissaient. Il se disaient je vous en prie en se cédant le passage devant les portes. Désormais il n’y a même plus de porte, il n’y a plus de moustachu non plus, il y a une machine en plein air, sous un auvent glacé avec un écran bleu jaune vert qui vous demande votre carte bleue.

Armes humaines par destination

On peut dire que les armes humaines par destination en ce moment se multiplient. On trouve en effet de plus en plus de gens qui n’avaient sans doute aucune vocation particulière à agresser autrui au départ mais qui le font parce qu’on les y a poussés. Or la loi, mais on espère que ça va changer bientôt, ne veut connaître que celui qui a été chauffé, celui qu’on a monté contre quelqu’un, celui qu’on a radicalisé comme on dit maintenant.

Sans-dents à la fourrière

Un jeune couple de trente ans qui vient chercher sa propre voiture. Le mari,avec son petit blouson et ses cheveux frisés, vient d’avouer à l’employé qu’il n’avait pas assez d’argent pour payer les 180 euros. Mais leur fille de trois ans les attend à l’hôtel. Il faut absolument récupérer cette voiture pour rentrer à Châteauroux. Et l’employé leur répond : vous pouvez payer par carte bleue. Le mari encore plus gêné dit qu’elle est limitée sa carte, elle a atteint le plafond elle ne passera pas.

Radio France et la cuisse de Jupiter

Depuis les années 70, depuis la France de Bourvil et de de Funès le développement des émetteurs terrestres de la radio nationale, pour le compte de France Culture et de France Inter notamment, a été systématique, de sorte qu’il y a très peu de portions du territoire où l’on ne reçoive pas ces deux stations. L’intention du législateur à l’époque était de ne pas créer une France des oubliés. Sauf que le législateur n’avait pas prévu que ces deux radios, au fil du temps, n’allaient plus représenter le pays tout entier, mais la partie du pays qui donne des leçons à l’autre, qui voyage à ses frais, qui se moque des pauvres, des ringards, des chasseurs, des chrétiens, des conservateurs à longueur d’émission.

Un fumeur de 92 ans

Donc ce matin là elle tombe sur un certain Jacques dont j’ai déjà parlé peut-être, qui a été ébéniste toute sa vie, qui a des mains sèches, un grand nez, qui boit du vin blanc dès onze heures et qui fume des cigarettes roulées parce que c’est moins cher. Et notre dame de la ville, la prof, lui dit en gros que c’est très mauvais pour ses poumons de fumer autant . Alors le type se tourne vers elle et il la tutoie, ce qui est déjà pour elle une offense et il lui dit ma poule, deuxième offense, quand j’avais ton âge je fumais tout autant mais moi je ne glandais pas sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle avec un bâton de ski dans une main et un portable dans l’autre.

Dernières émissions

Pour aller plus loin :