CHRISTIAN COMBAZ : LA FRANCE DE CAMPAGNOL / COMPIL DU 28/11 AU 02/12/2016

Le courage des préfets

Le préfet a décidé d’accorder une autorisation rétroactive de couper cette forêt disparue , sans doute pour effacer sa faute. De toute façon, on n’a jamais pu lui demander l’explication, il a été nommé ailleurs. En France je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais les préfets sont toujours déplacés juste à temps pour n’avoir jamais à endosser les conséquences de leurs actes. Donc un nouveau préfet arrive . Malheureusement pour mon ami, dans l’intervalle, on vient d’autoriser le propriétaire de la parcelle déboisée à la dynamiter. Le nouveau préfet reçoit le plaignant et lui dit que, comme l’ancien préfet a donné l’autorisation de dynamiter avant de partir, il ne peut rien faire, bien qu’il n’approuve pas. Le plaignant lui dit mais la zone est protégée par le plan d’urbanisme. Eh bien justement lui dit le préfet, dans le nouveau plan qui est à l’étude elle ne sera plus protégée c’est prévu. Comment le préfet peut-il connaitre l’issue d’un truc qui est à l’étude, d’une enquête publique qui n’a pas encore eu lieu ? C’est bien plus simple que cela : il ne connaît pas les conclusions de l’enquête mais il n’a aucune intention d’en tenir compte .
Une promo Juppé

Cet hiver, ou au printemps dernier, puis en juin, les clients qui regardaient de côté les couvertures des journaux au fond du bar ont pu mesurer grâce à l’étroitesse de l’échantillon l’invraisemblable unanimité de la presse française, de notre presse libre, vigilante, désintéressée, indépentante lorsqu’elle a décidé de lancer ce qu’on peut quand même appeler une grosse mais alors grosse promo sur Alain Juppé au cours des deux ou trois mêmes semaines. On avait l’impression de voir la une de Télé7jours dix fois de suite avec le même type en couverture, cravate, col ouvert, à bicylette, un pull noué sur les épaules, en sortant de la piscine . Dans Paris-Match l’entretien de la semaine c’était son directeur de campagne. Il nous racontait sa vie à lui, mais en fait il était là pour rajouter mine de rien du concentré de juppé dans sa propre soupe . Dans la presse people on avait droit aux vacances du candidat, son chien, la gouvernante qui l’avait connu petit, la vendeuse de sa supérette favorite ou que sais-je.
Le survol des centrales nucléaires

Il est devenu ingénieur à la centrale de Blaye, une centrale nucléaire qui a fait partie, je ne sais pas si vous vous souvenez, des 17 centrales nucléaires françaises qui ont été survolées par des drones en 2015. Ca fait donc deux ans que ces sites ont été, en l’espace d’un mois, survolés principalement la nuit, parfois trois nuits de suite, alors là vous vous dites, la première fois on n’avait pas d’appareil photo disponible, le deuxième soir les piles étaient mortes, mais le troisième soir quand même, eh bien non. Ca fait 17 sites parmi les plus sensibles de France, survolés chaque soir pendant plusieurs semaines, et pas une seule photo même floue dans la presse et en plus EDF parle d’objets “pouvant être assimilés à des drones” ce qui sent la mauvaise conscience du menteur qui flaire la future commission d’enquête. C’est amusant non ? En fait non, c’est pas tellement amusant, parce que ça prouve que le gouvernement français se fiche de nous.

 

Chômage conseillé

Le pôle emploi local lui propose un truc vraiment formidable,conseiller à la jeune fille de toucher le RSA, comme ça ni vu ni connu, pendant un an, comme chômeuse, et ensuite il l’embauche pour la tirer officiellement du chômage. Vous voyez la combine.Dans cette hypothèse, miracle, les charges sociales seront réduites parce qu’il permetra au gouvernement de faire bonne figure dans les statistiques et accessoirement, au coiffeur de l’Elysée de rempiler pour cinq ans . Ah bon, dit l’entrepreneur, mais si on lui propose du travail entretemps et si elle finit par aller ailleurs que chez moi ? Elle n’a qu’à pas l’accepter.ET si, moi, j’ai besoin de quelqu’un dans trois semaines, et pas dans un an ? Là c’est vous qui voyez mais c’est la seule solution.
Fortune foncière

C’était des gens détestés parce qu’ils avaient grenouillé auprès des autorités politiques gaullistes après la guerre pour vendre de l’agricole à des prix très élevés, qui avaient fait sauter leur propre château pour le vendre à un supermarché, qui avaient causé la dévastation de centaines d’hectares plantés de HLM, et qui étaient allés s’installer au bord de la mer, du côté de Toulon, vers le milieu des années 70. Chacune de leur belle fille était allée séjourner aux Etats-Unis à peine enceinte pour accoucher là-bas et pour que les enfants puissent devenir américains. Et l’un des gendres était très connu, il était député depuis vingt ans. Il m’a cité le nom, il était connu en effet pour écrire des livres béats d’admiration sur la démocratie et l’économie américaine, et le dernier était une ode à Hillary Clinton.
Vous attendez sans doute une conclusion mais je vous la laisse.

Dernières émissions